Forum RPG. 1994. L'île est détruite mais la vie doit poursuivre son cours. Bartholomew Moor reprend l'île en main pour le meilleur ou pour le pire ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le mariage est un cercueil dont les enfants sont les clous [William]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Le mariage est un cercueil dont les enfants sont les clous [William]   Mer 28 Jan - 13:40

« Cher papa. »

Shay pose son crayon et se mord la lèvre. Qu'est-ce qu'elle pourrait bien lui raconter ? Qu'elle vient de découvrir que l'un de ses élèves est en fait son neveu ? Et qu'elle a tué des gens qu'il aimait alors qu'il ignore l'identité de l'assassin ?
Ce n'est pas quelque chose qu'on doit trouver dans une lettre, surtout quand cette lettre est adressée à son père.

« Cher papa,
Tout va bien.
 »

Trois mots empreints de mensonges. Trois mots qui résonnent si mal face à la vérité.
La jeune blonde pousse un grand soupir et arrache la page pour la jeter dans la corbeille déjà pleine à ras bord. Elle jette de nouveau un œil au vieil ouvrage qu'elle a trouvé dans la section interdite de la bibliothèque. Il retrace son arbre généalogique depuis des siècles. Et, étonnamment, elle s'y trouve. William Crown aussi. Presque dans la même branche. Presque.
Shay se gratte la nuque et ferme les yeux. C'est problématique. Elle n'a jamais eu de frère ni de sœur. C'est impossible, de plus, qu'elle se trouve dans ce livre. Il aurait dû être écrit après la naissance de William. Or, la date indiquée sur la première page est beaucoup, beaucoup, plus éloignée...
Il y a là-dedans un mystère à résoudre. Shay est si prise dans ses pensées qu'elle n'entend pas un jeune élève s'introduire dans la bibliothèque. Lorsqu'elle aperçoit la silhouette de Crown, la professeure ferme brutalement le livre, le cœur battant la chamade. Il n'a rien pu lire à cette distance, heureusement. Shay feint le choc et pose une main sur sa poitrine :

« Vous pourriez prévenir avant d'entrer comme ça, William ! »

Elle le réprimande gentiment, mais elle n'en pense pas moins. S'il apprend que c'est elle-même qui a tué sa famille, il la lapidera... Elle sourit. Elle ne doit rien laisser paraître. Elle ne fera pas d'erreurs cette fois.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le mariage est un cercueil dont les enfants sont les clous [William]   Mer 28 Jan - 17:42

Musique

Je marchais au hasard dans l'orphelinat. Cette histoire commencait sérieusement à m'énerver ! Je n'avais pas de nouvelles de Tae. Mais je savais que je pouvais lui faire confiance pour retrouver cette salope. Si j'étais pieds et poings liés, lui ne l'était et il avait accepté de m'aider à la retrouver. Car juste avant d'être envoyé ici j'avais finalement trouvé quelques éléments sur son identité notamment que la meurtrière serait une femme et qu'elle se réfugierait sur cette île. Les services sociaux n'avait fait qu'accélérer mon départ pour la Nouvelle-Zélande. En revanche je me serais bien passé de l'orphelinat qui me freinait considérablement. Mais je faisais confiance à mon ami. Il l'a retrouvrait... Et alors là... Je passais les portes de la bibliothèque silencieusement un sourire sadique aux lèvres, une lueur démente dans les yeux. Ce serait la seule fois où je serais plus qu'heureux de donner la mort. Cette fille ou cette femme allait connaître une torture sans pareil... J'avais déjà tout en tête. Et je sav... Je redressais la tête en entendant mon nom être prononcé. Je me recomposais un masque impassible et moqueur mais je savais que la prof avait eu le temps de voir mon sourire sadique et mes yeux déments. Bah de toute façon bientôt je n'aurais plus à me soucier de tout ça. Je déclarais tout prêt à replonger dans mes rêves de vengeance :

"-Je suis désolé Miss je ne vous avez pas vu et de plus j'ai l'habitude de me déplacer en silence. Je ne voulais pas vous faire peur. Par contre Miss... Je vais peut-être vous paraître impoli mais je préférerais que vous m'appelez Crown. Seuls mes amis et ma famille m'appelait William."

Ce qui était vrai. Seuls Théo et Lola m'appelait Will. Aujourd'hui il y a égalemment Tae mais aussi Beth et Nath ainsi que mes camarades. Mais depuis mon enfance (enfin après mes six ans) Crown est devenu égalemment mon pseudo de mission. Après tout les victimes ne sont pas sensés connaître nos prénoms cela pourrait être dangeureux pour nous. Ils savent simplement que les Crown vont faire une nouvelle victime. Et en général la nouvelle victime c'est eux. Mais bon on est une immense famille, presque aucun de nous n'a le même sang que celui d'a côté et surtout on est tous mercenaires. Et on est implanté dans tout les pays. Et croyez moi je suis plus que fier d'appartenir à ma famille. Et lorsque un Crown est tué c'est toute la famille qui se met en branle pour le venger. Sinon je n'aurais pas pu retrouver mes renseignements en seulement quelques mois. Mais là ça piétine. D'une parce que j'ai prévenu les autres : je fais le reste tout seul. Et ça ils l'ont comprit. Ils ont comprit que j'ai besoin de ma vengeance. Mais que je veux effectuer le travail seul. c'est d'ailelurs avec beaucoup de répugnance que j'ai demandé de l'aide à Tae. Je parcours les livres du bout des doigts à deux pas de la prof. Je trouve finalement ce que je cherche. C'est donc avec un grand sourire que je sors de son rayonnage "Le Fléau" de Stephen King. J'adore la nouevlle version qu'ils ont sortis il y a deux/trois ans. Elle est beaucoup mieux que la première. Je m'installe à la table de la prof juste en face d'elle en lisant le bouquin d'horreur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le mariage est un cercueil dont les enfants sont les clous [William]   Mar 3 Fév - 22:46

Le cœur de Shay bat la chamade. Elle a une boule dans la gorge et du mal à respirer. Elle croise le regard de William et cache son effarement devant ses pupilles enflammées. Comme si toute sa colère se noyait dans ses yeux. Qu'ils pouvaient refléter toute la douleur et la haine du monde.
C'est sans doute sa faute, à Shay. Il pense certainement à sa famille, alors qu'il ignore complètement que l'assassin se trouve en face de lui...
C'est con, tellement con. Pourquoi Shay en est arrivée là, au juste ? Elle ne sait plus bien. C'est tombé sur elle. Le hasard fait souvent mal les choses....
La jeune femme serre les dents. Ses mains sont moites, elle se sent frôler le malaise, mais elle parvient, par la douleur, à se contrôler. Plantant ses ongles dans ses paumes, elle se ramène brutalement à la réalité, se demandant si William la découvrira un jour.
Pour le moment, mieux vaut rester caché. Faire semblant. Jouer la comédie et son rôle de figurante fait sur mesure.

« Vous m'excuserez, William, mais je n'ai pas l'habitude d'appeler mes élèves par leur nom de famille. »

Elle a un petit sourire qui signifie que la discussion est close. De toute façon, elle ne tient pas à s'allonger sur le sujet avec le ruban blanc, au risque de gaffer par la suite. Non, elle doit rester neutre. Elle doit rester Watson la professeur de français.
Quoi qu'elle dise ou qu'elle fasse.
Alors, au risque de sortir des inepties, elle reste silencieuse, observant son élève du coin de l’œil. Dans le même temps, elle rouvre prudemment le livre qu'elle a fermé à l'entrée de William en se gardant bien de retourner à la page qu'elle consultait.
Il n'apprendra sans doute jamais qu'elle est sa tante.
À moins que ce bouquin ne raconte n'importe quoi ? C'est fort possible. C'est sans doute l'hypothèse la plus probable, d'ailleurs...

« Oh, vous avez déjà lu ce livre ? Je l'ai beaucoup aimé, personnellement. Cela vous intéresserait-il de présenter un exposé dessus en cours ? »

Ses instincts ont surgi beaucoup trop rapidement. Shay ne peut pas résister à l'appel de la lecture. Stephen King, un dieu dans son domaine ! Alors non elle ne peut pas laisser passer l'occasion. C'est trop beau pour être vrai ; un de ses élèves qui lit du King... c'est comme retrouver une crotte de lapin dans un frigo ! (quoique...)
La jeune femme sourit, plus du tout mal à l'aise, cachant d'un bras le début de sa lettre adressée à son père. Elle n'attend pas forcément de réponse. Elle comprend que William veuille être tranquille après tout...
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le mariage est un cercueil dont les enfants sont les clous [William]   Dim 8 Mar - 17:13


Cette prof commence sérieusement à m'énerver. Et lorsque je suis énervé ca ne donne jamais quelque chose de très beau ou très agréable... Je me retiens de lui cracher tout ce que je pense d'elle. Tout ce que je pense de tout les profs et de leurs manies de se croire supérieurs aux élèves et de croire qu'ils ont le droit d'être familiers avec eux. Ca m'énerve depuis que j'ai pigé le concept d'école. Je veux bien avoir du respect pour les profs et tout mais je déteste qu'on ne me le rende pas. Et Watson ne me le rend absoluemment pas. Mais je ravale ce qui menace de sortir. Je serais dans de beaux draps si elle ramène à Moor tout le mal que je pense d'eux. De toute façon c'est bien connu : Ils rampent tous devant Moor, lui ramenant nos moindres faits et gestes, nos moindres erreurs et paroles mal formulées. Il n'y a que devant Max que j'ose me lâcher car je sais que lui ne fait pas le petit toutou au moins. Ca n'a jamais été son genre et le mien non plus.

J'entends sa remarque sur "Le Fléau" et ose un sourcil étonné en reportant mon attention sur elle. Elle lit du Stephen King elle ? Je m'attendais plus à la voir avec un roman à l'eau de rose entre les mains. Les livres d'horreurs ce n'est pas fait pour les filles propres sur elles, gentilles et mielleuses. Comme quoi l'habit ne fait pas le moine. Mais c'est vrai que c'est étonnant. Je me raidis lorsqu'elle me propose de faire un exposé. J'ai pas le temps. Ni l'envie. Je lis pour le plaisir pas pour me rajouter du boulot. Je lui réponds toujours en lisant :

"-Honnêtement je n'ai pas assez de temps pour vous faire un exposé Miss mais je serais ravi de discuter simplement de ce livre et de son auteur avec vous."

Espérons que ca suffise pour qu'elle me lâche.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le mariage est un cercueil dont les enfants sont les clous [William]   Ven 13 Mar - 20:54

Shay aimerait bien soupirer, relâche les épaules, se détendre, seulement elle est en présence de William Crown... ce qui signifie qu'au moindre faux pas il lui sautera à la gorge pour la pendre haut et court. En réalité, elle est agacée. Selon elle il devrait lui manifester plus de respect, et, au moins, la regarder dans les yeux quand il parle. Elle montre bien son énervement et se met à jouer avec nervosité avec une mèche de cheveux. Elle inspire par le nez pour évacuer le stress et parcourt la page qu'elle consultait du regard, tâchant d'en cacher le contenu à William d'une manière presque naturelle.
La blonde regarde l'heure un instant et fronce les sourcils, on dirait que l'aiguille n'avance pas, mais ce n'est sans doute qu'une impression, elle soupire pour elle-même, voilà bien une réponse à la Crown. Et elle décide de faire sa chieuse, parce qu'elle est sans doute la personne qui raisonne de la manière la moins logique qui soit, alors elle proteste :

« J'insiste, William. » Son ton est dur, mais elle est bien obligée. « Tu feras cet exposé la semaine prochaine. On ne rate pas une bonne occasion d'obtenir de bonnes notes... »

Elle le regarde dans les yeux, même si ce contact visuel lui glace le sang. Elle préférerait mille fois se jeter du haut d'une tour plutôt que lui avouer ce qu'elle a fait à sa famille. Elle frissonne, soutenant le regard de William jusqu'au bout. Au dernier moment cependant, elle le baisse avec horreur, se rendant compte que sa provocation risque de se faire poser des questions au ruban blanc. Et elle ne veut surtout pas que ça arrive...
Elle ferme brutalement son propre ouvrage et se redresse. Elle domine bien William d'une tête mais elle se sent tellement petite face à lui ! Avec aplomb, elle ajoute :
« Et ce n'est pas discutable. »
Parce qu'il proteste, il risque de s'en prendre plein la gueule.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le mariage est un cercueil dont les enfants sont les clous [William]   Dim 12 Avr - 23:33


Autant l'impertinence de Nath m'avait plu... Autant le caractère buté de cette chieuse commence à me taper sur le système. Je me retiens difficilement d'éclater de rire devant sa bouche pincée et sa phrase froide. Primo, si elle croit m'intimider ou me plier à sa volonté ainsi, c'est loupé et deuxio, si son exposé me fait chier (et c'est le cas) je ne le ferais pas. J'ai toujours fonctionné ainsi quand j'allais au collège puis au lycée. Ce n'est pas aujourd'hui que ca va changer.

Un sourire sardonique prend place sur mes lèvres lorsqu'elle baisse les yeux. Cependant, je me demande bien ce qu'est la lègére lueur de culpabilitée mais aussi de défi que j'ai vu au fond des yeux de ma prof. Je fronce les sourcils n'écoutant pas ce qu'elle me dit. C'est étrange. Mais cette fille à quelque chose à cacher, j'en suis sûr et certain. Faudra que j'envoie une lettre a Anna voir si on a pas un dossier ou autre sur elle. En général j'aime bien les gens mystérieux... Mais pas cette femme. Mon instinct me chuchote de me méfier d'elle. J'ai l'impression qu'elle représente un danger pour notre famille... Ou bien qu'elle s'en ai déjà prit à nous. Une image de Théo et Lola vient flotter devant mes yeux. Je secoue la tête. Ce n'est pas possible. Mais ne serait ce que pour m'informer sur elle il faut que je contacte Anna.

Anna, c'est ma cousine. Elle habite au Japon. Et lorsqu'elle n'est pas placée sur une affaire spécifique (sachant qu'elle est sur une affaire spécifique une fois tout les six mois hein...), elle travaille au centre d'informations Crown. C'est un immense complex qui se situe dans les sous-sols de la ville de Nagasaki où ma chère cousine habite. Ce complex regroupe toutes les infos sur les différents criminels des différents pays, tout nos rapports, tout nos clients ainsi que toutes les personnes à qui on a eu affaire. Mortes ou vivantes (bien que ce soit assez rare que les personnes en question soit encore en vie). Et Anna est la chef de ce complexe et a une petite trentaine de Crown à ses côtés (ce qui n'est pas énorme quand on voit le nombre qu'on est a travers le monde. Je crois que les dernières statistiques affichaient quelque chose comme 250...)

Je souris à la mention de ma cousine. J'adore Anna. On est allé la voir une petite dizaine de fois avec Lola et Théo. Elle et son tuteur (Charles) sont de vrais perles. Je me lève sans faire plus attention à ma professeur et va ranger le bouquin avant de prendre un feuille et un stylo dans mon sac. Je vais m'assoir sur le rebord d'une fenêtre pour écrire. Comme ça personne n'arrivera par derrière pou voir ce que j'écris. C'est confidentiel (encore plus qu'une simple lettre. J'ai toute la bibliothèque devant moi et je vérifie fréquemment d'un coup d'oeil que personne ne s'approche. Alors je commence ma lettre. J'ai à peine eu le temps d'écrire les formules de politesse et ma requête que j'entends un craquement. Je plie la feuille et la garde dans ma main bien serrée et me dirige vers l'origine du bruit.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le mariage est un cercueil dont les enfants sont les clous [William]   Sam 18 Avr - 15:45

Shay est furieuse. Non seulement le détachement du garçon est l'un des premiers symptôme de l'insolence, mais en plus il paraît s'en foutre complètement. Et à Shay, ça ne lui plaît pas. Elle est professeur d'anglais et elle use de son temps pour enseigner et apprendre à de pauvres orphelins. Elle exige un minimum de respect et elle le rend en retour. Alors ce n'est pas parce qu'elle n'appelle pas William comme il voudrait qu'elle l'appelle qu'elle va s'en contenter pour autant. Elle déteste ce genre d'élèves qui se croit tout permis simplement parce qu'il fait une tête de plus que tout le monde et qu'il a un couteau clandestin caché dans sa botte.
La jeune femme lui jette un regard agacé, lui faisant bien comprendre qu'il n'a pas à jouer à ce petit jeu-là, et encore moins avec elle. Elle replonge le nez dans son bouquin, évitant soigneusement la page qui parle des Watson, comme si c'était le livre le plus passionnant au monde. Du coin de l’œil, elle observe William qui se lève et qui va reposer l'ouvrage à sa place. Il se dirige ensuite vers l'appui de la fenêtre et s'y installe pour écrire. Elle le regarde quelques secondes, totalement fascinée par ses gestes, avant de se rappeler qui il est et pourquoi il est là. Elle frémit en songeant que partir d'ici serait la meilleure idée de toute sa vie, mais elle n'est pas lâche à ce point. Elle décide donc de ne laisser rien paraître, et pour maintenir l'illusion, se lève après avoir soigneusement refermé son livre.
Elle s'approche lentement de Will, le regard sévère, et attend qu'il la remarque. Il ne semble pas vouloir rentre publique cette lettre car il la maque aussitôt de sa main. Shay prend un air naturel mais à la fois terriblement lourd, ce genre de visage qui inspire tout de suite la culpabilité.
« Vous le prenez comme ça, William ? Et que diriez-vous de quatre heures de colle ce soir à 17h pour préparer ce fameux exposé ? »
Elle sait qu'elle est cruelle, mais le jeune homme le mérite amplement rien que par la façon dont il la traite. Elle n'est pas un chien ni un détritus, elle ne mérite pas ces regards dédaigneux. Elle a fait des erreurs, plus jeunes, mais on la droguait et elle a grandi depuis.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le mariage est un cercueil dont les enfants sont les clous [William]   Dim 12 Juil - 6:56


Je la fixe en faisant jouer mes sourcils. Elle commence sérieusement à me taper sur le système celle-là. Visiblement, elle ne sait pas que je ne bosse plus depuis des mois et que je me rends aux cours de Max et quand je dois venir voir Nath. Alors son exposé et ses quatre heures de retenues, elle les fera seule. Je lui souris aimablement et hocha la tête. Ça pourrait être encore plus marrant si elle m'attend quelque heures pendant que je serais tranquillement à la maison à faire mes recherches. Je me lève et vais récupérer "Le Fléau" dans le rayonnage pour lui faire croire que je préparerais son exposé. Je me dirige vers la bibliothécaire et lui explique gentiment que j'aimerais emprunté ce livre et que, promis, je lui rapporte dès demain. Je peux être gentil quand je veux. Elle me sourit et accepte, me demandant juste de signer un registre d'emprunt ce que je fais sans même rechigner.

Finalement je repars vers ma table et range le livre dans mon sac ainsi que la lettre et mon stylo. Puis je m’aperçois que Watson n'a toujours pas bougé de la place où je l'ai planté pour aller chercher mon bouquin. Je souris d'un sourire teinté de moquerie, de sadisme et d'ironie. Je vais la faire flipper un peu. J'en suis désormais persuadé, cette femme à quelque chose à cacher. Et ce "quelque chose" a sûrement un rapport avec moi ou avec un des Crowns vu le regard qu'elle pose sur moi. Un étrange mélange de défi, de culpabilité et de colère. On dirait que j'ai trouvé la personne sur qui je veux passer mes nerfs. Ça fait déjà plusieurs mois que je suis là, et que je supporte le souvenir permanent de l’incendie, du visage blanc comme neige de Lola expirant entre mes bras, du cri de Théo... Il est temps que je commence à me distraire avant d'exploser totalement. Et quoi de mieux que de tourmenter un peu quelqu'un ? En passant à côté d'elle, je siffle à son oreille, d'une voix basse, calme et promesse de vengeance :

"-C'est de me prendre pour un imbécile que de faire ça Watson. Je sais parfaitement que vous avez quelque chose à cacher et je ne pense pas me tromper en disant que ça doit être lié à moi et ma famille... Je trouverais de quoi il s'agit et je prendrais les mesures nécessaires. S'attaquer à l'un de nous, c'est ce mettre tout le clan sur le dos... Vous voilà prévenue."

Après cela je ne m'attarde pas plus et me dirige vers la sortie, mon sac sur une épaule, la démarche désinvolte, m'amusant à faire rebondir le couteau de Lola dans ma manche, prêt à le sortir à la moindre attaque par derrière de la blonde.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le mariage est un cercueil dont les enfants sont les clous [William]   Sam 18 Juil - 16:53

William il ne sait pas à quel point elle souffre de ses actes, il ne sait pas comment elle vit ce qu'elle a fait, le sang qui tâche toujours ses mains et qui ne partira jamais. Il ne sait pas ce que ça fait d'être rongé par la culpabilité, le doute, l'angoisse, il ne sait pas ce que ça fait de se dire que le jour de sa mort, on se souviendra de tout ce qu'on a fait et on aura honte. Il sait pas ce que ça fait, lui. Il a peut-être perdu des êtres chers, des gens qu'il aimait, mais ils ne sont plus là et il peut avoir une belle vie pour eux, alors que Shay elle n'effacera en rien ses actes. Alors au lieu de se morfondre, de chercher la vengeance, Will peut se rendre heureux, sourire même sans y penser, se dire que chaque geste dans sa vie dans sa vie est un hommage à sa famille décédée. Il ne peut pas comprendre la souffrance de quelqu'un qui regrette avoir tué, qui regrette avoir tenu cette boîte d'allumette au moment de l'incendie, contemplant le spectacle avec effarement et presque pitié. Et c'était il y a si longtemps, Shay était manipulée, inconsciente même, la pire période sa vie sans doute, et si elle devait le refaire, elle préférerait ne jamais avoir existé. Alors William ne peut pas dire qu'il souffre plus qu'elle, lui il peut se reconstruire et vivre sa vie normalement s'il le veut. Ça ne sert à rien de vouloir faire payer les responsables, personne ne changera ce qu'il s'est passé et il devrait plutôt aller de l'avant, oublier le passé et les souvenirs horribles. Il le peut, lui. Sauf qu'il préfère murmurer des mots affreux dans l'oreille de la jeune femme, des mots qui promettent une belle vengeance, sauf que ce serait ridicule, ce serait faire exactement ce que Shay a fait. Elle l'ignore et replonge le nez dans son livre comme si de rien n'était, ignorant les pas de Crown qui s'éloignent, et l'atmosphère étrange avec.

RP FINI /o/
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le mariage est un cercueil dont les enfants sont les clous [William]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le mariage est un cercueil dont les enfants sont les clous [William]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le mariage est un cercueil dont les enfants sont les clous [William]
» Noé A. Foster ; « Les Enfants sont les Gardiens de l'Âme »
» (F) Les enfants sont innocents et souriants car aucun passé ne les poursuit.
» Personnages/avatars déjà pris
» La vie est un puzzle dont les pièces sont entre mes mains- {100%}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orphelinat Moor RPG :: Corbeille-