Forum RPG. 1994. L'île est détruite mais la vie doit poursuivre son cours. Bartholomew Moor reprend l'île en main pour le meilleur ou pour le pire ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Apolline E. Hopkins • La vie est souvent injuste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Apolline E. Hopkins • La vie est souvent injuste   Lun 21 Sep - 17:38




Apolline Aliénor Delilah Rosemary E. Hopkins

Bonjour, je m'appelle Apolline Aliénor Delilah Rosemary Edgeworth Hopkins, mais on me surnomme parfois Apo. J'ai actuellement 25 ans, car je suis né(e) le 25 juillet 1967 (nous sommes en 1993) à Weligton et je suis Néo Zélandaise pure souche. Dans la vie je suis Chirurgienne en pédiatrie. Si vous voulez tous savoir je suis veuve, vu que je n'ai aucun secret pour toi, tu peux aussi savoir que je suis hétérosexuelle. On me dit souvent que je ressemble à Holland Roden Je suis dans le groupe des villageois

ce que je suis

Caractère Apolline est une jeune femme au caractère assez fort, elle ne se laisse pas faire malgré tout ce que son père lui fait subir, elle ne veut pas lui laisser le plaisir de gagner. Elle cacheras toujours que ça ne vas pas, masquant la souffrance par de grand sourire et des éclats de rire qui résonne partout. Elle se montre très protectrice envers ses deux sœurs et elle préfère mentir pour prendre elle même les coups car elle ne supporte pas de voir les autres souffrir. Cependant il lui arrive de croire ce qu'on lui dit et elle doute souvent d'elle même. Dans son travail elle fait abstraction de tout ce qui l'entoure et se donne autant qu'elle peut, même si au fond elle ne l'a pas choisit ce métier et qu'elle sait très bien les plans de son père, quand il auras réussit elle sait qu'elle ne pourras plus travailler.
Physique Il est simple de reconnaître Apo dans une foule, de par sa chevelure flamboyante qui détonne parmi les autres, mais ce n'est pas tout ce que l'on remarque quand on la voit, on ne peut qu'admirer sa posture parfaite et son air de bonne petite fille bien élevé aussi. Son visage fin lui donne un air fragile et vulnérable, on pourrait aussi croire qu'elle est malade. Toujours parfaitement habillé lors des rendez vous mondains organisé par la bourgeoisie de la ville, elle est tout autre lors de ses escapades interdites et vous risquez de ne pas la reconnaître, ce qui l'arrange à vrai dire. Malgré tout elle garde souvent des vêtement qui lui cache entièrement le corps, car elle a de nombreux bleu un peu partout et elle en à honte, énormément.  
Autres détails ? Apo est veuve et enceinte de cet homme qui est malencontreusement décédé, elle n'as jamais voulut de cet enfant, car elle n'as jamais voulu que cet homme le touche. Elle est aussi la maman de Louise, qui est aussi sa demi soeur
Raconte moi une histoire

La petite regarde tout autour d'elle, elle devient toute rouge et son regard vas se fixer sur sa maman. La foule ne parle plus, il fixe la catastrophe qu'Apo vient de déclencher. Au milieu des bouts de verre et du liquide elle n'ose plus bouger. Son père se rapproche d'elle, elle le regarde effrayé et gémit qu'elle est désolé, il soupire avant de la soulever pour la prendre dans ses bras. Elle se laisse faire, croyant qu'il ne lui en veut pas elle se blottit même contre lui. Il l’entraîne à l'étage dans sa chambre et la pose violemment sur le sol. Elle le regarde et répète qu'elle est désolé mais il la regarde d'un air noir, elle commence à pleurer tout doucement. Il la gifle brusquement avant de lui dire de se taire, il la frappe de nouveau la faisant chuter sur le sol. Elle le regarde terrorisé alors qu'il lui dit qu'elle lui fait honte, qu'elle est grande maintenant et qu'elle ne peut plus se permettre de faire n'importe quoi. Il l'empoigne avant d'ouvrir son placard dans lequel il la jette avant de l'enfermer en lui disant qu'elle vas apprendre.

Apolline regarde par la fenêtre et sursaute en entendant le coup sur sa table, elle lève la tête et regarde sa préceptrice. Cette dernière soupire lui disant de se concentrer mais la fillette lui dt qu'elle n'y arrive pas. Elle regarde sa feuille et voit les chiffres qui dansent devant ses yeux, les tables sont un truc qui lui échappe totalement. Elle lève ses yeux désespéré vers la jeune femme, elle a envie de courir, bouger partout mais ça fait des heures qu'elles sont coincés ici à réviser. La prof soupire avant de lui dire qu'elle ne peut pas quitter la pièce tant qu'elle ne connaîtras pas ses tables. La petite la regarde ne comprenant pas et finit par se lever, elle ouvrit la porte et se mit à courir, traversant la maison pour aller dans le jardin, elle grimpe à un arbre. Quelques secondes plus tard elle entends la voix de son père, elle reste caché mais il lui faut bien retourner à la maison et quand elle le fait il n'est pas content, l'incapacité d'Apo à réciter ces fameuse tables ne fait qu'accentuer sa colère.

Apo est dans sa chambre, penché sur ses devoirs, n'arrivant pas à se concentrer. Elle sursaute face au bruit qui retentit dans la cuisine. Elle se précipite sur place et découvre Cléa debout devant le frigo ouvert qui regarde les plats explosé sur le sol. Elle regarde sa petite sœur tétanisée, elle ouvre la bouche mais il est trop tard. Apolline se retourne en entendant les pas et elle regarde son père qui rentre dans la cuisine, elle frémit. Il les fixe toutes les deux et Apo voit sa sœur, si petite si fragile, elle n'a que six ans, elle avait faim. Alors quand il demande ce qui se passe Apo ment, sans trembler, elle le fixe dans les yeux et déclare :
- « J'avais faim, j'ai essayé de me servir moi même »
Elle garde son regard dans celui de l'homme alors qu'il prend une teinte rouge menaçante. Doucement elle repousse sa sœur vers la porte qu'il verrouille lui même avant de se jeter sur l’aînée. Elle pense à sa sœur à qui elle évite tout ça et pour une fois elle subit plus facilement. Quand il en finit enfin il la relâche en lui ordonnant de ne pas se montrer avant un moment. Elle file dans sa chambre en silence. Quand la porte se rouvre quelques minutes plus tard elle regarde qui rentre avec angoisse mais ce n'est que sa sœur. Instinctivement Apo remonte les couvertures sur elle même pour cacher l'état de son corps. La petite la regarde avant de lui dire qu'elle est désolé, Apo sourit et lui tend la main. Elle l'attire contre elle avant de lui murmurer :
- « Je te protégerais toujours, je te promet. »
Sa sœur se blottit contre elle la faisant grimacer, il a frappé plus que d'habitude.
 
La famille se tient à table, silencieuse comme toujours ou presque, la mère et le père échange des regards puis ce dernier prend la parole. Apo manque de s'étouffer et les fixe avant de demander en hurlant :
- « Quoi ? Vous pouvez pas nous faire ça ! »
Le père la fusille du regard et lui dit qu'il à tout les droits sur elle, qu'elle lui doit tout et que si elle continue elle vas voir. Elle se tait alors et les écoutent leur dire que leur mère est enceinte et qu'elle à besoin de calme. Elles doivent partir, Apo ne veut pas y croire, elle regarde sa sœur qui n'a que dix ans, elle même en a juste dix sept et même si elle donnerait tout pour fuir son père elle ne veut pas se retrouver dans un pensionnat comme il le veut, pendant un an, elle sait que ce seras un truc du même style que lui. Elle le regarde, elle sait à quoi il joue, elle sait pourquoi il l'éloigne elle mais pourquoi sa sœur. Elle le fait remarquer ce qui lui vaut une nouvelle vague d'insulte alors elle se tait. Elle ne peut pas lutter et elles partent toutes deux exactement là où il veut, séparé l'une de l'autre. Elle revient avant sa sœur, faisant connaissance avec sa petite sœur qu'elle aime tout de suite, plus encore peut-être que Cléa, de nouveau elle sent le besoin de l’empêcher de souffrir.

La jeune fille se faufile doucement dans la maison passant par la fenêtre, il n'est pas tard mais son père lui avait interdit de sortir. Elle essaya d'être discrète mais sa petite sœur l'interpella, attirant l'attention de son père, elle soupira quand il se rapprocha et elle ne réagit même pas à la gifle. Elle soupire. Il lui dit que c'est finit, elle ne comprend pas tout de suite mais il lui ordonne d'aller se changer et quand elle revient il lui annonce qu'elle vas rencontrer son fiancé, elle manque de s'évanouir mais elle ne dit rien, car elle sait qu'une fois de plus elle ne pourras rien faire, jamais.  

Behind the screen ?

Prénom/pseudo : Penouille
Age : 20 ans
Où as tu trouvé le forum ? :geek:
Comment le trouves-tu ? :wub:
Ta fréquence de connexion : Tous le temps
Un dernier mot ? Love
OBLIGATOIRE, remplis le code à la suite pour ton avatar sans enlever de balise :
Code:
[center][b]Holland Roden[/b] ~ Apolline E. Hopkins[/center]



crédit (c) Chaussette
Revenir en haut Aller en bas
 

Apolline E. Hopkins • La vie est souvent injuste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La vie est souvent injuste, mais elle a ses raisons d'agir ainsi.
» Jean Pascal Vs. Bernard Hopkins
» Apolline Beauregard - en cours
» Apolline ♥ Une nouvelle fleur à Versailles
» ATTENTION CA ARRIVE TRES SOUVENT AVEC LES FORTES CHALEURS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orphelinat Moor RPG :: Corbeille-