Forum RPG. 1994. L'île est détruite mais la vie doit poursuivre son cours. Bartholomew Moor reprend l'île en main pour le meilleur ou pour le pire ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Car les surveillants ne travaillent jamais (with Loreleï)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Car les surveillants ne travaillent jamais (with Loreleï)   Ven 31 Oct - 11:41

Je jette un regard par la fenêtre du dortoir, il fait beau, exceptionnellement même au vu de la grisaille quasi continue qui semble s'être installé depuis mon arrivé, moi qui pensait que la Nouvelle Zélande était un pays lumineux et ensoleillé, j'ai bien vite déchanté, il ne s'est pas passé un jour sans pluie depuis plus de deux semaine, date de mon arrivé. Mais il fait beau aujourd'hui alors autant en profiter, je regarde le dortoir vide, me demandant où on bien pût passer toute mes camarades, je soupire, la plupart doivent être dans la salle de bain en train de se battre pour s'apercevoir dans le miroir, elles me désespèrent, tant de futilité. Je me lève de mon lit et approche de mon armoire, j'attrape un pull, il y a peut être du soleil mais ce n'est pas pour autant qu'il fait chaud, c'est même totalement le contraire, il fait froid, vraiment froid, de ce froid qui vous paralyse.

J'enfile donc le pull, tout aussi immonde que le reste de l'uniforme d’ailleurs, j'ai toujours aimé choisir mes vêtements, changer, accorder les couleurs à mon humeur, être obligé de porter toujours la même chose ça m’énerve, ça me rappelle encore un peu plus que je suis prisonnière, de cet endroit, de cette vie et surtout de ce mensonge qu'est devenue ma vie. Je soupire en refermant la porte et la ferme à clé, depuis quelque temps je me méfie un peu, de plus en plus en réalité, j'ai commis une erreur et je sais que je vais finir par en payer le prix. Aurore veut Charlie et elle est prête à tout pour ça. Je quitte le dortoir et me dirige d'un pas sur vers le hall.

J'ai décidé de sortir, encore une fois mais j'ai peur de me faire prendre, alors je me dit que sortir par le hall, être aussi délibérément effronté et bien ça peut jouer en ma faveur, il ne penserons sûrement pas qu'une personne ose défier Moor de la sorte. Oui je ne supporte pas de me plier au règles, pas cette fois, moi qui était une jeune fille si sage et obéissante me voilà à faire le mur, encore une fois, tout ça pour retrouver un bout de mon passé, un bout de mes souvenirs. Mon pas est rapide, ma décision est prise aujourd'hui je sort, loin de Charlie et d'Aurore loin de mes soucis.

Je pousse donc la porte avec assurance et me dirige vers la seconde porte, celle qui donne sur l’extérieur, la liberté. Mais un bruit retient mon geste, le hall n'est pas vide, je n'y ai même pas fait attention, j'ai faillit commettre une erreur et une énorme. Je m'écarte de la porte. Mon regard se pose sur les personnes présentes, deux jeunes filles, qui se ressemblent avec leur valises, des nouvelles. Je les regardes et ce sentiment d’injustice me prend une nouvelle fois, je déteste voir des nouveaux car derrière il y a forcément une histoire, de la douleur, du malheur. Je ferme les yeux chassant la vague de souvenir qui naît dans mon esprit.

Je secoue la tête et me dirige vers les deux filles, sourire aux lèvres. Je me revoit encore dans ce hall, ce que j'avais l'air pitoyable, en larme, je revoit Charlie arriver, m'aider et me faire découvrir ce lieu qui est maintenant mon foyer, aujourd’hui c'est moi la personne qui découvre des nouveaux abandonné par les surveillants. Oui je me rappelle toute les questions que je me suis posé ce jour là, mes doutes, mes craintes, alors je souris de plus belle, je vais les aider comme on l'a fait pour moi. Je déclare donc d'une voix qui se veut enjoué :
- « Salut ! Vous êtes nouvelle je présume ? A tout les coups les surveillants vous ont oublié, ils m'ont fait le même coup ! Mais je vais vous aider si vous voulez ! »
Nouveau sourire chaleureux et j'ajoute :
- « En fait moi c'est Salomé ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Car les surveillants ne travaillent jamais (with Loreleï)   Jeu 6 Nov - 20:04


J'observais les lieux autour de moi le visage froid et calme. On s'était faite choper hier soir. Tout ce que je ne voulais pas. Pour moi du moins. Je savais que Lou-Ann serait bien plus heureuse entourée d'autres enfants de son âge. Moi... C'était une toute autre affaire. Je n'étais pas très douée avec les relations sociales. J'étais une fille calme, dans les rangs, plus que l'ombre d'elle-même depuis le départ de son frère. J'aimais la danse, les livres et la musique mais je haïssais le maquillage et les garçons ne m'intéressaient pas. Bref j'étais tout le contraire d'une ado dite "normale". Les événements m'avaient obligée à grandir plus vite. J'avais tout fait pour que ma petite sœur garde sa joie de vivre et son innocence. J'avais lamentablement échouée. Et je la voyais dangereusement suivre mon chemin. Elle parlait de moins en moins, ne faisait plus de conneries, rentrait dans les rangs et devenait peu à peu l’ombre d'elle-même. Finalement je sentis une petite paume fraiche se faire un chemin dans ma main. Je baissais la tête vers ma sœur et lui sourit du mieux que je pouvais mais au vu du sourire compatissant qu’elle me lança ma moue devait plus ressembler à une grimace.

Finalement je reportais mon regard sur les sombres murs qui nous entourés comme une prison. J'étais vêtue d'un jean gris, de ma paire de ballerines, d'une veste noire et d'un tee-shirt gris et rouge. J'ignorais que je ne pourrais pas ré-enfiler ces vêtements avant longtemps. Du moins pas sans violer le règlement. Je poussais un long soupir. Ca faisait plus de trente mnutes qu'on patientait comme des cruches ici. Finalement une blonde d'environ mon âge finit par se pointer nous expliquant que les surveillants nous avait sûrement oublier. C'était des surveillants quoi. Fallait pas leur demander de savoir compter jusqu'à dix ou de lire la notice de leur cerveau/mémoire inutilisable. Elle proposa de nous aider et j'eus un petit sourire sincère pour une fois. Micro-sourire à peine visible mais sourire tout de même. Je saisis la valise de ma sœur et lui répondis :

"-Merci c'est très gentil. Est ce que tu pourrais juste nous montrer où déposer nos valises ? Après on te suivra. Moi c'est Loreleï et voici ma petite sœur, Lou-Ann."
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Car les surveillants ne travaillent jamais (with Loreleï)   Sam 29 Nov - 12:04

Je sourit encore plus quand Loreleï me le rend timidement, je ne me vexe absolument pas, je comprend bien qu'elle n'aille pas bien et qu'elle ne soit pas totalement joyeuse, elle vient de débarquer ici, elle a sûrement perdue sa famille, comme moi, comme la plupart de ceux qui se trouvent ici. Je replace une mèche de cheveux derrière mes oreilles avant de sourire de plus belle en regardant la petite qui tient timidement la main de sa sœur, tellement injuste de voir des enfants si jeune ici, j'ai toujours du mal à regarder les ruban jaune et rouge, je m'imagine ici a leur age et ça me déprime. Je trouve ça trop injuste aussi mon sourire se fait un peu moins joyeux et plutôt nostalgique. Je réfléchit rapidement, elles ne veulent sûrement pas être séparé mais pourtant il va le falloir, comme leur dortoirs ne sont pas dans le même couloir.

Je me rapproche pour l'aider et attraper la seconde valise, elle n'est pas très lourde et de toute façon les dortoirs ne sont pas très loin. Je me mis en mouvement, tournant la tête vers elle pour savoir si les deux autres la suivait. Elles traversèrent la cour, vide, c'était étrange, d'habitude un tas de petits jaunes et rouges jouaient bruyamment. Je ne cherchais pas vraiment d'explications, me contentant d’entraîner les filles vers le dortoir des rouges, il faisait froid en plus autant trouver rapidement la chaleur des bâtiments, même si la aussi il faisait un froid mordant, chauffer cet endroit n'était clairement pas la priorité de la directrice, peut être que si certain orphelins finissait par tomber gravement malade cette dernière pousserait un peu le thermostat et encore, pas si sur.  

Je poussais la porte du dortoir des rouges, un peu en bazar mais toujours moins que le notre, au moins il n'y avait pas plein de vêtement partout ni des tas de trousse de maquillage avec des rouges à lèvres qui roulait dans tout les sens. Je regardait partout dans le couloir plongé à moitié dans la pénombre ce n'était vraiment pas accueillant comme tout le reste du bâtiment. J'aperçois soudainement deux fillettes dans le fond de la pièce, les jumelles Océan, celle là c'est pas les meilleures personnes à qui laisser la petit Lou, je leur jette un regard alors qu'elle se rapproche d'elles, les jumelles proposent leur aide, j’hésite un instant avant de me tourner vers Loreleï :
- « Si tu veut je te montre ton dortoir et on revient chercher Lou-Ann pour la visite, en attendant Cassiopée et Calysa vont l'aider. »
Sur ces mots je leur lance un regard qui se veut menaçant, je sourit ensuite à Loreleï attendant son choix.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Car les surveillants ne travaillent jamais (with Loreleï)   Dim 7 Déc - 20:58


Salomé nous mena jusqu'au dortoir des rouges où se trouvait deux jumelles. Elles avaient l'air malines mais gentilles. Je vis ma petite sœur leur faire un timide sourire. Je souris. Ce serait positif si Lou-Ann pouvait se faire des amies dés maintenant. Je lui expliquais calmement qu'elle allait aller avec les jumelles et que je reviendrais la chercher pour que Salomé nous fasse visiter l'orphelinat. Elle hocha la tête avant de me sourire. Elle empoigna sa valise et se dirigea vers les deux jeunes filles qui lui souriaient. Je ne pus empêcher à un petit sourire de prendre place sur mes lèvres. Je me retournais vers Salomé et lu dis :

"-Je te suis !"

J'empoignais ma valise, suivant Salomé à travers un dédale de couloirs que j'étais pour l'instant, incapable de retenir. Finalement elle ouvrit une porte et je m'arrêtais estomaquée. Un désordre sans nom régnait la-dedans. Entre les vêtements qui traînaient de partout, les lits pas faits, les trousses à maquillages ouvertes avec même pas le quart de ce qu'il y avait à la base dedans et les armoires grandes ouvertes avec la moitié du contenu répandu par terre... Je déglutis difficilement. Le désordre ne me dérangeait pas spécialement mais tout de même... Je n'imaginais pas toutes les bestioles qui devaient se développer la dedans... Pour peu qu'il y ait de la bouffe ou un emballage, tout les insectes du monde allait être attirés. Alors je me jurais de laisser mon sac de sport fermait à double tour. Hors de question que mon tutu ou même mon justau soit touchés par le bordel ambiant. Je me retournais vers Salomé et demandais :

"-Je m'installe où ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Car les surveillants ne travaillent jamais (with Loreleï)   Mer 17 Déc - 21:20

Après un dernier regard aux jumelles, leur montrant bien que ce n'était pas le moment de jouer un sale tour à Lou, je me tournait vers Loreleï qui me dit qu'elle me suivait. Je lui sourit de nouveau avant de sortir du dortoir des rouges pour la mener vers le mien, enfin le nôtre bientôt, celui des vert, je pris le chemin le plus court, je maîtrisais maintenant parfaitement bien les subtilités de l'orphelinat, des couloirs qui menaient un peu où ils voulaient et des pièces qui se ressemblaient. Je soupirait en arrivant devant la porte, tout doucement, je n'aimais définitivement pas cet endroit, et quand je poussais la porte ça ne fit que le confirmer, c'était la guerre, même plus que ça, un carnage indescriptible, à croire qu'une tornade venait de passer, il y a avait tant de vêtement qu'on pouvait à peine voir le sol et la plupart des lits étaient défait. Je soupirait de plus belle, ce que je regrettais ma chambre, je jetais un œil vers Lore qui semblait choqué, voir même désespéré, je pouvait comprendre, moi à mon arrivée le dortoir était un minimum rangé.

Elle me demanda où elle pouvait s'installer, je fit une petite moue, bonne question, il y avait tellement d'arrivé qu'il semblait que le dortoir commençai à saturer, je réfléchit un instant, si il y'avait quelques lits de libre, il me semblait, celui face au mien si mes souvenirs était bon. Je lui fit signe de me suivre tout en répondant:
- "Il reste un peu de place, vers le fond, suffit juste de traverser."
Je regardais l'état des dégât, essayant d'écraser le moins de choses possible mais on avait pas vraiment le choix, trop d'obstacle se présentait à nous. Arrivée près de mon lit ça se calmais, je ne supportais personnellement pas de vivre dans cet éternel foutoir aussi mon coin restait à mon image, rangé, autant que possible, mon lit était fait et mes vêtements plié dans l'armoire plutôt que sur le sol roulé en boule. Je lui désignais le lit face au mien:
- "Là il n'y a personne, les draps sont dans l'armoire, tu peut t'installer, je t'attend."
Finissant ma phrase je me rapprochais de mon propre lit et m'y assit, pour lui laisser le temps de s'installer, maintenant que j'avait abandonné l'idée de sortir en douce, mon après-midi était toute libre, autant en profiter pour les aider, sa sœur et elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Car les surveillants ne travaillent jamais (with Loreleï)   Ven 2 Jan - 18:56


Notre traversée du dortoir est... Epique. Je tente de ne pas écraser trop de trucs mais cela revient à trainer des pieds. Donc je fais des pas de géants en portant ma valise et en posant mes pieds sur le moindre petit bout de parquet. Mais c'est là qu'on voit la grâce et l'utilité d'être une danseuse. J'avance sur demi-pointes et je n'écrase pratiquement rien. Et en plus je suis silencieuse. Non mais franchement je ne remercierais jamais assez le stage de CP qui m'a fait découvrir la danse classique. Nous parvenons finalement au bout du dortoir où je soupirais discrètement de soulagement. Le fond du dortoir était beaucoup moins en foutoir que le reste. Le coin de Salomé est bien rangé et rien ne dépasse. Mon coin à moi sera surement dans le même style. Sans un mot j'ouvre l'armoire et sortent les draps, soulevant une couche de poussière au passage. Soit ils n'ont pas été utiliser depuis longtemps... Soit ils n'ont jamais vu la couleur d'une lessive. Je sais pas ce qui est le pire entre les deux.

Je passe distraitement un doigt sur une des étagères de l'armoire et grimace. Il y a une couche de poussière pas possible. Purée mais je suis tombée où là ? Mon visage ne laisse rien percevoir des pensées qui m'agitent et je me contente de déplier les draps et faire le lit au carré. Ca fait bien longtemps que je fais les litsde toute la famille et je suis devenue experte la-dedans. En moins d'une minute c'est fait. J'ai appris à être efficace et rapide. Finalement je range mes affaires et pendant que Salomé regarde ailleurs je planque mon sac de sport et ma valise sous le lit. Puis je me redresse assez satisfaite. Tout est parfaitement rangé assez semblablement au coin qui appartient à ma camarade blonde. Je me retourne vers elle et dit :

"-Fini ! Peux-tu me faire visiter maintenant s'il te plait ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Car les surveillants ne travaillent jamais (with Loreleï)   Ven 9 Jan - 21:05

Mon regard se promena dans la chambre, je ne pouvait vraiment pas m'y habituer, vivre dans cet endroit c'était un enfer et pas seulement à cause du bazar s il n'y avait que ça eu fond mais c'est un tout. Je soupire avant de me relever pour regarder un truc dans mon armoire, je range discrètement l'argent que j'avais dans ma poche à sa place, l ne me reste plus beaucoup mais je sais qu'une bonne partie est à l'abris au centre équestre, je regrette de nouveau de ne pas pouvoir m'y rendre mais je n'en veut pas à Loreleï, je me souvient encore beaucoup trop de ce premier jour, la sensation d'être livré à moi même dans le hall, je repense à Charlie et mon sourire s'agrandit. Je referme l'armoire tout doucement puis me repose sur mon lit, la regardant faire le sien, assez vite , plus vite que moi en tout cas, moi j'avais pas vraiment cette habitude, je ne touchais jamais a rien et pourtant maintenant, je range tout, car je ne veut pas que l'on me prenne pour une incapable.

Je sourit quand elle revient vers moi, je me relève quand elle me demande si je peut la faire visiter, je lui sourit encore plus avant de faire:
- "Bien sur! on récupère ta sœur et on commence! Normalement les océans on été mignonnes!"
Je pense aux jumelles, je les sait un peu taquine pas foncièrement méchante, je sait qu'elle ne lui auront rien faits, elles n'auraient pas osé, j’espère en tout cas mais on sait jamais, aussi je presse le pas vers le dortoir des rouges et sourit en arrivant, les océans ont étés sages, je leur jette un regard pour les remercier avant de prendre la parole pour Lou-Ann:
- "Tu vient? Je vais vous faire visiter!"
Je sourit d'un air enjoué puis ressort du dortoir:
- "Bon les dortoirs c'est bon, euh je sais pas trop par où commencer... Je vais vous montrer les salles d'eaux."
Sur ce je me dirige vers les douches, frissonnantes, celui qui a réfléchit à l'agencement de se bâtiment s'est bien amusé, sortir pour prendre sa douche, c'est vraiment n'importe quoi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Car les surveillants ne travaillent jamais (with Loreleï)   Mar 10 Fév - 1:27


Je souris et la suit jusqu'au dortoir des jumelles et qui sera visiblement également celui de Lou-Ann. Je m'efforce de mémoriser le chemin. J'aime toujours savoir où est ma soeur. Je veux absoluemment la protéger. Je n'ai pas su retenir Max, je n'ai pas su empêcher Ayden de commettre le pire alors je protégerais Lou-Ann. Mon regard se fixe immédiatement sur ma petite soeur lorsque nous entrons dans le dortoir. Elle est en train de discuter avec les jumelles et semble plutôt contente. Ca me rassure. Je veux que ma soeur soit heureuse et qu'elle ai des amies. Surtout ici. C'est extrémement précieux dans les coups durs. Elle me voit et me fait un lumineux sourire auquel je réponds. Elle s'excuse au près des jumelles et nous rejoint rapidement. Salomé nous sourit et noux explique qu'elle va nous faire visiter les salles d'eaux. Je lui souris et nous la suivons tandis que Lou-Ann glisse sa main dans la mienne Je baisse le regard et lui ébouriffe les cheveux en riant. Elle râle mais en souriant et je suis heureuse. Finalement je m'apercois que nous traversons une cour pour rejoindre les douches et je demande à Salomé en riant un epu :

"-Salomé ? Qui a fait les batîments histoire que je lui explique je ne joue pas a me balader à des heures pas possibles pour prendre une douche ?"

Lou-Ann glousse discrètement et je ne peux m'empechais de lever les yeux au ciel. Même l'humour de merde la fait rire. Depuis quelques mois elle a tendance à glousser pour tout et n'importe quoi. Mais bon je préfère ça plutôt qu'elle se morfonde avec ce qui c'est passé. Finalement je me rapelle la question qui me trottait dans la tête tout à l'heure et demande à Salomé :

"-Dis moi Salomé... Tout à l'heure j'ai entendu deux petits garcons parler de rubans blancs et verts... C'est quoi ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Car les surveillants ne travaillent jamais (with Loreleï)   Dim 15 Fév - 12:26

Salomé regarde Loreleï qui rejoint sa sœur, elle ressent un petit pincement, elle repense à ses frères, tué eux aussi, tout comme ses parents. Elle revoit les photos qu'on lui à montré, pas les corps, simplement le sang, trop de sang, elle avait presque vomit devant ces images. Elle chasse ses pensées essayant de se concentré de nouveau sur la visite de l'orphelinat, c'est ça qui compte nan ? Elle soupire quittant les jumelles du regard, elles ont étés gentilles, il faut croire qu'elles ont un bon fond. Elle regarde les deux paires de sœur et de nouveau le manque de ses frères se fait ressentir, elle aurait aimé les avoirs, même sans ses parents, elle aurait eu un truc à quoi se raccrocher, là elle n'avait rien, hormis sa jument, mais ce n'était pas assez, tellement pas assez.

A la remarque de Lore, un sourire se fraye un chemin sur le visage de Lom, elle aussi à trouvé débile cet agencement et elle aussi avait eu envie de faire quelques remarques à l'architecte. Elle sourit doucement à Loreleï :
- « Attend d'y aller le soir, tu verras que c'est encore plus agréable »
Elle soupire, leur montre les fameux sanitaires avant de faire demi tour pour aller vers le réfectoire. Lore li pose une nouvelle question, elle a entendu d'autres parler des ruban, ça l'intrigue et Lom se sent idiote de ne pas avoir commencé par là. Elle soupire :
- « Oh oui, j'aurais dût commencé par ça. En fait ce sont les tranches d'age, si je me suis pas trompé dans vos age, Lou-Ann est ruban rouge, ce sont les enfants de dix à quatorze ans, et toi tu est ruban vert, comme moi, c'est le groupe d'après, jusqu'à dix sept ans. Après ce sont les blancs et avant les jaunes. Les dortoirs sont par catégories de ruban, comme nos cour et le couvre feu des jaunes et rouges est plus tôt que ceux des verts et blancs. »
Elle sourit, espérant qu'elle ne les a pas perdus, elle à l'impression de trop en dire. Gardant donc le silence pour les laisser faire le tris, elle se dirige vers le réfectoire, dont elle pousse la porte.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Car les surveillants ne travaillent jamais (with Loreleï)   Dim 8 Mar - 12:51


Aller prendre sa douche le soir... Et traverser tout ça... Mon dieu quel plaisir n'est ce pas ? Je frissone de froid rien que d'y penser. Nous passerons égalemment sur le regard des éventuels pervers du coin j'ai pas envie de m'atttarder dessus... GENRE PAS DU TOUT ! Oui je flippe. Et alors ? Je flippe pas pour moi je flippe pour Lou-Ann. Et à voir comment elle tente de me broyer la main, elle aussi. Je lui fais un sourire rassurant et nous finissons par éclater de rire. Je crois que c'est nerveux. Je m'excuse auprès de Salomé.

Lorsque celle-ci commence à nous expliquer le fonctionnement des rubans je sens ma petite soeur décrocher de la conversation. Je suppose que les jumelles ont déjà dût lui expliquer. Elles m'avaient l'air de deux petites filles assez pestouilles et malines mais gentilles malgré tout. Je ne me fait pas trop de soucis pour ma soeur même si je sais qu'elle va rechignait à me lacher... Et moi aussi. Malgré tout, ma petite soeur est devenue mon repére et je ne peux m'empêcher de m'inquiéter pour elle lorsque je ne l'ai pas sous les yeux.

En tout cas moi je suis les explications de Salomé avec intérêt, me concentrant pour ne rater aucune infos. Donc si je résume. Il y a quatre niveaux, chacuns classés par âges. Par ordre des plus petits aux plus grands : Jaune, Rouge, Verts, Blancs. Nous suivons les cours avec notre niveau et partageons nos dortoirs. Je suis chez les verts avec Salomé et Lou-Ann est chez les Rouges avec les jumelles. Ok ca va j'ai compris. Nous pénétrons dans le réfectoire et je m'étonne :

"-C'est... Immense !"
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Car les surveillants ne travaillent jamais (with Loreleï)   Mer 18 Mar - 21:48

Salomé regarde sa camarade, elle comprend très bien ce qu'elle peut ressentir, car elle même a été un peu perdue au début, connaître tous le fonctionnement, les rubans, les horaires, les lieux. Salomé essaye donc d'être la plus précise possible, histoire que les deux sœurs ne se retrouvent pas totalement perdue. Alors qu'elle jouait les guides, elle se souvint de son arrivée à elle, et puis de Charlie surtout, ce souvenir fait naître un petit sourire sur ses lèvres, elle ne l'a pas vraiment revus depuis, enfin elle l'a croisé dans les couloirs et puis en cour mais ça ne compte pas vraiment. Elle trouve ça dommage, mais ce n'est pas vraiment le moment d'y penser. Elle soupire de plus belle avant de faire un sourire à Loreleï. Elle regarde le réfectoire, encore vide à cette heure.

Elle regarde la tête de celles qui l'accompagne et à la remarque de Lore elle ne peut qu’acquiescer, car c'est aussi la première chose qui l'a frappé elle finit par lui dire :
- « Et encore, là c'est vide ! »
Elle pense aux heures des repas, là c'est affreux, c'est blindés et bruyant, enfin vous verrez ça bien vite ! On continue? »
Sans attendre de réponse, Salomé entraîne les filles vers la sortie et les emmené vers le couloir des salle de classe. Elle soupire avant de leur montrer les salles les unes après les autres, donnant le nom de chaque groupe. Lom arrive vers celle qu'elle préfère, la salle de musique, elle pense à Morgan et ça lui fait subitement tout drôle, aussi s'éloigne t'elle vite pour les emmener vers une autre pièce qu'elle aime, la bibliothèque.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Car les surveillants ne travaillent jamais (with Loreleï)   Sam 2 Mai - 22:41


Je suivais tranquillement Salomé, Lou-Ann trépignant à mes côtés. Je crois qu'elle aurait bien aimée faire la visite avec les jumelles Océan plutôt qu'avec moi et ma nouvelle camarade de chambre. Je réfléchis quelques minutes et finalement interpellais la ruban vert :

"-Salomé attends deux secondes s'il te plaît !"

Je m'accroupis au niveau de ma sœur et lui souris. Elle me fixa, la tête penchée sur le côté, une lueur interrogative dans les yeux. Je déclarais :

"-Je vois bien que tu t'ennuie avec nous Lou. Ce que tu vas faire c'est rejoindre les jumelles et leur demander de te faire la visite elles-même, tu rigolera sûrement plus. Si tu as besoin de moi, on sera dans le dortoir. Et si on y est pas, tu sais ce que tu as à faire d'accord ? Tu fais comme quand on jouait aux agents secrets d'accord ? Tu te souviens comment on retenir au dortoir des rubans rouges ?"

Ma petite sœur hocha la tête en me faisant un immense sourire. Je lui fis signe de filer et me redressais finalement face à Lom et lui fis signe qu'on pouvait continuer. Bientôt, on entra dans l'antre du livre. Une immense bibliothèque. J'arrondis les yeux, imaginant toutes les histoires qui se trouvaient rescencées là. Je m'enfonçais rapidement entre les rayons, impressionnée. Je finis par me retourner vers Salomé qui m'avait suivi :

"-Elle est immense cette bibliothèque ! T'imagine toutes les histoires que contiennent ces livres ?!"

Oui j'étais passée en mode passionnée. Oui, j'avais envie de lire tous les bouquins de cette bibliothèque. Oui, j'avais toujours préféré la danse à la lecture. Mais ce n'était pas pour autant que je n'aimais pas lire ! Alors cette bibliothèque, j'avais fortement envie de la découvrir !
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Car les surveillants ne travaillent jamais (with Loreleï)   Dim 10 Mai - 1:26

Finalement jouer les guides n'était pas si déplaisant que ça, Lom appréciait celle qui l'accompagnais lui était sympathique et c'était ça le plus important au fond. Cependant Lore lui demanda d'attendre, elle s’exécuta avec plaisir, elle proposa à sa sœur de chercher les jumelles pour aller visiter avec elle, étrangement Salomé le sentais bien, les jumelles étaient mignonnes au fond, elles n'allaient pas faire de mal à la jeune fille, du moins Lom le souhaitais. Lou sourit avant de partir, Lore revint vers Salomé et les jeunes filles reprenèrent leur chemin. En entrant dans la bibliothèque la tête de Lore changea, ce qui fit sourire Lom, cette dernière suivit la nouvelle quand elle s'engouffra dans les rangs de livres. Salomé écouta les paroles de Loreleï et ça lui fit naître un grand sourire « Oh toi aussi tu aimes lire ? C'est une chose rare ici ! » Elle sautillait presque, enfin une personne qui la comprenait. Salomé tendit sa main à Loreleï et murmura « Je vais t'emmener vers mon rayon preferé. » Sans attendre de réponse Lom partit vers le rayon des encyclopédie et surtout des Atlas, elle regarda Lore avant de murmurer « Moi c'est ça que je préfère, tout ces pays, je meurt d'envie de visiter plein de pays. » Salomé regarda les bouquins, oui ils l'inspiraient, elle pouvait passer des heures à les feuilleter et à rêver, imaginer ces endroits, c'était l'une des seules choses jugés inutile qu'elle pouvait bien faire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Car les surveillants ne travaillent jamais (with Loreleï)   Lun 13 Juil - 11:25


Je suivis Lom en souriant. Une autre passionnée ! Je n'en avais pas croisée beaucoup, même avant de venir ici. Celui qui m'avait le plus marqué c'était bien entendu Ryan. Si Emma et moi adorons les livres, lui c'est une bibliothèque sur pattes ! C'est pas compliqué. Tu le met dans une salle de danse remplis de livres et tu en fais le plus heureux des hommes. Il est comme ça Ryan. Il lui en faut peu. En plus il est gentil. Mon sourire vacilla quelque peu à la mention de mes deux meilleurs amis. Ils me manquaient énormément tout les deux. Cependant, l'enthousiasme de Lom me fit oublier mes soucis. Pour l'instant, j'avais la chance de pouvoir être un peu heureuse alors je n'allais pas gâché ça ! Car quelque chose me disait qu'ici, le bonheur était une denrée rare dont il valait mieux profiter lorsqu'elle était présente.

Je souris lorsque Salomé me mena jusqu'aux immenses atlas. J'en trouverais peut-être un sur le Japon ! Ainsi je pourrais le découvrir avant même d'y poser les pieds. Car oui, j’espérais un jour pouvoir aller au Japon. C'était un pays qui m'avais toujours fasciné. Que ce soit par son histoire, sa flore, sa faune ou ses villes. Je souris et dit à Lom :

"-Moi, je rêve de découvrir le Japon ! Ça doit être un super pays d'après moi. Il a une histoire, un passé et un certains poids dans le monde. En plus, j'ai vu quelques photos et ça m'a juste donné encore plus envie d'y aller tellement elles étaient magnifiques !"
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Car les surveillants ne travaillent jamais (with Loreleï)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Car les surveillants ne travaillent jamais (with Loreleï)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» "Je n’ai jamais été membre d’aucun parti politique"
» En fait, elle ne nous a jamais quittés.
» L'on n'est jamais mieux que chez soi!
» Il ne faut jamais dire adieu, cela porte malheur.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orphelinat Moor RPG :: Corbeille-