Forum RPG. 1994. L'île est détruite mais la vie doit poursuivre son cours. Bartholomew Moor reprend l'île en main pour le meilleur ou pour le pire ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le temps des réponse (With Loreleï)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Le temps des réponse (With Loreleï)   Mar 17 Fév - 20:22

Dans l'écurie Max est en plein pansage de Kemoor, ce dernier semble lui en vouloir de le négliger alors il profite de son jour de congé pour passer un peu de temps avec l'animal. Dans le boxe Max parle à l'animal, c'est étrange ce lien qu'il a avec l'animal, personne le connaissant d'avant d’ailleurs ne croirait que Max fait de l’équitation, c'est tellement pas lui et pourtant, c'est un des truc qui a réussit à le calmer, à lui faire oublier un tas de choses. Il sourit alors que le cheval se met à lui gratter le dos comme pour prendre soin de lui aussi. Max sourit et repousse le bout du nez de l'équidé en riant un peu. Le cheval prend un air outré et essaye de le mordiller mais Max esquive. Le jeune homme sort du boxe et range le matériel avant de nourrir l'animal puis quitter la grange. Il appelle le chien pour que l'animal le suive. 

Rentrant dans la maison il laisse cependant la porte ouverte, pour laisser entrer le peu de soleil encore présent à cette heure un petit peu tardive. Il regarde le salon, il n'a jamais été aussi bien rangé, il faut dire que Lula est passé il y a peu et que dès que Max sait que la jeune femme vas passer alors il fait un effort pour rendre l'endroit un peu moins masculin diront nous. Il sourit en voyant la veste sur le canapé, veste de Lula justement, la jeune femme à dut l'oublier lors de sa dernière visite, il la prend pour la mettre un peu plus en évidence sur le fauteuil près de l'entrée, histoire de ne pas oublier de lui ramener. Il soupire, il ira demain, il est trop tard cet aprem, ça serait bien trop suspect, une simple excuse pour la voir. 

Il se dirige vers sa cuisine, la baie vitré qui l'éclaire donne dur le jardin, au bout la plage, il se dit une fois de plus que ses supérieur l'ont gâtés et que ça cache un truc. Il soupire et ouvre le frigo, comptant commencer à cuisiner. Il sort tout et le met sur la table. Il se redresse brusquement la tête, entendant le chien qui aboit, il soupire avant de crier d'une voix forte :
- « Manzana ça suffit ! »
Il soupire alors que le chien se met à grogner, il y'a un truc qui cloche. Il ouvre le tiroir de la cuisine et attrape le revolver caché à l'intérieur. Il fait doucement sauter la sécurité avant de se glisser contre le mur, attendant de voir qui vas rentrer, il voit la chienne qui rentre, chien de garde tu parle. Il est tendu prêt à se défendre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le temps des réponse (With Loreleï)   Dim 8 Mar - 12:49


Lore dansait. Dansait jusqu'à l'épuisement. C'était la seule solution qu'elle avait trouvée pour oublier. Depuis sa balade avec Anthony, elle n'avait pas trouvé la force d'aller voir Max. Sa détermination à savoir était retombée comme un soufflé. Alors, la jeune fille tournait, valasait à toute vitesse. Elle avait revêtu son justaucorps et son poste diffusait une chanson pour une fois. Elle avait égaré ses CD de musique instrumental, alors elle faisait avec les moyens du bord. Et les moyens du bord étaient assez restreints. Finalement, la jeune fille finit par se stopper épuisée. Elle s'assit contre un mur du gymnase, les larmes aux yeux. Elle ne pouvait retenir ses pensées de se dérouler comme un film devant ses yeux horrifiés. Elle ne voulait pas savoir, elle voulait oublier, tout renier en bloc et redémmarrer de zéro. Elle ne voulait plus de sa soeur, de son frère, de ses souvenirs. Tout ce qu'elle acceptait c'était la danse. Mais tout le reste... Elle voulait le bannir à jamais. Elle voulait que ça disparaisse dans le fin fond des abysses de l'oubli. Elle voulait qu'il ne reste qu'elle et sa passion. Qu'elle n'ai que cela en elle et que les remords, la culpabilité et sa famille disparaissent. Et pour que cela disparaissent... Elle n'avait pas le choix. Il fallait qu'elle affronte. Et ensuite elle lacherait. Tout. Elle fugerait loin. Elle ferait comme Ayden. Elle abandonnerait. Elle confierait Lou-Ann à Max. Parce qu'elle... Elle ne pouvait plus s'en occuper sous peine de lâcher. De s'écrouler.

Lore rassembla ses affaires et se changea dans les vestiaires, enfilant, pour la première fois depuis longtemps, un jean gris, un tee-shirt à manches courtes mauve et sa veste noire. Elle prit son sac sur son épaule et se dirigea discrétement vers le passage secret qui débouchait sur la forêt. Une fois là-bas, elle se débrouilla tant bien que mal pour retrouver son chemin. Will lui avait montrer la ferme de Max, lui expliquant que si il faissait ça c'était pour qu'un jour elle y aille et parle à coeur ouvert avec son frère. Ce qu'elle comptait bien faire.

Elle traversa le jardin et passa devant les écuries. Dedans, un cheval piaffait. Lore continua à avancer sans le regarder. Elle ne voulait pas s'arrêter de peur de se dégonfler à nouveau, comme elle s'était dégonflée ces dernières semaines. Elle vit enfin la porte d'entrée entrouverte apparaître et une chienne passée devant elle et rentrer dans la maison. Bah, dans ce cas son frère devait être là. Elle ne fit pas de chichis et rentra à son tour...

Et se retrouva façe à un pistolet pointé sur elle, cran de sécurité oté. Elle arrondit les yeux et loucha sur le canon pointé sur elle avant de dire à Max :

"-Putain mais t'es malade ! On dirait Will, Meredith et Ethan là ! Ce n'est que moi ! Je commence à en avoir marre chaque fois que je passe le pas d'une piéce qui ne se trouve pas dans l'orphelinat c'est pour me retrouver avec un canon d'ame pointé dessus ou un couteau planté à deux centimètres de moi ! Y commence à en avoir marre là !"

Oui, c'était le stress de s'être retrouvée avec un pistolet pointé dessus. Sans cran de sécurité. On aurait pu croire qu'elle avait fini par être habituée mais visiblement... Nan.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le temps des réponse (With Loreleï)   Sam 14 Mar - 18:44

Les mains bien serré sur le pistolet, Max regarde l'ombre sur le sol qui se rapproche doucement, sa respiration se fait plus lente et ses doigts se crispent un peu. Il attend, regardant du coin de l’œil le chien qui se tapis dans un coin, il soupire, vraiment il ne sert à rien. Il sert les dents en entendants les pas qui s'approchent et il ouvre de grand yeux en reconnaissant Loreleï qui se met à crier. Aussitôt Max pointe l'arme ailleurs et remet la sécurité, écoutant la fin des jérémiades de sa petite sœur. Il soupire de plus belle alors qu'elle dit qu'elle en a marre, il se dirige vers le tiroir et flanque l'arme dans le double fond avant de lui lancer :
- « Si tu frappais ou appelait avant de rentrer je t'assure que ça t'éviterais ce genre de surprise. »
Il prend tout de même un air fautif, car il à tout de même pointé une arme sur elle, et il aurait put tirer. Il soupire avant de bouger, à faire les cent pas.

Il regarde la veste abandonné de Lula et la panique le prend, si il avait pointé son flingue vers elle, comment aurait elle réagit, il se sent très con, c'est sa faute après tout si elle est rentré comme ça, il n'a pas fermé la porte après tout. Il se dirige vers cette dernière et vas la fermer en tournant la clé. Au passage il ramasse la veste possé sur le fauteuil et l'accroche sur le porte manteau pour ménager de la place à sa sœur. Il la regarde, se demandant ce qu'elle fait là, ça fait des jours qu'elle l'évite, il ne l'a plus vu depuis leur retrouvailles. Il sait que Wil à parlé mais il ne sait pas tout ce qu'il lui a dit, ce qu'il a tu, ce qu'il ignore aussi, car Max à aussi gardé des secrets, un peu, pas beaucoup mais il garde deux troi bricoles rien que pour lui. Il vas se poser dans un fauteuil et la regarde avant de lui dire :
- « Alors tu as parlé à Wil ? »
Il soupire, il mourait encore envie de l'engueuler celui là, mais il l'avait déjà fait et puis de toute façon c'est trop tard.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le temps des réponse (With Loreleï)   Sam 2 Mai - 22:43


En entendant la première phrase de mon frère, j'ai une réaction des plus puérile. Je lui tire la langue. Oui. Je suis d'accord aussi. C'est ridicule, enfantin et pitoyable. Mais je m'en fiche. Ca a été un réflexe. Un sursaut du passé. Et je ne regrette pas lorsque j'aperçois le sourire amusé de mon frère. Oui j'ai encore envie de lui faire plaisir, de le faire sourire comme lorsque j'étais enfant et qu'il riait de mes bêtises. J'étais fière à chaque fois et j'adorais le faire rire, le rendre fier ou simplement passer du temps avec lui. C'est dingue. Je l'ai haït pendant des années... Mais le voir sourire me rend toujours aussi heureuse. Il faut croire que sur certains aspects, je suis restée une enfant en admiration devant son grand-frère. Je finis par lui répondre en souriant :

"-Ca a toujours été mon rayon les entrées fracassantes. Au sens propre comme au figuré. Toi même tu le sais très bien."

Et oui. Au sens propre. Je devais avoir sept ou huit ans à l'époque. Je rentrais à la maison avec Emma et Léo. La porte d'entrée était entrouverte et... Comment je pouvais savoir qu'il y avait un vase très précieux, tout droit débarqué d'Asie derrière cette foutue porte d'abord ?! Enfin bref, j'avais poussé la porte d'un grand coup de pied et on avait entendu un grand "BOUM" suivit du bruit si caractéristique d'une assiette qui se brise en mille morceaux en touchant le sol. La porte avait percuté le pied sur lequel se tenait, en fragile équilibre, le vase si précieux. La suite, je pense que vous la devinez assez facilement. Le vase s'était explosé littéralement la tronche au sol. J'avais vite fais signe à mes deux amis de s'enfuir et ceux, le plus rapidement possible tandis que mon père arrivait, intrigué par le bruit. Je m'étais pris l'engueulade de ma vie et lorsque j'étais monté dans ma chambre à l'étage, Max se marrait dans le couloir. Je m'étais enfermée dans ma chambre en claquant la porte, vexée de l'attitude de mon grand-frère et énervée contre mon père qui semblait plus tenir à un vase (certes très cher mais un vase tout de même) qu'à sa fille. Au final, vingt minutes plus tard, la porte s'était ouverte tout doucement et Max était entré dans ma chambre, un sourire amusé aux lèvres. Il était venu me faire un câlin et l'histoire avait été rapidement oubliée.

La phrase de Max me fis rapidement redescendre sur Terre. Je n'étais, malheureusement, plus une enfant et il était temps de faire face à mes problèmes dont la plupart résidaient en deux choses. L'incompréhension et mon frère. Deux sujets étroitement liés et causes de nombreux de mes soucis. Je répondis donc :

"-Oui j'ai parlé à Will. Mais j'aimerais que pour une fois tu sois honnête et que tu me raconte cette histoire par toi-même."
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le temps des réponse (With Loreleï)   Dim 10 Mai - 1:49

Maximilien regarde sa sœur lui tirer la langue, il sourit amusé de cette réaction. Sa sœur l'a toujours fait sourire de la sorte et ça fait un moment d'ailleurs qu'il n'a pas sourit de la sorte, on l'appelait souvent porte de prison, car il ne parlait pas beaucoup et quand il le faisait c'était rarement pour être gentil ou déconner, alors ça lui fait du bien d'être là, avec sa sœur, même si elle n'est pas là pour lui raconter des blagues ou lui faire des câlins. Il soupire et rit de plus belle quand elle lui dit que les entrées c'est sa spécialité, il se souvient du moment où plus jeunes elle avait fracassé un des vases si précieux de son père , il se suivent bien du savon que ce dernier avait passé à Loreleï, j'avais bien rit pour ma part même si cette dernière elle n'avait pas trouvé ça vraiment drôle. La séance nostalgie s’arrêta bien vite quand elle confirma le fait que Wil lui avait parlé, de nouveau il soupira, il avait déjà exposé son point de vue à Wil, ce n'était pas la peine d'y repenser même si c'était bel et bien tentant. Max soupire quand Lore lui dit qu'elle veut entendre sa propre version de l'histoire, Maximilien soupire et referme le frigo, sortant deux verres il les pose sur la table basse et les remplis en silence. Il vas s'asseoir sur le canapé, virant au passage les vêtements qui y traînent. Il soupire et prend son propre verre avant de le vider d'un coup. Il se ressert, il fait ça uniquement pour gagner du temps, il ne veut pas parler de ça, il sait qu'il a sûrement mal fait mais c'est trop tard. Il soupire avant de répondre « C’était soit moi qui partait soit toute la famille qui devait changer d'identité, de vie, tout quitter, toi tu aurait dut arrêter la danse. Je ne pouvais pas vous faire ça Lore, alors partir seul sans rien dire m'a semblé être le mieux. » Il soupire et remplit de nouveau son verre, heureusement ce n'est que du jus d'orange, sinon il passerait pour un gros alcoolique. Il soupire en regardant Loreleï « Tu peut me reprocher mon choix mais c'est celui qui me semblait le mieux sur le moment Lore » Il soupire de plus belle et boit de nouveau, en silence.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le temps des réponse (With Loreleï)   Lun 13 Juil - 11:07


Je suis mon frère jusqu'au canapé lorsqu'il va s'y asseoir et m'assois à mon tour, en tailleur lui lançant un "Merci" au passage. Cependant, je laisse mon verre sur la table basse, préférant observer mon grand frère. Il n'avait pas tant changé. Mais d'une certaine manière... Il ne serait plus jamais le même. Ses yeux s'étaient durcit. Sa silhouette n'était plus celle d'un ado. Oui les changements physiques semblaient minimes. Mais je savais qu'il n'en était pas ainsi dans sa personnalité. Will m'avait décrit comment il était lorsqu'il l'avait rencontré. Dévasté. Will était encore jeune à l'époque. Si je me suis pas trompée dans mes calculs il était parti il y a quelques mois. Même pas. J'observais Max se resservir plusieurs fois et un sourire légèrement moqueur vint prendre place sur mes lèvres. Technique vielle comme le monde que mon frère a toujours utilisé. Que j'avais adopté. Et qu'inconsciemment, Lou avait copié. Comme quoi, ce n'était pas seulement un nom qui nous reliait. Les habitudes. Les tics. Les réactions. Oui. tout était signé de l'empreinte des liens du sang. Des gènes.

Je fermais les yeux quelques instants. Je n’avais pas le droit d'y penser. Pas maintenant. Je rouvris les yeux lorsque Max commença à parler. Je soupire en le voyant encore se resservir et me retiens de lui balancer "Tu veux pas que je te donne mon verre directement non plus ?". Au lieu de ça je prend la bouteille et la pose à mes côtés. Puis j'attends qu'il ai fini et explique mon geste :

"-C'est pas parce qu'on fait ça tout les trois, que c'est bien pour autant. Alors tu récupéras ta bouteille quand on aura fini cette discussion, sinon à ce rythme tu l'auras finie dans deux minutes. Et puis si t'as vraiment soif tu bois mon verre. Je me sentirais pas vexée."

Puis je réfléchis à ce qu'il vient de me dire. Je ne veux pas ruiner cette conversation dès le début et c'est bien pour empêcher ma langue d'agir par elle-même que je lui ai fais ce petit discours ridicule. Je soupire. Vraiment, je me demandais dans quelle famille j'avais atterrie des fois. Des parents irresponsable, un frère qui se fourre dans la merde, qui prend les pires décisions possibles avec les meilleures intentions du monde, une sœur suicidaire et une autre sœur, seule personne saine dans cette famille. Donc également une anormale. Faut dire que moi aussi j'étais bien gratinée. Rongée par la culpabilité d'une part, de l'envie de vengeance d'une autre, de tout oublier, de retrouver mon frère, de le bannir le plus loin possible de moi et de m'abandonner et le laissais gérer tout ça, simplement en me laissant porter. Mouais. Je suis sûre qu'un psychanalyste serait super heureux avec moi comme patiente. J'étais un sacré cas quand même. Je finis par déclarer :

"-Pourtant tu savais qu'on aurait préféré ça. Tu savais qu'on pourrait pas gérer. Tu savais que t'étais ce qui se rapprochait le plus d'un père et qu'on était encore des gamines, même Ayden. Et pourtant tu l'as fait. T'as pris la pire décision possible avec les meilleures intentions pourtant. Et pour ça, je voudrais te haïr, que tu m'énerves, que je n'ai qu'une seule envie, celle de t'encastrer dans un mur. Et pourtant je suis juste dévorée par la culpabilité et je n'ai qu'une seule envie. Te laisser gérer ce merdier et retrouver notre vie d'avant. Puis je trouve le moyen de fuir tout ça en m'enterrant sous le travail, en m'occupant de Lou le plus possible pour ne pas penser parce que, putain, si je me met à penser je suis foutue."
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le temps des réponse (With Loreleï)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le temps des réponse (With Loreleï)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}
» Prix du petrole a travers le temps
» Arrêter le temps...
» Lit sa si t'a du temps a perdre mon chou =D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orphelinat Moor RPG :: Corbeille-