Forum RPG. 1994. L'île est détruite mais la vie doit poursuivre son cours. Bartholomew Moor reprend l'île en main pour le meilleur ou pour le pire ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Parfois il y a certaine chose qu'on préférait ignorer (with Nathan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Parfois il y a certaine chose qu'on préférait ignorer (with Nathan)   Lun 30 Juin - 22:34


Parfois il y a certaines choses qu'on préférait ignorer

feat Nathan loyson & Spencer Filds


 
Mon regard se pose sur les têtes des élèves, ils sont tous penchés sur leur exercice, concentré, seul quelque chuchotements perturbent le silence, mais je laisse faire, l’entraide est quelque chose que j’encourage et tant qu’ils n’hurlent pas. Je répond distraitement à leur question, avoir les rouges bien qu’ils soient un peu bruyant est plus reposant que d’avoir les blancs, je ne passe pas trois heures à expliquer des notions qui paraissent bien compliqué aux yeux des élèves et qui ne restent pas dans leur tête à la fin du cour.

La sonnerie retenti, les têtes se tournent vers moi l’air suppliant, d’un signe de tête j’autorise les élèves à sortir, leur empressement à sortir est presque vexant mais je les comprends, à leur âge j’étais très certainement pareil. Ils passent devant moi à la vas vite et se mettent à crier dans les couloirs, je soupire, espérons que mes collègues est eux aussi lâché les fauves, que mes élèves ne perturbent pas leurs cours.

Mes yeux se posent sur l’enveloppe qui traîne sur ma table, je soupire, on me l’a apporté pendant le cour, je ne l’ai pas ouverte, en ce moment le courrier n’est pas synonyme de bonne nouvelle pour moi, il est hors de question pour moi de me mettre à pleurer devant les élèves, je sait qu’il me prendrait pour une faible et mon année risquerait de devenir un calvaire. Je fixe le petit morceau de papier, il semble me narguer. Je me mords la lèvre, hésitante, j’attrape finalement l’enveloppe

J’entends un bruit dans le couloir, ce sont mes collègues qui doivent se diriger vers la salle des profs, je ne me mêle pas à eux, en réalité je les évite enfin j’évite surtout Nathan Loyson, je me suis arrangé pour ne pas le croiser depuis ce fameux soir, celui où je l’ai réveillé en hurlant et où il a vu l’état de mon corps, ça vas faire deux semaine bientôt. Les bruits s’éloignent et je ne peux retenir un long soupir de soulagement. J'ai honte et puis je me sent mal à l'aise près de lui, je ne sait pas pourquoi.  

Je m’assois sur une table du premier rang et déchire précautionneusement la bandelette. Je tire la feuille qu’elle contient et quand les mots prennent tous leur sens, je sens l’émotion m’envahir, je ne peux pas m’empêcher d’éclater de plus belle en sanglots, nan ça ne peut pas être vrai, c’est impossible, tout mais pas ça, c’est le coup de trop. Je lâche la feuille, elle tombe sur le sol sans que j’y prenne garde. J’enfouie ma tête dans mes mains et laisse le flot de larme couler.

Je me ressaisis comme je peux, je me déplie et me laisse glisser sur le sol, je reprends la lettre et la froisse, je la lance à l’autre bout de la pièce, je refuse que ce soit vrai. Je me rapproche de la fenêtre et me regarde dans le reflet de celle-ci, j’écrase les larmes qui sont encore sur mes joues. Je souris, un sourire faux mais qui m’empêche de sombrer. Je remarque soudainement dans la vitre une silhouette qui se rapproche, avant que je ne puisse me retourner, une main se pose sur mon épaule.

Fiche by Yelli pour LG



Dernière édition par Spencer Filds le Mar 1 Juil - 13:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Parfois il y a certaine chose qu'on préférait ignorer (with Nathan)   Lun 30 Juin - 23:49



 





La sonnerie annonçant la fin des cours coupa Nate en plein milieu d'une de ses phrases. Il posa la craie qu'il tenait dans les mains en dessous du tableau noir, frotta ses deux mains l'une contre l'autre pour enlever les résidus de poudre blanche et libéra ses élèves d'une simple phrase tel que « Vous pouvez sortir. ». C'était aux Rubans blancs qu'il venait de faire cour et ceux-ci sortirent calmement mais assez bruyamment. Nate prit quelques minutes pour remballer ses affaires avant de sortir. Ces quelques minutes avaient suffit pour que le couloir se vide, les élèves étant partit pour la plupart dans la cour. Nate avança dans le couloir pour rejoindre la cour, puis l'escalier qui menait à l'étage afin de rejoindre la salle des professeurs. En passant devant la salle des Rubans rouges, il aperçut une silhouette familière par la porte. C'était Spencer Fils, la professeur de mathématiques. Depuis leur conversation en plein milieu de la nuit, qui avait eu lieu deux semaines plus tôt, Nathan avait tout fait pour éviter la jeune femme, même si il lui avait proposé son aide. Il avait appris ce que la jeune femme avait traversé ce fameux soir et il s'en voulait d'éprouver des... sentiments à son égard. Il la trouvait jolie et charmante, il ne la connaissait pas vraiment, mais c'était déjà trop. Il ne pouvait se permettre d'éprouver ce genre de sentiments pour la jeune femme alors que celle-ci venait de perdre son fiancé ! Ce n'était pas digne d'un gentleman de faire des avances à une femme dans sa situation et de plus, Nate ne voulait pas nourrir de faux espoirs. Alors, il avait terré ses sentiments au fond de lui et il avait évité la jeune femme pour éviter que ce qu'il ressentait se développe de trop.

Nate observa son visage par la porte tandis qu'elle lisait une lettre. Elle était vraiment jolie, même si il trouvait qu'elle portait trop de maquillage. Mais il en savait la raison, elle dissimulait des ecchymoses. Ceux-ci avait dû régresser depuis qu'il les avait vu, après tout, cela faisait déjà deux semaines. Puis, soudainement, alors qu'il était pris à la contempler – quel genre de voyeur était-il ? – des larmes se mirent à couler le long des joues de la jeune femme. Les yeux du professeur s'écarquillèrent à cet vision. La jeune femme lâcha la feuille qu'elle tenait et éclata en sanglots quelques instants. Nate était pétrifié par cette vision, il ne pouvait faire un geste. Puis, elle se ressaisit et s'approcha de la fenêtre. Le français réagit enfin et avança vers la jeune femme. Il posa une main réconfortante sur son épaule.

« Mademoiselle Filds...? »



© Magda Sully sur Never Utopia


Dernière édition par Nathan Loyson le Mar 22 Juil - 15:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Parfois il y a certaine chose qu'on préférait ignorer (with Nathan)   Mar 1 Juil - 13:57


Parfois il y a certaines choses qu'on préférait ignorer

feat Nathan loyson & Spencer Filds


 
Je ne peux m’empêcher de frissonner quand la main entre en contact avec ma peau fragilisé, je n’ai plus l’habitude qu’on me touche, je suis devenue un peu asociale ici et puis ma peau est encore sensible, elle met bien longtemps à redevenir normal et ça m’inquiète. Je dégage donc mon épaule, car elle commence à me lancer. Je me retourne mais j’ai déjà reconnue la voix qui m’a interpellé, en découvrant derrière moi Nathan Loyson je ne suis donc pas surprise. Je le regarde et lui sourit, du même sourire faux que je viens de mettre au point en me regardant dans la fenêtre.

Je ne peux m’empêcher de rougir en le voyant, je remercie alors le maquillage qui masque mes joues, ainsi il ne me  voit pas rougir comme une gamine. Je soupire tout de même, je ne comprends pas pourquoi je réagis comme ça face à lui, je ne suis pas aussi  timide habituellement, j’ai l’impression d’être de retour à la fac avec … Alexeï. A ce souvenir je mords ma lèvre, un peu trop fort, je sens une goutte de sang couler le long de mon visage. Je me sent coupable de ressentir des sentiments envers un autre alors que ça fait seulement un peu plus d’un mois qu’Alexeï est mort, j’ai l’impression de le trahir, et la culpabilité vient maintenant s’ajouter à mes cauchemars.

J’ose croiser le regard de mon collègue, je balbutie d’un air plus que pitoyable :
- « Heu Bonjour Monsieur Loyson. »
Je me détache doucement de lui me reculant, je suis un peu angoissé à l’idée d’être coincé entre lui et la fenêtre, prise au piège. Je me posse sur une table et observe en silence mon collègue, quelques secondes. Je ne sais pas vraiment que dire, j’espère qui ne m’a pas vus pleurer, pas encore, j’aurais trop honte plus face à lui que face à n’importe qui. Je reste un instant à l’observer, je me rends compte que se silence doit être pesant mais je n’ose pas le briser.

Mes bras se croisent sans que je le veuille et je frisonne. Je regarde de plus belle mon collègue. Il est charmant, très et attentionné surtout car même si je n’ai jamais osé je sais très bien que j’aurais pût aller le voir à tous moment. Il est encore plus beau de jour, impeccablement coiffé et habillé, je repousse de nouveau cette pensé, tu n’a pas le droit Spencer. Je décroisse les bras et me dirige vers mon bureau là ou sont encore étalé toutes mes affaires.
- « C’est votre salle suivante n’est ce pas ? Je suis désolé d’être si lente, je me dépêche, vous avez surement envie de préparer votre cour ! »
Sur ce j’attrape la brosse et commence à effacer les maths qui y sont affichés. La brosse m’échappe des mains et vas s’écraser, je ne peux réprimer un juron.

Fiche by Yelli pour LG
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Parfois il y a certaine chose qu'on préférait ignorer (with Nathan)   Ven 11 Juil - 21:19



 





Nate s'approcha de sa collègue et se baissa pour ramasser la brosse qui s'était échappée de ses mains.

« Non, ce n'est pas ma prochaine salle. Je... Je vous ai juste aperçus et je venais vous saluer, dit-il, avec un petit sourire en direction de la jeune femme.»

Il lui tendit l'objet qu'il tenait. Mieux valait ne pas faire remarquer qu'il l'avait vu pleurer, cela ne ferait que gêner encore plus la jeune femme et il ne voulait pas la mettre mal-à-l'aise. Cela devait déjà être trop pour elle que Nate l'ai vu pleurer l'autre nuit...
Il observa la jeune femme et se racla la gorge, cherchant ce qu'il pouvait bien lui dire. Des pensées sans queue ni tête lui traversèrent l'esprit et sa bouche était un peu pâteuse. Il ne savait pas vraiment quoi lui dire. Il se sentait dans une situation inconfortable : c'était lui qui était venu l'aborder et maintenant, devant elle, alors que des sentiments interdits le traversaient, il ne savait pas comment engager une discussion saine avec Spencer. Mais quel idiot il faisait parfois...

« Hum...»

Il se racla la gorge derechef, avant de reprendre d'une voix calme et qu'il espèrait posé :

« Comment allez-vous depuis la dernière fois ? »

Pourquoi devait-il rappeler un mauvais souvenir à la jeune femme et pourquoi cela était la seule chose qu'il trouvait à dire ?

« Hum... »


Il baissa la tête, le rose aux joues, gêné de son comportement. Il ne pouvait pas se comporter comme un homme oui ? Il n'était plus un adolescent aux hormones en folie ! Mais que lui prenait-il quand il était proche de Spencer Filds, la ravissante professeur de mathématiques ?



© Magda Sully sur Never Utopia


Dernière édition par Nathan Loyson le Mar 22 Juil - 15:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Parfois il y a certaine chose qu'on préférait ignorer (with Nathan)   Dim 13 Juil - 16:07


Parfois il y a certaines choses qu'on préférait ignorer

feat Nathan loyson & Spencer Filds


 
Je regarde la brosse tomber au sol, je n'y voit pas qu'une simple brosse qui tombe, je voit une mini Spencer tomber dans le vide, oui cette brosse est comme moi, elle chute sans rien pouvoir y faire, moi c'est un peu pareil je n'ai plus aucune emprise sur ma vie et je ne peut arrêtez ma chute. Je me mord la lèvre, ridicule voilà ce que je suis, je me compare à une brosse maintenant. Je remarque alors la main qui attrape l'objet et le remonte, je songe alors que moi aussi je peut remonter la pente si quelqu'un me tend la main, oui avec de l'aide peut être que je peut survivre.

Je regarde Monsieur Loyson, il me sourit et me dit qu'il m'a tout simplement vus dans la salle et qu'il voulait me saluer. Je déglutit, il m'a vus, est ce qu'il m'a vus pleurer, m'a t'il vus jeter cette fichu lettre ? Où est elle d’ailleurs ? Je la cherche du regard, le petit bout de papier me nargue à l'autre bout de la pièce, ça m'a fait du bien de la jeter sur le moment mais je sait bien que m'en débarrasser n'effaceras pas ce qui y ait écrit car ces mots sont bien réel.

Mon collègue toussote attirant mon attention, je saisit la brosse qu'il me tend depuis quelques secondes déjà . Il semble gêné, je suis quasiment certaine qu'il m'a vu. Je me mord la lèvre, il vas vraiment me prendre pour une fille bizarre, trop sensible. Il me demande :
- « Comment allez vous depuis la dernière fois ? »
La dernière fois c'était ce fameux soir, celui où j'ai hurler en pleine nuit, éclater en sanglot et parler d'Alex, j'ai dût sembler folle. Comme je regrette qu'il m'est entendu, j’aurais préféré affronter mes démons toutes seule, pas besoin d’étaler ma vie à tous le monde.

Il toussote de nouveau attirant de plus belle mon attention ; il à baissé la tête et je croit qu'il à légèrement rougit, est ce à cause de moi ? Je l'intimide ? Ressent il des sentiment à mon égard comme j'en ai pour lui ? Nan c'est ridicule il ne peut pas être attirer par moi il à vus mon véritable visage, déformé par l'accident et même si les bleus se sont légèrement estompé je ne peut toujours pas sortir sans maquillage. Nan Nathan ne ressent probablement rien à mon égard, pas comme moi. Moi je pense à lui, souvent, trop, voilà pourquoi ça fait deux semaines que je ne lui ait pas parlé, je l'évite car je crois que je tombe amoureuse.

Je réfléchit que dire, depuis la dernière fois, j'ai essayé d'oublier, j'ai tout fait pour ça, j'ai retiré la bague de mon doigt et la photo du frigo. J'ai essayé d'aller de l'avant comme on dit, mais j'ai l’impression de m'enfoncer un peu plus chaque jour, comme si j’étais attirer par le fond.Les cauchemars et les souvenirs persistent, ils me guettent revenants plus horribles chaque fois, le moindre moment où je ferme les yeux je revoit la voiture qui nous fonce dessus. Il m'arrive parfois d'entendre la voix d'Alexeï à la place de celle d'un élève et chaque mot que je prononce me fait penser à un souvenir. Nan je n'ai pas encore oublié Alex, malgré tous je n'arrive pas à regarder Nathan sans avoir des pensées déplacés et la seule chose qui m'empêche de sombrer totalement lorsqu'un souvenir m’assaille est de songer à son visage.

Je me mord la lèvre un peu plus fort pour ne pas laisser échapper une bêtise, je sert tant les dents que je ressent subitement une petite sensation désagréable, je vient de me couper et le sang commence à couler tout doucement, je grimace en sentant le goût du liquide qui se répand dans ma bouche. J’essuie doucement mon menton puis regarde le professeur de littérature, un petit sourire gêné se dessine sur mon visage.
- « Depuis la dernière fois ? Et bien je doit avouer que j'ai un peu tout fait pour vous éviter, ce n'est pas que je ne vous apprécie pas..., au contraire, ... mais j'ai honte de cette facette que vous avez aperçut. Habituellement je ne suis pas aussi … expressive »
Je réalise ce que je vient de dire, j’enfouis mon visage dans mes mains et tourne le dos à Nathan, honteuse, nan ce n'est pas vrai, je n'ai pas dit ça ! Je me maudit, Spencer il faut vraiment que tu réfléchisse avant de parler, en plus tu répond complètement à coté de la plaque. Que vas t'il penser ? Mais il est trop tard, ce qui est dit est dit plus moyen de reculer.

Fiche by Yelli pour LG
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Parfois il y a certaine chose qu'on préférait ignorer (with Nathan)   Sam 16 Aoû - 17:28



 






La réponse de Spencer surprit beaucoup Nathan. Il ne savait pas vraiment ce qu'elle impliquait pour être honnête. Son « au contraire » voulait-il dire qu'elle éprouvait des sentiments pour lui ? Il se fustigea mentalement : ce n'était pas possible. Elle avait perdu son fiancé il n'y avait que quelques temps de cela et elle ne devait pas être à la recherche d'un homme. Nate ne devait pas essayer de se rapprocher de la jeune professeur de cette manière, ce n'était pas convenable. Pourtant, il savait qu'il voulait se rapprocher d'elle et il se cachait derrière l'excuse pathétique qu'il ne faisait cela que pour lui venir en aide. En réalité, chaque minute, chaque seconde passé avec elle, la situation aussi gênante puisse-t-elle être, était une seconde de bonheur pour lui. Sa raison lui disait de ne pas éprouver ce genre de sentiments romantiques pour la jeune femme mais son cœur lui dictait une autre conduite. Qu'il était stupide ! Il croyait être redevenu un adolescent, ce qu'il détestait par dessus tout. Il devait se comporter en homme, en gentleman.
Elle disait avoir honte de la facette qu'elle avait montré d'elle mais lui aussi avait honte de ce qu'il montrait de lui à cette magnifique jeune femme. Pourtant, il n'y même pas de comparaison à avoir, elle lui avait montré une facette plus sombre, lui juste une facette ridicule. Il se sentit triste pour tous les événements qu'elle avait dû traverser et il voulait lui changer les idées. Il posa une main sur son épaule alors qu'elle lui tournait le dos.

« Ne vous inquiétez pas pour ça, Mademoiselle Filds. Mais si cela vous préoccupe vraiment, pourquoi ne pas me montrer une autre facette de vous ? Est ce que vous voudriez aller boire un café avec moi, après les cours d'aujourd'hui ? Nous pourrions faire plus ample connaissance. Enfin, si vous ne le désirez pas, vous pouvez refuser, je ne vous en tiendrais pas rigueur. »


Il lui sourit, attendant qu'elle se retourne, qu'elle lui donne sa réponse.



© Magda Sully sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Parfois il y a certaine chose qu'on préférait ignorer (with Nathan)   Ven 22 Aoû - 16:37


Parfois il y a certaines choses qu'on préférait ignorer

feat Nathan loyson & Spencer Filds


 
Je sent une main se poser sur mon épaule, je n'ose pas me retourner, je reste pétrifié face à ce contact apaisant, je savoure chaque seconde où il me touche, ravie de tant d'attention de la part de Nathan mais aussi tiraillé par la culpabilité, car justement je ressent trop de sentiment envers Nathan, je me sent salle, ingrate face à l'amour qu'Alex me portait, face à tous ce qu'il m'a offert. Je ne connaît pas les sentiment que le jeune homme ressent à mon égard mais si il ressent la même chose que moi et bien je ne le mérite pas, personne ne devrait m'aimer et je ne devrait aimer personne, j'ai déjà connu l'amour, la vie me l'a reprit, je devrait être en pleine déprime pas essayer d'attirer l'attention d'un autre.

Je ne sait pas combien de temps nous restons ainsi silencieux, sa main posé sur mon épaule mais pour moi on passe un siècle ainsi. La voix de Nathan brise mes réflexions, il me propose de prendre un café ensemble pour me permettre de lui faire découvrir une autre facette de ma personnalité, autre que mon coté chouineur et apeuré, je soupire, est ce que cette autre facette existe encore ? Vais je arriver à faire revivre la Spencer combative, souriante et toujours en train de rire que j’étais avant ? J'en doute mais pour lui je serait prête à beaucoup, y comprit fouiller au plus profond de moi pour la refaire surgir.

Je prend une grande inspiration puis affiche un grand sourire sur mon visage avant de me retourner pour faire face à Nathan. Je suis tendue, ne serait ce pas ce qu'on appelle un rendez vous ? En tout cas ça en a tout l'air à mes yeux. J'hésite un instant puis finit par répondre/
- « Avec grand plaisir mais à une condition cependant, appelez moi Spencer, Mademoiselle c'est bien trop solennel, je pense qu'en vu de ce que nous avons partager on peut se permettre d'utiliser nos prénoms. »
Je lui sourit attendant ses réactions mais aussi qu'il me dise quand se retrouver.

Fiche by Yelli pour LG
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Parfois il y a certaine chose qu'on préférait ignorer (with Nathan)   Ven 29 Aoû - 20:59



 






Le sourit de Spencer illumina Nathan, c'était probablement la première fois qu'il l'a voyait aussi radieuse. Il sourit à son tour.

« D'accord, je vous appellerais Spencer. Appelez moi Nate dans ce cas ! Je préfère ce diminutif à Nathan. »


Nathan ne pouvait pas empêcher un sourire d'étirer ses lèvres. Il était tellement heureux que la jeune femme ait acceptée son invitation.

« Il a un petit café dans le village où nous pourrions aller. Enfin si cela vous va... Disons vers 17h30, à la grille de l'orphelinat ? »


Nate se faisait une telle joie de sortir avec la jeune femme et d'avoir l'occasion de la voir en dehors de son lieu de travail. Il aimait beaucoup cette idée. Puis, le fait que cela était probablement un rendez-vous lui frappa l'esprit et il se mit à rougir. Gêné, il toussota légèrement avant de sourire timidement.

« Vous acceptez, Mademoi... Spencer ? »


Il savait que cette phrase n'était pas aussi simple qu'elle ne paraissait. Pour le professeur de littérature, elle voulait dire bien plus qu'un simple café avec une collègue car, bien qu'ils ne se connaissaient seulement depuis peu de temps, Nate fondait déjà beaucoup d'espoir sur cette relation. Et il savait que pour la jolie jeune femme qui lui faisait face, cette décision était tout aussi difficile, à cause de son passé...




© Magda Sully sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Parfois il y a certaine chose qu'on préférait ignorer (with Nathan)   Dim 31 Aoû - 22:25


Parfois il y a certaines choses qu'on préférait ignorer

feat Nathan loyson & Spencer Filds


 
Il me sourit lui aussi, ne pouvant que me faire rougir de plus belle, j'ai l'impression d'être retourné au collège, où l'on flirtait les uns les autres en ayant peur des ragots. Je le dévore du regard tant dis qu'il accepte de m'appeler Spencer et me demande d'utiliser son surnom, je trouve ça plutôt dommage qu'il n'utilise pas son prénom, je le trouve ravissant, mais je ne dit rien, c'est son choix après tout, il doit avoir ses raisons et puis Nate fait assez américain c'est plus facile à prononcer pour moi.

Il sourit de plus belle et je fait de même. Il m'invite au café du village, je ne peut réprimer une grimace, le village c'est assez loin, j’espère qu'il ne compte pas faire le trajet en voiture, je n'ai toujours pas repris confiance dans les véhicules motorisé. Je reprend mon sourire, si Nate est là peut être que ça pourrait passez, au pire ressayait de le convaincre de marcher, c'est plutôt … romantique. Spence, ne te fait pas de film, c'est juste une sortie entre collègue, songeai-je.

Il me demande si j'accepte, je me retient de hurler de joie et finit par répondre :
- « Bien sur ! »
Je lui sourit de plus belle avant de murmurer :
- « A ce soir alors, ... Nate. »
Je me faufile hors de la salle en ramassant mes affaires entassé sur le bureau. Une fois dans le couloir je commence à rêvasser à ce café que l'on vas partagé, je soupire voilà une façon d'oublier toutes ces mauvaises nouvelles qui s’enchaînent, il me semble brusquement que j'ai oublié quelque chose, la lettre, celle que j'ai roulé en boule et envoyé voler à l'autre bout de la pièce, je me mord la lèvre, hors de question de retourner la chercher mais de toute façon vu l'état dans laquelle je l'ai mise elle doit être indéchiffrable, tant mieux.

La fin d'après midi me semble durée une éternité, surtout que je n'ai pas cour, je suis donc condamné à préparer mes cours puis à tourner en rond dans mon appartement, mon studio plutôt vu le peu d'espace dont je dispose. Je regarde ma montre toutes les cinq secondes, pestant quand l'heure n'avance pas assez vite à mon goût, c'est à dire tous le temps, j'ai l'impression que je suis en train de repasser mes examens. Après avoir changé dix fois de tenue je finit par me décider pour une robe manche longue avec des collants assortis qui couvrent ainsi les dernière traces de l'accident. Je me recoiffe, me remaquille, il est maintenant clair que dans ma tête ce n'est pas une simple sortie amicale entre collègue mais bien un rendez-vous.

Me voilà devant la grille, il est a peine dix sept heures dix mais je ne pouvait plus rester dans mon appartement. Je fixe la porte de l'orphelinat attendant que la porte s'ouvre sur Nathan. Je ferme les yeux un instant songeant a ce que je vais pouvoir lui raconter, comment vais je pouvoir lui faire oublier ce qu'il a vu ? J'en ai aucune idée, j’espère que je vais m'en sortir, je ne supporterais pas qu'il se désintéresse de moi. Je rouvre les yeux et mon visage s'illumine en découvrant Nate qui sort de l'orphelinat pour se diriger vers moi.

Fiche by Yelli pour LG
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Parfois il y a certaine chose qu'on préférait ignorer (with Nathan)   Dim 21 Sep - 15:06



 






La jeune femme s'en alla, laissant Nate seul dans la salle de classe. Un sourire, qu'il savait niais, était collé à son visage. Il se retenait de sauter de joie. Il était un adulte, ce ne serait pas un comportement adapté à son âge. Il sortit de la salle avec l'impression de flotter sur un nuage. Son cœur battait la chamade et il espérait que l'après-midi passe rapidement, jusqu'à l'heure du rendez-vous qu'il avait fixé avec Spencer.
Malheureusement, ses cours de l'après-midi passèrent lentement. Il était déconcentré et il se trompait de nombreuses fois. Ses lapsus devaient alertés ses élèves. Il n'arrivait pas à faire cours correctement et il en avait honte. Il se mettait dans cette état simplement à cause d'un rendez-vous avec la jeune professeur de mathématiques. Il avait l'impression d'être redevenu un adolescent remplis d'hormones et il avait honte de ce comportement.
Pourtant, quand la fin des cours sonna, à 17h, il se dépêcha de rejoindre sa chambre, pour se préparer. Il se changea, décidant d'enfiler une tenue plus décontractée puisqu'il s'habillait en costume tous les jours. Il hésita longuement avant de mettre un jean noir et une chemise "de bucheron", une chemise à carreaux rouge. Il jeta un regard à ses cheveux dans le miroir de sa salle de bain. Ils étaient ébouriffés et si il voulait bien se coiffer, il lui faudrait au moins trente minutes. N'ayant pas le temps, il mit un bonnet en laine noir qui dissimulait la plus grosse masse de ses cheveux et essaya de coiffer le reste. Plutôt satisfait du résultat final, et jetant un regard à l'heure - 17h20 -, il décida de se rendre au portail, pour être en avance et attendre la jeune femme. Il fut surpris en voyant qu'elle était déjà là, à l'attendre lui.
Elle était magnifique et sa vision apporta un sourire à Nathan. Quand elle l'aperçut, elle sourit également et le professeur de littérature la trouva rayonnante. Il appréciait beaucoup son sourire. Il trottina jusqu'à elle.

« Bonjour, Spencer.»

Il prononça cette phrase doucement. Prononcer le prénom de la jeune femme le fit rougir, il trouvait cela intime et cette proximité nouvelle avec la professeure de mathématiques le rendait heureux. Ils commencèrent à marcher vers le village.

« Avez-vous passer une bonne après-midi ? »


Autant commencer la conversation avec une question banale, pour la mettre à l'aise.




© Magda Sully sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Parfois il y a certaine chose qu'on préférait ignorer (with Nathan)   Mar 23 Sep - 18:21


Parfois il y a certaines choses qu'on préférait ignorer

feat Nathan loyson & Spencer Filds


 
Je regarde Nate se rapprocher en trottinant, un grand sourire est affiché sur son visage, il semble apprécier ma compagnie, tout comme j'apprécie la sienne. Il prononce tout doucement mon prénom, me tirant un nouveau sourire, j'apprécie la façon dont il le prononce, l'entendre de sa bouche me fait un drôle d'effet, doux apaisant, ça le fait rougir lui et je ne peut m’empêcher de trouver ça mignon. Je me passe une main dans les cheveux avant de lui répondre :
- « Bonjour Nate ! »
Je distingue bien les deux syllabes d'un ton peut être un peu trop charmeur qui m'échappe. Je me mordille la lèvre, qu'est ce qui me prend ? Je passe pour quoi en me comportant de la sorte ? Pour une pauvre garce à mon avis.

Je le regarde de nouveau malgré tout, car ce que je commence à ressentir pour lui ne dépend pas de ma volonté, je ne peut pas me contrôler, malgré toute ma bonne volonté. On commence à marcher vers le village, je réprime un soupir de soulagement, pas de balade en voiture en perspective, là il m'aurait définitivement misse dans la catégorie folle. Je profite du silence pour le détailler des pieds à la tête, il s'est changé lui aussi, quittant les costumes qu'il porte habituellement. Il à une splendide chemise à carreaux, qui je doit l'avouer sculpte parfaitement son torse, il est beau, presque autant que ce fameux soir, même si j'avoue le style décoiffé m'avait totalement fait craquer ce soir là.

Je remarque brusquement le col de la chemise, légèrement de travers, mes mains veulent le remettre mais je me l'interdit, fixant mes yeux sur son doux visage. La question de Nathan me surprend, je ne sait que répondre. Comment lui avouer que c'était quasiment le pire après-midi de ma vie ? Tant à cause de cette matinée pourrie et à ce qu'elle signifiait qu'a cette attente, insoutenable à mes yeux. Je soupire, que dire ? Allez réfléchie ma belle. Je finit par répondre tout doucement :
- « Et bien plutôt long en réalité, je n'avais pas de cour et j'ai déjà courut à mon réveil, mais c'était mieux que ma matinée. »
Je me tait avant de continuer à m'enfoncer, mais je ne peut cependant pas m’empêcher de murmurer :
- « Mais ici au moins le facteur ne passe que le matin »
Soupir, sourire.


Un courant d'air vient soudainement sur moi, instinctivement je vais me serre contre Nathan, pour me réchauffer, oubliant légèrement que ce n'est pas mon Alex. Je lève les yeux et reconnaît le visage de Nate, je devient pivoine et m'écarte avec empressement, balbutiant quelque mots d'excuse. Je me sent vraiment mal et le peu d'assurance que j'avais encore s'envole. Je suis incapable de me contrôler, pitoyable, pathétique. Je souffle essayant de faire comme si ça ne c'était pas passé :
- « Et vous Monsieur Loyson ? Votre après-midi ? »
Je me rend compte que j'ai ré-utilisé son nom de famille, signe évident du malaise qui me reprend. Je suis étrange, c'est lui qui me fait cet effet et ça me fait plutôt peur à vrai dire.

Fiche by Yelli pour LG
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Parfois il y a certaine chose qu'on préférait ignorer (with Nathan)   Lun 20 Oct - 11:22



 





Les paroles de la jeune femme et la façon qu'elle avait de prononcer son nom fit frissonner Nate de plaisir. Son sourire se fit encore plus grand, si cela fut possible.
Ils commencèrent à marcher vers le village, Nate se sentit un peu gêné de l'obliger à marcher mais il ne possédait pas de voiture et il n'avait pas conduit depuis des années, depuis son dernier voyage en France en réalité. Il n'aimait pas conduire, même si il aimait avoir cette indépendance que procurait la possession d'une voiture.
Un silence se fit entre les deux adultes. Ce n'était pas vraiment un silence lourd, Nate se sentait bien au côté de la jeune femme. Il n'osa pourtant pas la regarder, de peur qu'elle le surprenne. Il ne pouvait s'empêcher de sourire et des papillons dansaient dans sa poitrine.

Nate n'osa pas demander ce qu'il s'est passé ce matin là : il savait que cela devait avoir un rapport avec la lettre qu'elle lisait et qu'il l'avait fait pleuré, avant qu'il ne la rejoigne. Sa dernière phrase confirma les doutes de Nathan et il lui sourit tristement.

Ses pensées tristes s'éloignèrent quand il sentit la jeune femme se collait contre lui. Il frissonna à son toucher, pourtant rapide avant qu'elle ne s'éloigne. Il ne put s'empêcher de sourire une nouvelle fois. Bon dieu, qu'il était niais quand il était avec Spencer ! Il n'avait jamais éprouvé des sentiments de ce genre aussi rapidement pour une personne. La jeune femme avait déjà pris une place très importante et spéciale dans son cœur, il ne pouvait en faire autrement.

« Ce n'est pas grave, répondit-il, doucement, quand la belle professeur s'excusa. »

Elle reprend la conversation comme si rien ne s'était passé et Nate en ait plutôt heureux : il ne veut pas que ce soit gênant entre eux. Pourtant, elle l’appela par son nom ce qui fit froncer les sourcils de Nate. Il répondit pourtant d'une voix assez enjoué, cachant le petit malaise que l'utilisation de son nom de famille avait entraîné :

« Eh bien, je pense que mes élèves veulent me faire interner après cette après-midi catastrophique ! Je n'arrivais pas vraiment à me concentrer, j'avais quelqu'un en tête toute l'après-midi, quelqu'un de bien plus intéressant que tous les écrivains du monde... »

Il posa un regard doux sur Spencer, lui indiquant très clairement que c'était elle, la personne qui emplissait ses pensées désormais.








© Magda Sully sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Parfois il y a certaine chose qu'on préférait ignorer (with Nathan)   Lun 20 Oct - 16:23


Parfois il y a certaines choses qu'on préférait ignorer

feat Nathan loyson & Spencer Filds


 
Le contact avec Nathan n'avais pas été désagréable, bien au contraire et je m'en voulais d'avoir été heureuse de le sentir sa peau contre la mienne. Je l'aimais je ne pouvais plus fuir cette réalité mais j'avais peur car je venais de perdre Alex, j'avais peur de ce qu'on dirait sur moi mais aussi et surtout peur de ressentir de nouveau cette douleur, perdre une personne que j'aimais je ne m'en était pas vraiment remise, je ne voulait même pas imaginer voir tout ça recommencer, ça serais bien trop inhumain, insoutenable. Je frissonnait doucement pour chasser cette envie de pleurer qui me prenait en pensant pouvoir le perdre, ça serait trop injuste, puis je me maudis je n'était surement qu'une collègue un peu étrange pour lui et il m'avais invité uniquement par politesse, cette idée me fit me sentir mal et en même temps elle me soulageais.

Il me dit que ce n'était rien, que ce n'était pas grave, mais pour moi ce n'était pas le cas, j'avais aimé et mon cerveau avait donné cet ordre clairement conscient que c'était Nate, comme si il me poussait à tourner la page, l'amour semblait être bien plus efficace que le reste. Mon pas se fait tout de même plus rapide, je n'aurait pas dût, je me le répète en boucle, essayant de me convaincre moi même, tout dans mon esprit n'est que contradiction, ce que c'est compliqué, tordu. Un instant je me dit que j'aurais dût rester aux États-Unis à me morfondre et la seconde d'apres mon cœur me dit que je ne l'aurais jamais rencontré.

Ses paroles me tirent de mes pensées, je mit un instant à comprendre vraiment ce que ces mots cachaient, une déclaration, ni plus ni moins et le regard de Nate confirmait, ainsi mes sentiments n'étaient pas à sens unique, il ressentais quelque chose pour moi, de l'amour? Je n'osai y croire, je ne méritais plus qu'on m'aime, la vie m'avais déjà tant donné, mais après tout elle m'en avait aussi beaucoup prit, ce n'était que donc justice de retrouver un peu de douceur dans ce monde qui était si noir. Un grand sourire s'afficha sur mon visage, face à son regard, ses paroles, j'eu envie de fondre en larme de joie, de rire comme une gamine et de sauter de joie, mais je ne parvint qu'a sourire. Je me rapproche doucement de lui, pas si prêt que tout à l'heure cependant et lui glisse:
- "Si ils veulent faire ça, il devront s'opposer à moi, je ne permettrais à personne de t'éloigner de moi!"
Je fut moi même surprise par mes paroles, j'était repassé au tutoiement, c'était mieux ainsi.

Je m'éloigne de nouveau, souriante, je me sent de nouveau légère, heureuse, j'ai l'impression d'être de retour à la fac, j'ai envie de m'amuser, flirter avec Nate, m'amuser, prendre du bon temps, comme avant. Je presse doucement le pas et frisonne, ce qu'il peut faire froid dans ce pays. Je me retourne vers Nate, grand sourire toujours aux lèvres, je suis bien ici, malgré le froid, il est prêt de moi et je sais maintenant que c'est tout ce qui compte, l'avoir prêt de moi et savoir que lui aussi il veut de moi, je ne pensait plus jamais ressentir ça. J'ai brusquement peur, la lettre, ce que ça implique, je chasse presque aussitôt ses pensées, impossible, c'est une erreur. Je ralentit retourne à la hauteur de Nate, sans oser le toucher de nouveau cependant et je lui glisse:
- "Et bien en tout cas faisons en sorte que cet après midi se finisse bien!"

Fiche by Yelli pour LG


Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Parfois il y a certaine chose qu'on préférait ignorer (with Nathan)   Mer 22 Oct - 13:20



 





La possessivité de Spencer fit plaisir à Nathan : elle ressentait donc la même chose que lui. Il en était heureux ! Il la vit néanmoins s'éloigner de lui mais elle sembla joueuse alors il la suivit de près. En la voyant frissonner, il s'en voulait de ne pas avoir pris de veste à lui passer. Elle se rapprocha de lui et il hésita un instant. Il finit par glisser sa main dans celle de la jeune femme, en souriant comme un imbécile heureux.

« Oui, faisons en sorte que cette après midi soit inoubliable... murmura-t-il avec un sourire. »

Il espérait que ce qu'il avait prévu allait bien se passer, que cela allait plaire à la jeune femme. Il voulait tout faire pour lui faire plaisir, pour lui faire passer un agréable moment en sa compagnie.

Ils marchèrent jusqu'au village, en silence, main dans la main. Nate se demanda un instant si cela ne gênait pas Spencer, d'être aussi proche – et intime. Pourtant, même avec ces considérations en tête, il ne voulait pas enlever sa main. Il était bien comme cela. Il sentait son cœur gonflé de plaisir et ses joues allaient devenir douloureuses si il continuait à sourire comme il le faisait.

Ils arrivèrent donc à destination et Nathan guida la jolie professeure jusqu'à un petit salon de thé qu'il avait découvert peu de temps après avoir débarqué ici. Il appréciait la boutique et la vielle dame qui la tenait. Elle était anglaise et fort sympathique et surtout, elle savait faire un vrai thé anglais, ce que Nate appréciait par dessus tout. Il tient la porte à Spencer, l'invitant à entrer.
Le salon de thé n'était pas très grand mais il était lumineux et très joliment agencé. De petites tables basses et rondes en bois étaient entourés de jolies fauteuils en tissus rouges. Des nappes en dentelles blanches recouvraient les tables et un immense bar étaient situés au fond de la boutique, remplis de pâtisseries plus alléchantes les unes que les autres. Un lampadaire en cristal pendait au plafond, bien qu'il fut éteint, le soleil passant par les grandes fenêtres suffisait à éclairer la pièce.
Nate s'approcha du bar et appuya sur une sonnette qui y était posée. Une dame dans la soixantaine sortit de derrière une teinture qui menait certainement vers la cuisine. Quand elle vit Nate, elle le salua d'un sourire – appréciant le jeune homme pour les longues discussions qu'elle avait déjà eu avec lui par le passé. Elle remarqua bien vite Spencer également et se tourna vers le professeur de littérature pour lui faire un clin d’œil qui le fit rougir.
Il guida ensuite son invitée vers le fond de la boutique, pour un peu d'intimité, bien que celle-ci fut complètement vide à cet heure-ci.

« J'ai pensé que ce serait une bonne idée de vou... t'emmener ici. Nous pourrons aller dîner aussi après, si tu le désires. Bien que je te conseille fortement les pâtisseries vendues ici, elles sont délicieuses. »

Il espérait que l'endroit plaisait à Spencer. Il lui dévoilait probablement l'endroit qu'il préférait de l'île, une petite boutique inconnu où il allait dès qu'il le pouvait. Il y avait quelque chose d'exaltant à voir Spencer ici. La femme qu'il aimait dans un endroit qu'il aimait.

Il lui tendit un menu, la laissant choisir ce qu'elle désirait commander.




© Magda Sully sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Parfois il y a certaine chose qu'on préférait ignorer (with Nathan)   Mer 22 Oct - 20:08


Parfois il y a certaines choses qu'on préférait ignorer

feat Nathan loyson & Spencer Filds


 
Je souriais heureuse d'être là, auprès de Nate, sentir sa présence, son odeur, entendre sa voix. Mon pas se ralentit légèrement. Je sent brusquement sa main se glisser dans la mienne, je frissonne doucement à son contact, c'est agréable, je le laisse faire, heureuse, ça faisait si longtemps qu'un homme ne m'avait pas touché. Je sourit encore un peu plus, il est maintenant clair que nos sentiments sont bien plus loin que de l'amitié même si j'ignore encore où tout ça vas nous mener, pour l'instant je veut juste profiter. Je n'ose pas trop serrer la main, ne pas imposer ma présence, aller trop vite, tout faire rater mais en tout cas je ne veut pas que sa main lâche la mienne, sous aucun prétexte. Je n'ai plus froid, la présence de Nate suffit à me réchauffer.

Nous marchons un moment en silence jusqu'au village, nos mains toujours l'une dans l'autre, les paroles de Nate résonne dans mon esprit comme une promesse, un après-midi inoubliable, je l'espère bien, je me sait maintenant prête à tourner la page, revivre une nouvelle histoire, j'ai fait de la place dans mon cœur pour Nate, oublier un peu Alex, la douleur surtout et continuer d'avancer avec un autre à mes cotés, Nate je l’espère. Je pousse un soupir nostalgique et serre un peu plus la main de Nathan. On arrive au village, ça me fait du bien d'être là, loin de l'orphelinat et de son cotés déprimant.

Je laisse Nate m’entraîner là où il veut, lui faisant entièrement confiance. Il m'attire vers une petite boutique discrète, je sourit en le voyant me tenir la porte, ce petit coté galant me fait totalement craquer. Je pénètre dans le magasin et je suis immédiatement charmé par le lieux, c'est petit et coquet, magnifiquement décoré et lumineux, agréable tellement mais aussi extrêmement romantique. Ma main n'est plus dans celle de Nate, je le regrette un peu. Mon regard parcourt la pièce, fixant chaque recoin, ça me rappelle des souvenirs heureux. Je suis Nathan vers le bar, jetant un œil groumant vers les tas de pâtisseries disposé sur les présentoirs, mauvaises idées de m'attirer ici, bien trop de tentation. Il sonne et une vienne dame souriante apparaît, elle semble bien le connaître et elle me jette un regard étonnée qui me fait doucement rougir.

Nate me conduit au fond de la boutique, un peu à l'écart des potentiel arrivant, un petit coin intime. J'écoute ses paroles, ne peut m’empêcher de trouver mignon son hésitation à me tutoyer. Il a raison m'emmener ici est une bonne idée, je m'y sent bien comme chez moi et être avec Nate, c'est encore mieux. Je souris, heureuse même si j'avoue la sensation de sa main dans la mienne me manque. Sa proposition d'un dîner ne m'échappe pas, au contraire, mon sourire s'accentue encore.
- « Cet endroit est magnifique ! »
Je me retient d'ajouter qu'il n'y a pas que l'endroit. Il me tend la carte, je l'attrape et la parcourt du regard pas vraiment concentré en réalité, trop de choix et puis le regard de Nate sur moi. Je reste quelques minutes les yeux sur la carte avant de la reposer en souriant.

Je me mordille doucement la lèvre avant de croiser le regard de Nate, je rougit doucement et baisse les yeux. Je soupire avant de lui dire d'un ton un peu taquin :
- « Tu sait que c'est affreux ce choix que tu m'impose, trop de tentation pour moi ! »
Je lui sourit avant de me mordiller la lèvre de plus belle, je ne lui en veut pas du tout mais il est vrai que je suis persuadé que je n'arriverais pas à me décider. Je le fixe sourires aux lèvres. Je pose une main sur la table et reprend :
- « Enfin, si tu m’emmène dîner je te pardonnerais peut être ! »
Nouveau sourire et regard amoureux, plein d'espoir aussi.

Je remue doucement les doigts sur la table avant de continuer :
- « Oui un vrai repas, je n'ai pas été au restaurant depuis ... »
Ma voix se tait, je déglutit douloureusement, malgré tout ce bonheur que je ressent je ne peut chasser ces souvenirs douloureux. Je soupire avant de reprendre :
- « Depuis longtemps ! »
Je sourit, un air un peu triste dans les yeux, la derniere fois c'était pour cette demande en mariage, le jour de l'accident. Ça me déprime un peu mais pas suffisant pour me morfondre, j'attrape doucement la main de Nate, plante mes yeux dans les siens et lui sourit.

Fiche by Yelli pour LG

Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Parfois il y a certaine chose qu'on préférait ignorer (with Nathan)   Jeu 23 Oct - 20:46



 





Ce réflexe qu'avait Spencer de se mordre la lèvre allait rendre fou Nate si elle continuait. Elle parlait et se mordait la lèvre et Nathan ne pouvait s'empêcher de la fixer. Dans sa tête, il n'y avait qu'une pensée qui tournait en boucle : « j'ai envi de l'embrasser ». Mais ce n'était certainement pas le moment ! Il prendrait son mal en patience et verrait si le moment s'y prêtait, plus tard dans la soirée. Elle acceptait son invitation à dîner, la soirée risquait d'être encore longue et ce ne fut pas pour déplaire à Nate, il voulait passer un maximum de temps avec Spencer.  En quelques semaines à peine, il était déjà accro à elle et il ne pouvait rien y faire. Il aimait beaucoup sa compagnie, il aimait beaucoup la voir, l'entendre et la toucher. Il voulait lui reprendre la main avec tellement d'envie mais il se retenait, peut-être ne voulait-elle pas, il ne fallait pas être égoïste si il espérait lui plaire.

Pourtant, les yeux de la jeune femme s'assombrirent de tristesse quand elle se perdit dans un souvenir. Nate fronça les sourcils, il partageait sa tristesse et il ne voulait pas la voir comme cela. Il lui sourit doucement et lui prit la main, la portant à ses lèvres pour l'embrasser doucement, comme un charme pour que ses malheurs disparaissent. Il lui sourit avant de lui lâcher la main et il se leva.

« Attends quelques instants, je vais nous chercher à boire.»

Il rejoignit rapidement le bar pour commander du thé. Après quelques minutes d'attentes, la gérante voulut prendre le plateau contenant le service à thé et l'emmener à leur table mais Nate l'en empêcha, lui prenant le plateau des mains. Il déposa un billet sur le comptoir, réglant directement l'addition et retourna auprès de Spencer, déchargeant sa charge sur la table. Il sourit à Spencer en lui servant une tasse de thé à la rose, un thé doux comme la jeune femme, pensa le français.

« J'espère que tu apprécieras. C'est du thé à la rose. »

Il avait tout le temps avant d'aller dîner et Nate aimait l'atmosphère de l'endroit, c'était l’occasion de parler avec la jeune femme, de la découvrir bien qu'il savait qu'il n'aborderait sans doute pas beaucoup le passé. Il ne voulait pas de toute façon, pas tout de suite, elle aurait tout le temps de lui en parler plus tard, quand elle serait prête à lui révéler son histoire douloureuse.

« Tu sais, je n'aimais pas du tout le thé avant mon séjour en Angleterre. Et quand je suis arrivé là-bas, j'ai bien été obligé de commencer à en boire. C'est presque une religion le thé, dans ce pays ! Gare à celui qui ne respecterait pas l'heure du thé, à 17h ! »

Il sourit, une anecdote stupide lui venant à l'esprit et il se sentit obligé de la raconter à Spencer.

« Quand je suis arrivé en Angleterre, j'ai commencé à vivre en colocation avec deux autres étudiants. La première semaine, je leur parlais très peu et la plupart du temps, j'étais enfermé dans ma chambre, soit à lire, soit à étudier. Mais un après-midi, à 17h, je suis allé dans la cuisine où mes deux colocataires buvaient du thé. Ils m'ont invités à les rejoindre, voulant me faire découvrir cette coutume du thé de cinq heures. L'un deux m'a servi une tasse et je n'osais pas lui dire que je n'étais pas vraiment fan de thé. Du coup, j'ai goûté par politesse mais j'ai dû tirer une affreuse grimace de dégoût. Ils m'ont regardé comme si j'avais commis un sacrilège et j'ai bien cru que l'un d'eux allait me verser la théière d'eau chaude sur la tête. »

Nate ne put s'empêcher de rire au souvenir de l'expression qu'avait eu ses deux amis.

« Au final, se reprit-il, un sourire amusé sur les lèvres, notre amitié avait commencé cette après-midi là, ils l'avaient pris avec humour. »

Il jeta un regard à Spencer, gêné subitement.

« Désolé, je dois t'ennuyer avec mes anecdotes stupides. »




© Magda Sully sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Parfois il y a certaine chose qu'on préférait ignorer (with Nathan)   Ven 24 Oct - 21:21


Parfois il y a certaines choses qu'on préférait ignorer

feat Nathan loyson & Spencer Filds


 
Je regardais Nate, le dévorais du regard en réalité, son sourire me faisait du bien, je me sentais heureuse, j'avais l'impression d'être là où je devais être auprès de lui, tout simplement. Je ne pouvait cependant pas ignorer cet air soucieux face à ma tristesse, j’eus peur, peur qu'il fuit face à  toute cette détresse, peur qu'il me rejette, peur qu'il pense  qu'il n'avait pas de place pour lui dans mon cœur, car c'était faux, je n’oublierait sûrement jamais Alexeï, ce que nous avions vécut ensemble mais jour après jour je parvenait à oublier un peu cette douleur, refouler mes souvenirs. J'étais certaine de parvenir à laisser une place à Nate, car j'en avait envie, ça faisait longtemps que je n'avait pas autant désiré quelqu’un.

Nate porte ma main à ses lèvres tout doucement et l'embrasse avec tendresse, ça me fait totalement craquer, je rougit comme une gamine, je me sent bien avec lui, comme si on se connaissait depuis toujours, lu et moi une évidence. Il me sourit avant de lâcher ma main, je retient une protestation, je suis triste qu'il rompe se contact entre nous. Il sourit et me dit qu'il vas chercher de quoi boire, je le regarde disparaître en direction du bar, un fois qu'il est hors de porté je ne peut m’empêcher de pousser un petit cris hystérique et de me mordiller le poing, je suis bien trop excité mais ça à l'air de bien ce passer, j'en suis heureuse.

J'ai l'impression qu'il est partit, je ne parvient pas à me calmer, mes doigts jouent nerveusement avec les napperons posé sur la table devant moi. Il revient enfin, je l’accueil avec un grand sourire, sincèrement heureuse de le retrouver, il pose un plateau devant moi ce dernier dégage un odeur des plus agréable. Il me sert en souriant, sourire que je lui rend, je doit avoir l'air niaise mais je m'en moque, je suis simplement heureuse d'être la avec Nate, tout les deux sans risquer de tomber sur une personne connue ou se faire déranger par un élève. Il e dit doucement qu'il espère que je vais apprécier ce thé à la rose.

Je le regardais et il se mit à me raconter qu'il avait appris à aimer le thé en Angleterre, il me raconta enfin son voyage et cette fameuse découverte, à l'idée de Nate se faisant verser une théière sur la tête je sourit et je finit par rire avec lui. Ça me fait du bien de rire, oublier cette fichu matinée, cette lettre, mes pensées et j'attends avec impatience la suite de la soirée, je m'imagine rentrant jusqu'à l'orphelinat, main dans la main et nous disant au revoir à nos portes respectives, une idées me vient mais je la chasse, j'ai trop peur d'aller trop vite. Il finit par se reprendre et m'avouer que c'est ce jour là qu'il s'est lié d'amitié avec ses colocataires. Je souriait heureuse qu'il me parle de lui, au fond je ne savait rien de lui.

Il me regarde et semble soudainement gêné, il me dit qu'il doit sûrement m’embêter avec ses histoire, je fait nan de la tête avant de lui répondre toujours en souriant :
- « Pas du tout ! J'aime beaucoup en savoir plus sur ta vie et puis j'envie cette chance que tu a d'avoir voyagé, moi je suis toujours resté aux États-Unis, mes parents étaient terrorisé rien qu'a l'idée que j'aille dormir chez une amie, alors partir à l'étranger. »
Je soupire doucement et me mordille la lèvre, je suis encore en train de me plaindre et de passer pour une victime. Je lui sourit de nouveau avant de boire une gorgée de thé et de lui dire :
- « Mieux vaut que ce soit toi qui parle, j'ai une capacité à plomber l'ambiance exceptionnelle en ce moment ! »
Je soupire, ce n'est que la vérité, j'ai l'impression de passer mon temps à geindre,je n'arrive pas à faire autrement mais je m’énerve moi même, je le regarde, les yeux pleins d'espoir, espérant ne pas le repousser en agissant de la sorte.

Fiche by Yelli pour LG

[/quote]


Dernière édition par Spencer Filds le Mar 25 Nov - 23:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Parfois il y a certaine chose qu'on préférait ignorer (with Nathan)   Sam 1 Nov - 0:28



 





Nate reprend la main de Spencer dans la sienne, il est tellement heureux de pouvoir faire cela. Les sentiments qu'il a développé pour la jeune femme sont si forts, il n'arrive même pas à se l'imaginer. Il l'aime, il se l'avoue. Il ne sait pas comment cela se fait, ils ne se connaissent que depuis quelques semaines et il l'aime déjà. En réalité, il pense l'aimer depuis qu'il a posé les yeux sur elle. Il n'a jamais été très romantique, il n'a jamais cru au coup de foudre, à l'amour dès le premier regard et pourtant, c'est ce qui s'est produit avec elle. Il l'aime. Ça lui fait un peu peur à vrai dire, il ne sait pas si il est assez bien pour elle. Et puis, elle semble avoir vécu tellement de choses horribles et il ne veut pas qu'elle se trompe à son sujet, il ne veut pas qu'elle le voit comme un remplaçant à cet homme qu'il avait vu sur cette photo ce fameux soir. Il l'aime. Et lui, ce qu'il veut, c'est qu'elle aime en retour, pour ce qu'il est, lui, Nate. Alors il se dit qu'il devrait remplacer cet homme dans les pensées de la jeune femme, qu'elle n'oublie pas, ça il le comprend, mais il veut qu'elle aille de l'avant. Sans lui même. Avec lui, il l'espère.

« Tu ne plombes pas du tout l'ambiance, Spencer. Je serais ravi de t'écouter si tu as envi de parler, tu sais. »

Il lui sourit, d'un sourire engageant. Il ne ment pas, il veut l'écouter, il veut la consoler.

« J'aimerais tout savoir de toi, en réalité. J'aime bien t'entendre parler. »

Il frotte doucement son pouce sur le dos de la main de la jeune femme, dans un geste tendre. Parce qu'il est comme ça, Nate, tendre. Tendre et affectueux. Surtout quand il aime, quand il veut faire passer ses sentiments. Il veut faire passer une bonne soirée à la jeune femme, qu'elle oublie ses soucies pour une soirée, qu'elle se perde avec lui dans l'instant présent. Qu'elle savoure la vie.

« Enfin, je serais ravie de te faire part de ma vie. Je te raconterais tout, si tu le veux. »

Il sourit alors, un sourire plus doux, qui ne quittera probablement pas son visage pour la soirée.
Et il raconte. Il commence à raconter sa vie en France, il parle de son hyperactivité, des insultes qu'il a du subir au lycée. Il parle des livres, de la place que la littérature a pris dans sa vie et qu'elle a toujours maintenant. Au départ, une sorte de médicament et puis, une passion grandissante. Sa profession par la suite. Il parle de sa famille, sa famille qui l'a soutenu quand il voulait partir en Angleterre parce qu'ils savaient à quel point la vie était difficile pour lui, au lycée. Il évoque ses parents, un couple plutôt banale. Sa mère est serveuse et son père travaille dans un bureau. Il lui parle de sa petite sœur aussi. Oh, sa sœur. C'est sa meilleure amie, sa confidente. Un sacré numéro mais il a toujours pu lui faire confiance. Et vice-versa.
Puis, il parle des ses années d'études en Angleterre. De ses colocataires, James et Eliott. Ses meilleurs amis. Ceux qui ont voulu lui renverser une théière sur la tête, oui. Il parle de son amour grandissant pour l'Angleterre alors qu'il y vivait, alors que ses colocataires le prenaient pour un enfant qui s'émerveillait de tout. Il évoqua son déménagement dans son premier appartement. Il omit qu'il y vivait avec une femme, qu'il avait été fiancé. Qu'ils avaient rompu. Cela faisait des années. Des années qu'il n'était plus sortit avec personne, en réalité. Elle lui avait brisé le cœur, plus question de faire confiance aux femmes après cela. Et quand il s'en était remis, il avait commencé à penser à déménager. Nouvelle-Zélande. Il avait besoin de changer d'air. L’Angleterre lui manquait pourtant. Il se promit d'y emmener Spencer, un jour. Il prévoyait beaucoup trop le futur. Il n'était même pas encore un couple et il voulait déjà emmener la jeune professeure en voyage.

C'était certain. Il l'aimait.




© Magda Sully sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Parfois il y a certaine chose qu'on préférait ignorer (with Nathan)   Sam 1 Nov - 11:57


Parfois il y a certaines choses qu'on préférait ignorer

feat Nathan loyson & Spencer Filds


 
Je regarde Nate, toujours sous le charme, je fond littéralement devant lui et c'est aussi pour ça que je ne veut pas parler, de peur de casser cette atmosphère. Il me reprend la main et je sent cette bouffé de chaleur m'envahir, ce que je l'aime, sentir sa main sur la mienne, être si proche, c'est agréable et il chasse toute mes pensé négatives, avec lui je me sent si bien. Je presse un peu sa main, et lui sourit, mes yeux fuit les siens, comme une gamine, j'ai du mal à m'avouer que je suis amoureuse car oui, pour moi je ne le mérite pas, je ne mérite plus qu'un homme aussi merveilleux m'aime. Je me mordille la lèvre et réprime cette envie qui me ronge, je l'aime, j'ai envie de l'embrasser, ici et maintenant mais je me retient car même si je croit capter des signaux très clair de sa part je suis du genre à douter.

Il me dit que ce n'est pas vrai, que je ne plombe pas l'ambiance, que je peut lui parler, qu'il est prêt à m'écouter si j'en ai envie. Je sent que ma poitrine se sert, j'ai envie d'en parler mais j'ai peur de le faire fuir, de lui faire mal aussi car j'ai peur de parler d'Alexeï avec encore trop d'amour, car ce que c'est compliqué, j'aime Nate, énormément mais j'ai aimé Alex de la même façon ou presque. Je n'arrive pas encore à savoir si je suis prête mais j'ai envie d'avancer et je ne veut pas le faire seul, je veut une personne pour moi et Nate semble être prêt à me suivre, et j'aimerais tellement que ce soit lui qui m'accompagne. Il me dit qu'il veut tout savoir de moi, qu'il aime quand je parle. Je sourit de nouveau, oui je suis prête à lui parler de ma vie car pour pouvoir avancer et puis me faire aimer il me faut être honnête et ne rien lui cacher.

Je sent qu'il frotte le dos de ma main avec son pouce, un geste affectueux, doux et apaisant, tellement qui me donne de nouveau envie de sourire et de l'embrasser. Je passe une main dans mes cheveux, un peu gêné en réalité et je serre de nouveau sa main, je ne veut pas qu'il me lâche, je veut être avec lui, autant que possible et je veut que cet instant précis dur toujours. Il me dit qu'il vas tout me dire de sa vie si je le désire et il commence alors à me raconter, sa main toujours dans la mienne, il ne passe aucun détail, du moins il me semble, il m'avoue tout, sans honte, sans omissions et j'aime tellement ça un homme honnête, c'est si rare, alors je l'écoute et je lui sourit pendant toute son histoire, je l'imagine en enfant hyperactif, avec ses parents, avec sa sœur. Et je fixe son sourire, se sourire qui me fait tant de bien. Je ne peut m’empêcher de lui faire un petit sourire triste tout de même, sa vie à lui non plus n'a pas été toute rose.

Je presse sa main toujours plus fort, tant et si bien qu'il ne la sent peut être même plus mais je suis trop focalisé sur ses yeux pour y faire attention. Je finit par lui sourire et lui dire d'une voix douce :
- « Oh Nate, merci, merci d'être si honnête, de ne rien cacher, j'aime ça, vraiment. »
Je sourit de plus belle, me mordille la lèvre encore et encore hésite et finit par lui dire :
- « Tu a toi aussi le droit de connaître ma vie. »
Je lui sourit, lâche doucement sa main pour passer une main sur mon visage, mettant comme je peut mes idées au clairs, car résumé ma vie n'est pas la chose la plus simple à faire, car je ne veut pas passer pour une femme qui se plain tout le temps, je ne veut pas non plus attirer la pitié.

Je reprend la main de Nate et je lui sourit, et je commence, par le début évidemment peut être le plus simple dans ma vie. Mes deux parents grands avocats reconnu qui s'aiment, beaucoup mais qui ont tant de mal à m'avoir et donc moi, la merveille de leur vie, mon enfance plus que surprotégé et ce vide immense que j'ai toujours ressentit depuis toujours, je voulais avoir un petit frère ou une petite sœur et au fond de moi cette impression qu'il existait. Je lui parle ensuite de mes passions, la boxe, sport que mes parents ont longtemps refusé mais qu'il ont finit par me laisser faire face à mon entêtement et puis le tennis. Je parle des compétition et de ce besoins au fond de moi de faire ce sport pour me protéger. J'en vient alors au cauchemars, ceux que je fait encore, je lui parle de cette gamine effrayé dans cette pièce sombre, les coups, mes larmes, les sueurs nocturnes et les réveils en sursaut.  

Et puis vient le moment de parler des études, je passe rapidement le collègue et le lycée, peut être les meilleurs moment de ma vie, les plus heureux, la popularité, être un modèle, aimé de tous, celle qui dicte sa loi, un peu pathétique avec le recul mais tellement agréable au fond. C’était simple et ça me permettais d'oublier un peu toute cette angoisse qui me rongeais. Et puis l'université, cette joie d'avoir été admise là ou je rêvais, Harvard. Cette envie d'être prof depuis toute petite ou presque, envie d'être entouré d'enfants, cette évidence et le choix des maths envers la littérature par pure envie de rendre les mathématiques plus accessible et attrayant.

J'en vient au moment de ma rencontre avec Alexeï, comment je le détestait au début, car oui notre amour n'a pas été direct, il y a eu un long moment où je ne le supportais pas, tout ça a cause d'une prise de tête en cour. Alors je raconte à Nate qu'on a mit un long moment à réaliser qu'au fond on s'aimait et comment on a finit par se mettre en couple faisant jaser tout nos amis, comment on a finit par devenir le couple de la promo. Je parle de notre joie lors de la remise des diplômes, je parle alors de ce fameux repas, celui où il m'a attrapé par la mains pour m'emmener à l'écart puis la demande, mes cris, mes larmes. Et puis je parle de notre départ pour la fête, et l’accident.

Je regarde alors Nate, et ma main se sert sur la sienne, un peu plus fort, je me crispe et je commence à décrire, la voiture qui roule, mon regard et la vue de l'autre voiture, mes cris terrorisé, désespéré, le choc, et la douleur surtout, mon épaule, mon crane. Je commence à pleurer et je parle de cette brève vision, je ne sait toujours pas si c'est la réalité ou un délire, mais je lui parle de la dernière vision que j'ai d'Alexeï, sa tête contre le volant et le sang, cette idée me fait frisonner, je revoit encore la scène et j'ai envie de vomir. Je parle aussi de mon comas, cette sensation étrange que c'est, entendre mais ne pas pouvoir réagir, cette frustration. Et puis je parle de mon réveil, le choc, savoir que rien ne serait plus comme avant, et cette envie de mourir moi aussi. Je pleure encore, en repensant à tout ça, car ça fait mal, tellement.

J'essaye de me reprendre et je continue, car après tout mon histoire ne s’arrête pas à l'accident, il y'a plus. Je lui raconte donc cette envie de changer totalement d'air, oublier tout ça mais aussi ne plus voir tout ces lieux, ses souvenirs. Je parle de l'incompréhension de mes parents, de tout ces efforts pour m'en empêcher mais je n'ai pas succombé. Je parle aussi du voyage et je lui avoue cette terreur quand je monte dans une voiture, les crises de panique et impossibilité de me raisonner . Je soupire de nouveau, mon visage doit être emplit de larmes, mon maquillage ne doit plus ressembler à rien mais je m'en moque je ne peut plus m’arrêter. Je lui parle de mes doutes la premières semaine et de ma solitude dans cet endroit inconnu et mon malaise.

Je soupire et puis je continu. Je parle de ce soir, ce soir où j'ai encore fait ces rêves, où j'ai crié, où j'étais tellement mal, où j'étais à bout, où je pensait à en finir. Et puis ce moment où j'ai entendu une personne frapper et quand j'ai ouvert, je suis tombé sous le charme d'un homme magnifique et attentionné qui m'a réconforté ans savoir ce que j'avais vraiment. Et alors que je ne croyais plus en rien, j'ai crut en la vie et je me suis dit qu'il y avait un espoir, que j'étais en vie et qu'il me fallait avancer, accepter, oublier Je lâche de nouveau ses mains et essuie comme je peut les larmes qui coulent. Je déglutit et je plante mon regard dans le sien avant de prononcer ces mots :
- « Je crois que je t'aime Nate ! »
Et je lui souris.

Fiche by Yelli pour LG


Dernière édition par Spencer Filds le Mar 25 Nov - 23:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Parfois il y a certaine chose qu'on préférait ignorer (with Nathan)   Lun 17 Nov - 21:08



 




Sincère. Oui, il a essayé de l'être. Il sourit à la jeune femme, il n'a presque plus de secrets pour elle. Quelques détails lui ont échappé, évidemment, il ne peut pas penser à tout lui dire. Il n'y a qu'une vérité qu'il n'a pas dite, mais ce n'est pas nécessaire. Cette femme, son ex-fiancée, elle appartient au passé. Et il n'a pas le droit de se plaindre. Pas devant Spencer, qui a tant traversé, spécialement avec son ex-fiancé. Et puis, ce n'est qu'un premier rendez-vous. Un premier rendez-vous. C'est vrai, le premier et pourtant, son cœur est déjà remplis d'amour pour la jeune femme. De ses vingt-neuf ans d'existence, jamais Nate n'était jamais tombé amoureux aussi vite de sa vie. Quelques semaines, quelques jours avaient suffit. Il n'en revenait même pas. Si peu de temps et déjà si amoureux.

Elle lâche sa main un instant, pour la passer sur son visage. Il ressent soudainement du froid sur sa paume, un frisson désagréable lui parcourt le bras. Quelques secondes d'absence et déjà, son contact lui manque. Il veut retrouver cette main si frêle dans la sienne. Il n'a pourtant pas le droit de la forcer, il voudrait tellement la reprendre. Calme-toi, Nate, calme-toi.Seulement quelques secondes. Quelques minuscules petites secondes avant que la main de la jeune femme ne retourne dans la sienne. Son cœur se remet à battre rapidement.

Elle commence à lui raconter sa vie, son histoire. Il aime entendre sa voix. Il lui sourit doucement. Des parents riches, le contraire de lui-même. Sa famille avait toujours été plutôt modeste, à tel point qu'il avait été difficile d'envisager pour lui d'aller en Angleterre et sans bourse d'étude, il n'aurait jamais pu y aller. Le manque face à l'absence d'un frère ou d'une sœur. Ça non plus, il ne le connaît pas. Sa sœur avait toujours été une grande partie de sa vie, il ne pourrait pas imaginer la vie sans elle. Elle aime la boxe. Il a du mal à l'imaginer faire un sport de combat mais il sourit en se le représentant. Après tout, pourquoi pas ? Elle est une femme forte, il n'en doute pas. Elle a juste traverser le pire. Il sera là pour la soutenir, la faire redevenir cette femme forte. Elle lui confie ses cauchemars. Ce n'était donc pas quelque chose de récent, elle en a toujours été sujet. Il serra un peu plus la main de la jeune femme pour lui exprimer son soutien et se remet à frotter son pouce sur le dos de la main de Spencer. Elle avait été un modèle, une populaire au collège et au lycée. Nate, quand à lui, avait été un misérable. Le solitaire, le  marginal, le gamin bizarre qui parlait trop. Celui sans amis, que les gens n'approchaient pas. Il s'en est plutôt bien sortit en fin de compte, vu la compagnie avec lequel il est en ce moment même.

Elle lui raconte finalement sa rencontre avec son fiancé, Alexeï. Il sent un point dans son cœur, elle semble encore tellement l'aimer quand elle parle de lui. Il sait à quel point elle avait été heureuse avec lui, la photo accrochée à son réfrigérateur avait suffit à le mettre sur la voie. Il ne veut pas s'imposer à elle, il désire presque enlever sa main de la sienne, alors qu'il sait qu'il souffrira si il fait cela. Il a l'impression de s'imposer à la jeune femme et il ne le veut pas. Elle aime encore son ex-fiancé, et c'est normal. Il laisse sa main en place, néanmoins, car la jeune femme le tient également. Il arrête simplement le mouvement de son pouce.
Il ne peut s’empêcher de remarquer à quel point leur rencontre avait été différente de celle avec Alexeï. Il l'avait aimé instantanément, dès qu'il avait posé les yeux sur elle. Cela ne faisait que deux semaines et elle avait accepté son rendez-vous.

La main de Spencer se ressert sur la sienne. Elle allait évoqué un moment douloureux, il le sait. Sa rupture brusque avec son fiancé, l'accident qui a marqué si durement son physique et d'une marque indélébile ses pensées. Il fixe son regard dans le sien, un soutien psychologique. Le mouvement de son pouce reprend doucement, il veut la soulager de son malheur mais il ne peut l'interrompre, ce serait pire que tout. Alors il la laisse parler, il la laisse vider son cœur de ses pensées macabres. Les larmes commencent à couler sur ses joues et il ne peut rien y faire. Il veut tendre la main, les essuyer de son si joli visage mais il n'ose faire un geste, si ce n'est celui de son pouce, réconfortant sur la main de la jeune femme. Leur poigne est forte, à l'image des sentiments qui traversent la jeune femme. Nate a envie de pleurer avec elle, il fronce les sourcils, son regard se voile de tristesse, il attend la fin.
Elle en vient. Elle lui parle de leur rencontre. Son cœur se gonfle en repensant à cette fameuse nuit. Il est tellement heureux d'avoir été son voisin de chambre, d'avoir pu empêcher la mort de Spencer. Il est tellement heureux d'avoir pu être là, à la réconforter. Maintenant, ils sont ensemble, dans ce salon de thé. Elle pleure, comme ce fameux soir. Et il a envie de pleurer avec elle. De tristesse, de bonheur aussi, parce qu'au final, il l'a rencontré. Elle lâche sa main. Et elle prononce ses paroles.
« Je crois que je t'aime Nate. »

Quelque chose se met en place dans l'esprit de Nate. Doucement, il lui faut quelques secondes. Quelques longues secondes où il ne fait aucun geste. Sa respiration s'est coupée, les battements de son cœur sont extatiques.
Puis, tout devient clair. Brusquement, rapidement, il se relève et se penche par dessus la table, s'appuyant sur une de ses mains. Il place l'autre à l'arrière du crane de Spencer, d'un geste à la fois doux et brusque, drôle de mélange, comme ses pensées à cette instant. Il reste quelques secondes supplémentaires à la regarder et puis, finalement, il pose ses lèvres sur les siennes. Il arrive à être délicat alors que pourtant, il voudrait dévorer ses lèvres, d'un baiser passionné, qui refléterait ses pensées. Il est doux. Un simple baiser chaste. Et puis, il s'écarte, seulement quelques millimètres.
Pour lâcher ses paroles.

« Je t'aime. Je t'aime Spencer Filds. Je ne le crois pas, c'est une vérité. »

Il est clair, pas de doute possible. Il ne peut s'empêcher de reposer ses lèvres sur celles de la jeune femme, cette fois-ci, il lui fait passé ses sentiments extrêmes. Un baiser passionné, demandeur. Des papillons se promènent dans son estomac et dans son cœur. Sa tête est vide, légère. Alors oui, c'est ça, l'amour.

Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Parfois il y a certaine chose qu'on préférait ignorer (with Nathan)   Mer 19 Nov - 12:35


Parfois il y a certaines choses qu'on préférait ignorer

feat Nathan loyson & Spencer Filds


 
La main de Nate dans la mienne, son regard sur moi, mes yeux dans les siens, notre solitude, tout dans cette scène me fait du bien, j'ai l'impression de rêver, je ne pensais plus que tant d'amour soit possible, que je puisse tant l'aimer, si vite. Oui j'ai l'impression d'être de nouveau dans un rêve, une idylle qui peut se briser en un temps record si je ne réfléchis pas suffisamment, si je dis une phrase irréfléchie, si je fais un geste étrange. J'ai peur, je n'ose plus bouger, je souris cependant pour me donner un air décontracté, détaché, heureux, bien loin de ce flot de sentiments en moi, de mon coeur qui bat si vite que j'ai l'impression qu'il va me lâcher. Je savoure ce moment, si rare, la paix, un moment parfait avec un homme parfait, j'ai envie d'y croire, de me laisser porter par la vie, sans craindre la chute, mais je n'y arrive pas, chaque fois que je m'imagine dans les bras de Nate, je vois l'accident et le corps d'Alex qui se vide de son sang est remplacé par celui de Nate, j'ai tellement peur de souffrir de nouveau, en réalité je suis terrorisée et encore plus face à cet aveux que je viens de lui faire, j'ai laissé un doute, mais dans ma tête il n'en est rien, je l'aime, sans aucun doute.

Le petit silence qui suit mes mots me fait encore plus peur, je me mets à douter, je me sens tellement idiote, j'ai envie de disparaître, j'aurais dû me taire, tellement, je viens de gâcher le moment, ma gorge se sert alors que le silence me semble s'éterniser. J'ai bien remarqué que sa poigne avait été moins forte lors de mon récit, quand mes pensées se sont égaré dans mon passé, aux côtés d'Alexeï, je m'en veux, j'aurais dû me taire, ne pas m'étaler, pourtant j'en avais besoin aussi, de parler de ma vie d'avant, de mon histoire, il avait aussi le droit de savoir. Dans ma tête c'est tellement le bazar, un déluge de sentiments contradictoires, je l'aime, je le veux rien qu'à moi, mais il y a encore l'ombre de mon passé d'Alex, je ne sais pas où j'en suis, est-ce que je peux vraiment passer à autres choses, j'ai l'impression d'être une traîtresse, je me raccroche comme je peux à la réalité, me disant qu'il n'aurait pas voulut que je ne vive plus, je me dis que si ça avait été l'inverse si c'est moi qui avais perdu la vie, alors je n'aurais pas supporter qu'il vive dans le passé, j'aurai tout fait pour qu'il avance encore, sans moi. Je regarde alors Nate, oui, je veux continuer à avancer.

Le temps me semble suspendu, depuis combien de temps on se fixe en silence, pourquoi personne ne bouge ? Je ne veux rien faire, j'ai envie pourtant, qu'il dise quelque chose, même si il me jette, je veux savoir ce qu'il a à l'esprit, je sens toute ma colonne vertébrale qui frisonne, je me sens paralysé, une éternité silencieuse.

Et puis brusquement Nate se penche sur la table, je sens qu'il attrape ma tête, je sens ses lèvres qui se posent furtivement sur les miennes et il s'écarte un peu, trop loin à mon goût, j'ai aimé, tellement même si c'était bien trop court à mon goût, je meurs envie de sentir de nouveau ses lèvres sur les miennes, je me contrôle tant bien que mal. Et j'entends ses mots, tellement beau, je ne peux m'empêcher d'en pleurer, une larme coule doucement sur mon visage, je n'ose pas y croire, il m'aime aussi, tous les doutes s'envole, je ne pense plus au passé, seulement à lui, à moi, à nous, je brûle de l'envie de me blottir dans ses bras et de ne plus penser à rien, juste savourer sa chaleur, sentie son souffle dans mes cheveux et l'embrasser encore et encore. J'ai envie de me laisser aller, lui faire confiance, sans rien craindre, j'ai envie de me sentir protégé, savoir que plus rien ne peut m'atteindre, me bercer d'illusion sûrement.

Le nouveau contact de ses lèvres sur les miennes finissent de briser mes doutes, je sens bien plus que de l'amour, de la passion, plus forte que je n'ai jamais ressentie, plus qu'avec Alexeï même. Je lui rends ce baisser aussi passionnément que lui, je l'aime, la phrase résonne dans ma tête, j'ai envie de le crier, de le répéter encore et encore. Je me détache doucement de lui, je regrette déjà le goût de ses lèvres sur les miennes. Je souris, heureuse, tellement, rien n'a plus d'importance, juste lui et moi. Je croise son regard, je me sens fondre face à ses yeux. Je me sens bien, la chaleur m'envahit, je sens le rouge qui me montent aux joues. Je lui sourit:
- « J'en suis certaine aussi, je t'aime Nate ! »
Je souris, tellement heureuse, je me sens si légère, la tristesse s'est envolée totalement pour ne laisser que la joie et allégresse de ce moment, lui et moi, c'est tout, c'est simple, tellement, plus de questions, plus de doute.

Mes lèvres vont se reposer sur les siennes, tout doucement puis plus brutalement, je me laisse dévorer par cette passion qui brûle en moi. Je ferme les yeux et me laisse aller. Je regrette cette séparation, la table, j'aimerais pouvoir passer mes mains derrières son cou, sentir son corps contre le mien, mais je chasse ces regrets, ses lèvres sur les miennes c'est déjà plus beau que tout. Je me détache de nouveaux, avec tellement de difficultés encore, j'ai l'impression que j'ai déjà été privé de trop de temps avec lui, je veux profiter, au maximum. Je murmure de nouveau :
- « Je t'aime . »
Ces mots qui me font tant de bien. Je lui souris, mais brusquement une autre réalité me revient, des mots presque incompréhensibles sur une innocente feuille de papier, cette lettre, je rejette une nouvelle fois cette chose, cette torture pour me laisser aller à mes sentiments, je le regarde et je soupire, oui je l'aime mais j'ai peur que cette lettre signifie de le perdre. Alors, je murmure encore :
- « Je t'aime ! »

Je fixe mon regard dans les sien et je souris, je n'ai pas envie de faire autre chose, juste le regarder, le sentir si proche. Sa main est toujours derrière ma tête et se contact me fait frissonner doucement. J'ai envie de plus, j'ai besoin de sentir son corps contre le mien, mais je n'ose pas bouger, alors je me contente de rester ainsi immobile, à le dévorer du regard.

Fiche by Yelli pour LG


Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Parfois il y a certaine chose qu'on préférait ignorer (with Nathan)   Sam 27 Déc - 13:28



 





Nate avait chaud et il ne voulait pas lâcher Spencer. Il ne voulait pas enlever sa main de l'arrière de son crane et il ne voulait pas la lâcher des yeux. Il arborait un grand sourire, il n'avait jamais été aussi heureux de sa vie. Mon dieu, si il s'écoutait, il rentrerait directement à l'orphelinat avec Spencer, pour se poser dans un endroit plus intime. Reprends toi Nate, tu n'es pas un adolescent aux hormones en folies ! Et puis, il pourrait garder cette idée dans un coin de sa tête, pour plus tard dans la soirée, si Spencer était d'accord évidemment.
Pour l'instant, il lui lâcha la tête et se ré-installa sur sa chaise, essayant un peu de se calmer. Il ne garda aucun contact physique avec la jeune femme. Un frisson léger le parcourut et les points de son corps qui avaient touchés la jeune femme le brûlait, tels ses mains ou ses lèvres. Il rêvait de reposer ses lèvres sur celles de la jeune femme. Ce n'était pas le moment. Calme-toi, Nate, calme-toi. Plus facile à dire qu'à faire. Surtout qu'il avait beau avoir lâché la jeune femme physiquement, ses yeux, eux, ne pouvaient se détournaient de la professeure. Il réussit au bout de quelques instants à regarder autre part pour jeter un œil à sa montre rapidement. Il était déjà 19h. Il se remit à regarder Spencer avec un sourire et un regard doux. Il ne pensait pas du tout qu'il avait passé autant de temps ici, à discuter. Le temps passait vraiment rapidement quand il était avec la femme qu'il aimait. Mon dieu, ça avait été le meilleur rendez-vous de sa vie. Il l'aimait, elle l'aimait, ils s'étaient embrassés. Et la soirée n'était même pas encore fini. Nate n'aurait pu être heureux. Il espérait que la soirée s'éternise, qu'il puisse passer le plus de temps possible avec la jeune femme.
Pourtant, une voix dans sa tête, insidieuse, lui rappelait que la soirée devait bien se terminer, plus tard. Il espérait donc passer d'autres moments comme celui-ci avec Spencer, dans le futur. Enfin, pour l'instant, il en profiterait au maximum.

« Je pense qu'il est temps d'aller dîner. Quand penses-tu ? »

Il se leva et invita la jeune femme à faire de même, en lui présentant son bras. Le couple sortit de la boutique après que Nate ait salué la propriétaire et il guida Spencer vers un petit restaurant français, à quelques rues de là. Il montrait par les lieux qu'il choisissait pour ce rendez-vous, des aspects de sa personnalité, de sa vie à Spencer. Il appréciait la jeune femme et il voulait lui montrer ce qu'il aimait, ce qui faisait de lui ce qu'il était.
Le restaurant était plutôt simple, Nate n'était venu ici que trois fois mais il avait trouvé la nourriture délicieuse. Et puis, cela faisait plaisir de manger de la nourriture française. Les propriétaires, un couple dans la cinquantaine, étaient néo-zélandais mais ils adoraient la France et surtout sa gastronomie. Quelques personnes étaient présentes dans le restaurant mais il restait plutôt calme. La gérante guida Nate et Spencer vers une table où ils s'installèrent, en tête à tête et elle leur présenta les menus et la carte des vins à Nate. Il la remercia et elle s'éloigna, leur laissant le temps de choisir ce qu'ils allaient boire et manger.

« L'endroit te plaît-il ? »

Il souriait gentiment à la jeune femme, il voulait lui faire passer une bonne soirée, une soirée inoubliable. Il espérait qu'elle apprécierait la cuisine française.

« Veux-tu que je commande du vin ou désires-tu boire autre chose ? Ils ont de très bon Bordeaux, pour ce que j'en sais, je ne suis pas non plus un expert en vin. »

Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Parfois il y a certaine chose qu'on préférait ignorer (with Nathan)   Sam 27 Déc - 17:34


Parfois il y a certaines choses qu'on préférait ignorer

feat Nathan loyson & Spencer Filds


 
Je sent qu'il se détache, tout doucement mais inévitablement, je sais qu'on ne peut pas rester accroché l'un à l'autre indéfiniment, j'aimerais pourtant, le garder contre moi, encore et encore. Je soupire tout doucement, déçue presque, si je m'écoutais je continuais de lui serrer la main et de l'embrasser encore et encore. Mes yeux ne le quittent plus et je me demande comment j'ai fait pour l'éviter aussi longtemps, je le regarde encore et encore, sans me lasser et je sourie, comme une idiote peut être mais je m'en moque, je sourit, heureuse et je rougie. Je capte son regard sur sa montre, je vais à mon tour la regarder, il est déjà tard, j'ai passé plus de temps avec Nathan que je le pensait et ce n'est pas pour me déplaire, même si au fond j'aimerais que ça passe moins vite, la perspective de se séparer de retour à l'orphelinat me pèse déjà, alors je me dit que peut être je trouverais des bras réconfortant ce soir, si j'ai de nouveau la visite de mes cauchemars, je m'imagine dans les bras de Nathan et je ne peut pas m’empêcher de rougir de plus belle, honteuse d'avoir ce genre de pensé juste après quelques baisers, alors je détourne doucement le regard.

J’écoute Nate qui me propose d'aller dîner, je sourit, ravie, je ne veut pas que la soirée s'arrête alors oui, allons manger et profitons de passer du temps ensemble. Je lui sourit et me lève tout doucement, j'attrape le bras qu'il me présente, mon sourire s'agrandit encore, la proximité entre nous me rend heureuse, sentir Nate contre moi suffit à me réchauffer, je sourit à la propriétaire avant de suivre Nate, je ne suis pas souvent venue au village, je ne le connaît pas vraiment alors je me laisse porter, je le suit, le laissant choisir où il m’emmène confiante, totalement. Il se dirige vers un petit restaurant, je reconnaît du français dans le nom, je sourit, j'apprécie cette cuisine, même si ce n'est pas souvent que je goutte à tous ces plats. Je rentrais en suivant Nate, il y avait peu de monde, ce qui n'était pas pour me déplaire, j'avais envie de profiter de Nate seul à seul, l'intimité était une chose que j'appréciais particulièrement. Je suivit la propriétaire vers une petite table et m'installais en souriant, attrapant a carte, mon regard se posa une nouvelle fois sur Nathan, sourire aux lèvres toujours, la soirée allait forcément être belle.

Il me demanda si l'endroit me plaisait, une pensée me vint immédiatement j'aimerais n'importe quel endroit si il était avec moi, je me tu bien sûr, je n'allais pas répondre ça, aussi je me contentais de faire doucement oui de la tête en écoutant son autre question, il propose de commander du vin, aussitôt je repense aux analyses que j'ai reçue ce matin, je suis persuadé qu'elles sont fausses mais sait on jamais, et puis je repense aussi aux médicaments que je prend encore alors ma raison me dit de ne pas boire même si c'est tentant et puis je me souvient aussi que je tient mal l'alcool, même un peu de vin me monte vite à la tête et je me connaît, je peut débiter pas mal d'idiotie un fois un peu pompette alors je sourit doucement à Nathan avant de lui répondre en cherchant un peu mes mots, je ne veut pas vraiment parler de cette lettre, de la possibilité qui y figure alors je ment un peu, même si j'en ai honte :
- « Je croit que je vais m'en tenir à l'eau, j'ai encore quelques antidouleur, je ne pense pas que boire soit une bonne idée, mais si tu prend un peu de vin je goutterais dans ton verre, si tu me laisse y toucher ! »
Je lui sourit, une de mes manies est de piqué dans l'assiette de l'autre, je sais que ça peut énerver certain alors le voilà prévenu.

Fiche by Yelli pour LG

Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Parfois il y a certaine chose qu'on préférait ignorer (with Nathan)   Ven 2 Jan - 21:00



 




Nate sourit et ne chercha pas plus loin dans les explications de Spencer, la prise d'antidouleurs était une raison valable pour ne pas désirer boire de l'alcool après tout.

« Tu pourras boire dans mon verre, ça ne me dérange pas, lui sourit-il. »

Il n'était pas contre cela, ça prouvait qu'une certaine intimité s'était installée entre eux-deux et Nate appréciait cet état de fait. Ils semblaient être un vrai couple alors qu'ils n'étaient même pas encore ensemble officiellement. Certes, ils s'étaient embrassés – et Dieu, ce que ça avait été agréable pour Nate – mais pouvait-on dire qu'ils sortaient ensemble après un rendez-vous et un baiser ? Oh bien sur, Nathan le voulait mais il avait encore des hésitations. Pas des hésitations quant aux sentiments qu'il éprouvait, non il était sur d'aimer Spencer, mais plutôt sur ce qu'elle désirait. Elle lui avait dis qu'elle l'aimait mais l'histoire avec son ex-fiancé était si récente que Nate ne se voyait pas le remplacer dans le cœur de la jeune professeure.
Il était si peu sur de lui, c'était dans son caractère. Il ne pouvait pas savoir ce qu'elle pensait, ce qu'elle ressentait vraiment. Il n'était sur que de ses propres sentiments et il y avait tellement d'éléments dont il n'avait pas conscience. Mais il devait arrêter de penser à cela maintenant. Il rêvait éveillé, ce qui l'avait fais se figer pendant quelques secondes, en fixant la jeune femme qui l'accompagnait. Elle devait penser qu'il était bizarre et Nathan rougit.

« Désolé pour mon absence momentané dans mes pensées. »

Il lui offrit un sourire d'excuse et se concentra sur la carte, en silence. La serveuse s'approcha de leur table et leur demanda ce qu'ils désiraient avoir.

« Je prendrais un verre de votre Château Haut-Bergey et votre filet mignon de porc à la moutarde avec du gratin dauphinois et pour la jeune femme se sera... »

Il se tourna vers Spencer avec un sourire, attendant qu'elle passe commande de ce qu'elle désirait manger. La serveuse s'éloigna avec leurs commandes et leur ramena leur boisson. Nate reprit la main de Spencer dans la sienne, comme il l'avait fais plus tôt au salon de thé et lui proposa de boire une gorgée de son verre, comme elle l'avait proposé.



Dernière édition par Nathan Loyson le Sam 31 Jan - 10:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Parfois il y a certaine chose qu'on préférait ignorer (with Nathan)   Sam 3 Jan - 22:12


Parfois il y a certaines choses qu'on préférait ignorer

feat Nathan loyson & Spencer Filds


 
Il me sourit doucement et me dit que je pourrait boire dans son verre, je lui rendit son sourire en le remerciant d'une petite voix, j'aimais ça, mais je n'osait pas si vite habituellement, j'avais mis tant de temps à faire confiance a Alexeï, ça allait si vite avec Nate, j’aimais ça, mais j'avais aussi peur, peur de faire n'importe quoi, de tout gâcher, de le perdre. Je le regardais alors qu'il semblait partir loin dans ses pensées, de nouveau je le dévorait du regard, les yeux brillants, je ne savait plus quoi penser, j’étais perturbé, trop, jamais je ne pensait pouvoir me remettre de la mort d'Alex et voilà que je venait d'embrasser Nathan, enfin je m'était laissé faire.

Je le regardais mais mon esprit partit loin lui aussi, les résultat de ce matin était bien trop intriguant et il signifiait plus d'une chose, je restais convaincue d'une erreur, mon groupe sanguin ne pouvait pas être AB, puisque mes parents était A et O, je devait forcément être l'un des deux, alors que ce passait il ? Pourquoi la feuille indiquait AB, je me persuadait d'une erreur, il n'y avait que ça qui pouvait expliquer ce groupe sanguin mais aussi ce taux élevé d'hormone, l'autre explications ne me convenait pas, je ne pouvait pas attendre un enfant, ça faisait trop longtemps qu'Alex et moi l’avions fait, si j'avais été enceinte j'aurais ressentit les premiers signes, mais là rien.

Je fut tiré de mes réflexions par Nate qui s'excusa de s'être lui même perdu dans ses pensées, je lui fit un petit sourire avent de murmurer :
- « Ne t'en fait pas, j'étais songeuse moi aussi. »
Je lui sourit de plus belle avant de me plonger dans la carte comme il le faisait, choisir était difficile pour moi et je n'arrivais pas à me décider. La serveuse se rapprocha et pendant qu'il commandait je profitais pour arrêter mon choix, sur un truc simple, bœuf bourguignon, cependant je me sentais un peu noué et je n'était pas sur de pouvoir finir, quand Nathan me sourit pour que je commande je bafouillait le nom du plat le massacrant un peu ce qui me fit sourire comme une idiote, je pratiquais les basses du français mais ce n'était pas très glorieux. Je commandait aussi un jus de fruit et sourit.

Quand après le départ de la serveuse je sentis la main de Nate sur la mienne, ce contact était le plus beau au monde à mes yeux. Il poussa son verre doucement dans ma direction et je sourit en l'attrapant et plongeant mes lèvres dedans, buvant une gorgée je sentis toute la saveur se répandre dans mon palet et je regrettais aussitôt d’avoir choisit de ne pas en prendre. Je lui rendit son verre :
- « C'est suc culant Merci ! »

Ma main pressa la sienne un petit peu et je lui sourit, je ne savait que dire, ce moment était trop parfait j'avais peur de le gâcher, j'avais envie de lui poser une question cependant mais j'avais peur qu'il me prenne pour une gamine alors je me tut, serrant simplement sa main et le regardant en souriant.


Fiche by Yelli pour LG


Euh Forum actif beug alors mon codage est étrange, désolé :cache:
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Parfois il y a certaine chose qu'on préférait ignorer (with Nathan)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Parfois il y a certaine chose qu'on préférait ignorer (with Nathan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Parfois il y a certaine chose qu'on préférait ignorer (with Nathan)
» ROXAKYEL > « un rêve sans étoiles est un rêve oublié »
» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux
» Avez -vous honte parfois ?
» [FINI]Oups... Ou comment penser à autre chose ! [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orphelinat Moor RPG :: Corbeille-