Forum RPG. 1994. L'île est détruite mais la vie doit poursuivre son cours. Bartholomew Moor reprend l'île en main pour le meilleur ou pour le pire ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Seul le vent peu influencer sur le choix du chemin que prendra notre âme[ Abel/ Manon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Seul le vent peu influencer sur le choix du chemin que prendra notre âme[ Abel/ Manon]   Dim 22 Mar - 15:21

Une heure comme une autre, dont Manon n'avait la connaissance. Elle était limitée  à faire ce que l'on lui disait, habituellement, mais pas cette fois ci. Elle en avait marre de rester enfermée, marre d'écouter les autres, d'écouter ce que l'on lui disait. Et puis, Manon était bien connue pour ne pas être obéissante. Cet après-midi là, alors que les filles de son dortoir lui avaient dit de rester tranquille, elle leur avait lancé un regard mauvais, mais perdu. Elle était du genre à leur dire qu'elle les emmerdait, sans la vulgarité de ce mot. Elle restait polie et respectait les gens, tout de même. Elle leur avait simplement dit qu'elle se foutait de  ce qu'ils pensaient tous, que cela n'avait aucune importance et que personne ne pourrait l'empêcher d'être libre. Certes elle ne savait pas où elle se dirigerai, mais elle irai. Elle ferait confiance à son instant, le vent la guiderai.

Trop tard, plus personne ne pourrait la retenir, la voilà déjà dehors. Elle savait qu'elle s'y était dirigée, elle avait encore la capacité de voir des silhouettes, le contour des objets, mais peu à peu, ce pouvoir s'estompait pour son plus grand malheur. Mais elle ne préférait pas y faire attention, jamais. Une fois la porte passée, elle inspira un grand coup. Le vent fouettait son visage, balayant ses cheveux au passages. Elle ferma les yeux,  levant la tête vers le ciel invisible. Elle commença déjà à marcher dans le grand jardin qui lui était totalement inconnu. Elle se plaisait à imaginer, tout ça, les beaux jardins dans lequel elle se trouvait. Mais quelque chose la dérangeait, l'attristait. Voir un monde dans un brouillard opaque blanc ne l'intéressait plus. Cela ne l'avait d'ailleurs jamais intéressée. Elle n'avait jamais vu autre chose que des silhouettes, des contours sombres. Un monde en noir, un monde grisaillant. Un monde sans couleur, presque comme l'on avait avant la télé en noir et blanc.

Une des rares fois ou Manon avait osé sortir en laissant son masque aux dortoirs. Elle craignait de devoir le récupérer plus rapidement que prévu. Cette sensation de liberté qui l'assaillait était à la fois agréable mais étrange. Cela était trop beau pour durer. Un de ses camarades reviendrait bien l'embêter pour lui dire qu'elle n'avait rien à faire là, seule. Pour le réprimander. Pour lui dire d'un ton sec que ce n'était pas sa place, qu'elle devait simplement obéir et faire ce que l'on voulait qu'elle fasse. En soit, rester tranquille, ne pas bouger, n'embêter personne avec ces escapades non prévues. Elle soupira, agacée, déjà énervée à cause du simple fait de connaître la suite de l'histoire. Elle marchait rapidement, tentant de trouver un coin où s'asseoir, là où elle pourrai arrêter de bouger, fermer les yeux et attendre que le temps passe, sans se soucier des autres qui eux devaient à cette heure être inquiets, ou pas. En fait, elle s'en foutait. Peu importait ce n'était pas son problème. Oui, sûrement, c'était horrible de penser cela, mais Manon était persuadée que cet adjectif était celui qui la qualifiait au mieux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Seul le vent peu influencer sur le choix du chemin que prendra notre âme[ Abel/ Manon]   Mer 8 Avr - 17:51

L'orphelinat, ce grand bâtiment sinistre qui surplombe tout et qui bouffe tout aussi. Abel le déteste ce bâtiment, il le démonterais pierre par pierre si il le pouvait. Il le ferait lui même, avec ses mains, il gratterait les mur et le crépis, il ferait tout, pour que ce truc n'existe plus. Il gravit la colline, il y vas vers cette prison, pas de son plein grés mais il y vas, Théa est là bas, Théa, sa Théa, il n'en revient pas, elle était là, il l'a vu, il l'a tenu dans ses bras, il a sentit son odeur, il a entendu sa voix aussi. Un sourire se dessine sur son visage et il ferme les yeux, en y repensant. Il presse le pas, le bâtiment lui semble de suite bien moins affreux, car Théa est dedans, il presse encore le pas, encore un peu et il court. Il regarde encore le bâtiment et il prit, pour qu'elle soit encore dedans mais surtout qu'elle se porte bien, car il en a entendus, des vertes et des pas mures sur ce fameux orphelinat, alors il ne sait que penser mais ça lui fait plutôt peur tout ça. Il arrive devant la grille.

Sa main vient effleurer le fer forgé, il ne sait pas, il doute que ce soit une bonne idée en fait, il n'a sûrement pas le droit de venir ici et si il se fait prendre, il auront des ennuis. Il soupire encore avant de pousser cette grille, habituellement il est raisonnable, mais pas là. Il se dirige vers le hall et il entre. Il soupire encore alors qu'il le trouve grand et vide surtout. Il avance, il ne croise personne et c'est sûrement mieux ainsi. Il continue d'avancer, ne sachant pas vraiment où elle peut être et puis il ne la trouve pas. Il avance et il se rend compte de sa connerie, elle ne peut pas se pointer là et espérer la croiser, si il tombe sur une autre personne ? Il vas dire quoi ? Je suis là pour celle que j'aime, même si elle c'est pas très clair dans son cœur, ni dans sa tête d'ailleurs, mais c'est ma Théa et je l'aime ? Nan, il ne peut pas, il ne peut simplement pas faire ça.

Il soupire, prêt à faire demi tour, il à atterrit dans un jardin, totalement vide. Totalement, nan en fait, il remarque une petite fille assisse sur un banc. Il la regarde, que fait elle là, seule ? Il se rapproche encore un peu plus et là il remarque son regard. Travaillant avec des enfants toutes la journée, Abel les connais bien ces monstres et cette petite est différentes. Il s'approche encore, faisant du bruit, car il à compris que ses grands yeux ne voient pas grand choses. Il vient s'asseoir sur le banc, près d'elle mais pas trop quand même, il la regarde encore puis il lui demande en murmurant :
- « Salut, pourquoi tu es toute seule ? »
Il sourit, même si au fond c'est pas vraiment utile, il attend une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Seul le vent peu influencer sur le choix du chemin que prendra notre âme[ Abel/ Manon]   Lun 25 Mai - 1:09

Elle ne savait pas pourquoi elle se trouvait ici, dans cet endroit sombre et affreux. Enfin, peut-être bien que si; seulement car elle le méritait. Une fille comme elle, aussi mauvaise dès son plus jeune âge ne pouvait pas mériter une belle vie, et dès la naissance elle fut avertie que ce comportement lui coûterai cher. Elle était privée, privée de pouvoir admirer de belles choses, en couleurs. Privée de pouvoir observer, ne serait-ce qu'un instant, de courtes secondes. Elle n'avait pas envie de sourire, elle n'en avait jamais eu envie. Jamais elle n'avait été cette petite fille pétillante et pleine de joie que l'on pouvait retrouver chez certaines autres, non. Elle était une petite fille pleine de haine et de rancune, une petite fille voulant obtenir vengeance de la vie. Cette vie qui lui apportait tant de problèmes et qui n'était pas la sienne, cette vie qu'elle s'était inventée, ce caractère qui n'était pas le sien, elle ne pouvait s'en débarrasser. A dire vrai, elle ne savait guère ce qu'était le bonheur, elle ne connaissait même pas la signification de ce mot. Jamais cette haine ne l'avait quittée, et elle resterait à jamais. Elle se sentait mieux, quand elle endossait ce fameux rôle, de méchante, de merdeuse. De pure enflure, de peste. Elle se sentait protégée par une carapace, qu'elle avait volée à quelqu'un d'autre.

Pauvre gosse, disait-on. Il faudrait lui envoyer un panier de bonheur, par la poste, ou bien même lui en offrir un à son anniversaire, si un jour elle le méritait. Mais elle n'en aurait pas si elle continuait dans cette voie là. Elle soupira. On disait parfois qu'elle ne ressentait rien, qu'elle n'avait pas de coeur. Elle en avait un, là, bien caché. Mais si, regardez. Juste là. Ou peut-être bien que non, en fait. Manon était une coquille vide, incapable de faire ressortir ses émotions, elle n'y arrivait pas, c'était comme ça. Elle put entendre un bruit qui la sortit de ses affreuses pensées, et qui la fit sursauter. Elle n'était plus seule. En réalité, elle n'était même pas sûre qu'elle l'était quand elle avait mis les pieds ici. Enfin, elle devait être vigilante. Tous le monde n'était pas de gros bisounours dégoulinant d'amour, et heureusement d'ailleurs, car elle ne supportait pas cela, d'habitude. Mais elle ne bougeait pas. Manon n'avait pas peur, elle n'avait jamais peur, mais elle se méfiait. Quelqu'un pouvait bien lui vouloir du mal, après tout, rares étaient ses amis ici. Pour ne pas dire, inexistants. La vraie fillette, la vraie Manon en était triste. Elle était même désolée d'adopter ce comportement, mais elle n'arrivait pas à faire autrement. Elle avait honte de la véritable personne qu'elle pouvait dévoiler, honte d'être comme elle était.

Elle sentait cette personne s'approcher. Près, trop près ? Elle ne pouvait pas définir. Elle ne savait pas, elle ne savait plus. Elle n'avait pas envie de porter son masque à cet instant là, alors elle se contenta de soupirer une nouvelle fois. Elle avait beau être aveugle, elle voyait mieux que n'importe qui. Enfin, au sens figuré. Elle entendit le son de sa voix, et sursauta une nouvelle fois, alors que pourtant, elle s'y attendait. Elle était incapable de dire pourquoi, pourquoi elle avait été surprise, alors qu'elle savait qu'il allait ouvrir la bouche pour lui adresser la parole. Elle voulait lui avouer, lui dire pourquoi elle était seule, pourquoi elle l'était tout le temps, mais... elle ne le connaissait pas. Elle ne l'avait même pas croisé un jour. Et puis, il était grand, plus grand qu'elle. Elle n'avouait pas ce genre de choses là aux gens. Elle n'en parlait jamais. Mais ce jour là, elle n'avait plus envie de mentir. Mais, l'homme fuirait en entendant la vérité. Elle était seule, simplement car elle était odieuse, avec les autres. Elle trouvait tout le temps un prétexte pour se battre, pour tout. Elle agaçait, énervait, et était au centre des bagarres bien souvent. C'était elle qui les causait, mais aussi elle qui les perdait. Même si, évidemment elle refusait d'admettre cela. Elle sourit faussement et murmura :

"Salut..." elle marqua une pause et reprit "Parce que personne ne veut de moi, et que je ne veux de personne."

Cela avait sûrement le mérite d'être clair : elle voulait être seule. Ou peut-être que non, elle ne savait pas ce qu'elle voulait. Elle avait surtout peur que l'homme se moque d'elle, car après tout elle avait bien "vu" qu'il avait remarqué qu'elle ne voyait rien, ou presque. Certains -beaucoup- en profitaient, d'autres essayaient de lui apporter l'aide qu'elle refusait. Pour elle, être aveugle n'était pas un handicap, cela ne portait pas ce nom. Cela ne faisait pas d'elle une handicapée, comme on le disait si souvent.
Manon n'avait pas voulut être méchante, pas maintenant. Elle soupira encore. Ce n'était pas ses intentions, et c'était bien une première. Elle murmura des excuses : "Excusez moi je... voulais pas dire ça." Première fois qu'elle s'excusait depuis qu'elle était ici. Mais une question restait sans réponses pour elle : Est-ce qu'il était à l'Orphelinat ? Cela pouvait etre aussi bien un ruban blanc qu'un membre du personnel.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Seul le vent peu influencer sur le choix du chemin que prendra notre âme[ Abel/ Manon]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Seul le vent peu influencer sur le choix du chemin que prendra notre âme[ Abel/ Manon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le pic de la montagne. le froid, le vent, et... Le froid seul pour vous tenir compagnie...
» Choix d'un montage pour 50m
» Loin de tous, quelle fin tragique. Mais c'était ton choix. ♫ | Seul pour l'éternité 8D
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?
» Sénateur Anacacis; entre l'échec et les mauvais choix du peuple haitien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orphelinat Moor RPG :: Corbeille-