Forum RPG. 1994. L'île est détruite mais la vie doit poursuivre son cours. Bartholomew Moor reprend l'île en main pour le meilleur ou pour le pire ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Let see under the roof. [Charlie & Emily]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Let see under the roof. [Charlie & Emily]   Ven 30 Jan - 1:28

Elle était assise au calme dans cet endroit si poussiéreux où l'accès était normalement interdit. Pourtant, malgré son obéissance elle s'en fichait royalement. Elle voulait juste se retrouver seule, au calme. Cette vie agitée ne lui plaisait pas tant que ça, mais elle ne s'en plaignait pas. De toutes façon, elle s'était retrouvée ici par sa faute, enfin c'était ce qu'elle  pensait. Cet endroit poussiéreux avait un certain charme aux yeux de la blonde. Elle aimait y passer du temps pour rêver, bien que ses visites étaient rares. Elle avait toujours un peu peur de se faire attraper, mais jusque là, ce n'était pas arrivé. C'est pourquoi elle se faisait la plus discrète possible, bien que ce ne soit pas l'un de ses points forts.

Cette fois ci, elle n'avait pas tenté d'être discrète, et avait fait un bruit pas possible en se rendant là-bas. Le pire était sûrement qu'elle ne s'était pas rendue compte du bruit qu'elle avait fait. Bien qu'elle n'ait pas tenté de se cacher comme à son habitude, elle voulait quand même garder un minimum de discrétion. Elle avait aussi fait le plus vite possible. Elle n'était pas sûre de se trouver seule en arrivant, mais tant pis. Elle y était allée assez de fois pour connaître le chemin. Elle se pensait discrète... le pire moment était sûrement celui où elle avait monté l'échelle menant au grenier...

Mais maintenant le calme régnait. Elle était assise en tailleur, les yeux fermés pour mieux rêver. Ce rêve qu'elle faisait si souvent, où tout était parfait, où les problèmes n'existaient pas... elle aimait rêver de ça, et savait très bien que ce rêve ne deviendrait jamais réalité, c'était pour cela qu'elle l'appelait ainsi. Un rêve n'était pas réel, et ne le devenait pas. Enfin, sauf dans des cas exceptionnels. Un sourire s'afficha alors sur son doux visage. Elle pensait à ce qu'aurait été sa vie si sa mère état encore de ce monde. Peut-être aurait-elle eut des frères, et même des sœurs... peut-être. Sa mère aurait-elle était heureuse ? Est-ce que tout aurait changé ? Trop de questions qui ne servaient a rien. Elle pouvait simplement imaginer, car cela n'arriverait jamais, tout comme un rêve. Un doux rêve qui tournait rapidement au cauchemar. Ces images lui revenaient en tête, sans arrêt. Elle avait beau vouloir les oublier, elle en était incapable. Cette dispute qui était la cause de tout... c'était elle la responsable.
Ce n'était pas un simple accident...

C'était un cauchemar qu'elle commandait, étant la seule dirigeante. A tout moment elle pouvait l'arrêter, mais préférait souffrir. Elle fut ramenée à la réalité rapidement. Elle ne voulait plus y penser. La réalité était plus douce que ce qu'elle avait imaginé. Elle se leva, visitant la salle poussiéreuse, un sourire aux lèvres. Cela lui rappelait le temps  d'avant, le temps où elle jouait dans les pièces anciennes et poussiéreuses de la maison de sa tante. Encore une fois des souvenirs remontaient, mais cette fois ci la faisaient sourire. Elle n'avait aucune envie de pleurer, de plus elle se sentait assez bien, alors elle ne voulait pas qu'un élément perturbe cette joie. Bien qu'elle soit souvent triste, elle ne montrait que son côté joyeux, préférant parfois mentir aux gens que de leur dire la vérité. C'est alors qu'elle vit quelques inscriptions gravées. Elle s'approcha, et enleva a l'aide de ses doigts la poussière qui s'était installée. Parfois, il y était gravé des prénoms, et parfois autre chose, cela variait. Son sourire s'élargit, tandis qu'elle ne faisait plus attention a rien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Let see under the roof. [Charlie & Emily]   Dim 8 Fév - 23:25

Charlie se sentait tantôt apaisé, tantôt en insécurité. Cela dépendait des jours et du temps qu'il faisait, des heures qu'il pouvait passer dans les mêmes cours que Salomé et du nombre de minutes durant lesquelles il pouvait l'observer secrètement et à l'abri des regards. Il détournait souvent les yeux pour ne rien laisser paraître, mais il redoutait qu'un jour on les surprenne tous les deux et que les rumeurs commencent à fuser dans tous les sens. À ce jour, seule Emily était au courant de leur couple – et peut-être Loreleï –, et il lui faisait confiance. Elle ne répétait pas les secrets. Ce n'était pas pour rien qu'elle était sa meilleure amie...

Charlie préférait encore qu'on dise des choses sur lui et Emily que sur lui et Salomé. C'était plus sécurisant. Quelques fois, il frôlait du dos de la main la paume de Lom quand ils se croisaient dans les couloirs et pouvait humer son parfum. Doux et fruité. Ça lui donnait envie de sucre. De déposer un baiser sur son front. De poser ses mains sur sa taille. Et de la regarder dans les yeux, sans jamais se détourner ni bouger. Ça lui aurait fait tellement plaisir. Mais il ne pouvait faire ça que lorsqu'ils étaient en privé, et encore, quand ils étaient vraiment sûrs d'être en privé. Et Charlie aimait bien leur petite relation secrète, car c'était quelque chose de périlleux et d'émouvant – et dieu seul sait que Charlie aime ça...

Rêveur, le garçon escalade l'échelle qui mène au grenier sans se rendre compte qu'elle vient d'être utilisée. Sans remarquer toujours la présente de sa meilleure amie là-haut, il se glisse silencieusement sur le plancher poussiéreux. Avant de s'arrêter net et d'exploser de rire. Inexplicablement, il rit. Nerveusement. Sans pouvoir s'arrêter. Il espère qu'il ne lui a pas fait trop peur, mais pour lui, c'est réussi. Encore sous le choc, le rire s'étrangle dans sa gorge et il fixe Emily avec des larmes de joie dans les yeux. C'est bizarre d'être là avec elle. Tout est trop bizarre ici.

« Tu fais quoi, Emi ? »

Il pose la question tout naturellement, comme si c'était la chose la plus normale qu'il est censée faire en une telle situation. Le sourire dans la voix, il se rapproche d'elle. Elle rêvait elle aussi. À sa famille, à sa maison ? Ce serait compréhensible. Et ça le fait rire. Qu'ils soient aussi loin tous les deux et aussi près physiquement. C'est pas drôle non ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Let see under the roof. [Charlie & Emily]   Jeu 12 Fév - 2:33

Perdue dans ses pensées sans réellement s'en rendre compte, elle attendait. Elle attendait simplement que le temps passe, elle n'avait rien a faire de toutes façons. Elle se sentait seule, mais en même temps ne savait pas si elle voulait vraiment voir quelqu'un. Elle aurait aimé qu'une personne la sorte de ses pensées tristes, que quelqu'un la rassures lui disant que tout cela n'était pas réel. Mais quand elle regardait autour d'elle, personne, elle était seule une fois de plus. Pas que cela lui déplaisait, mais c'était ce silence pesant qui la dérangeait. L'absence de mots, de voix, l'absence... de tout. Ce silence pesant qui revenait constamment, elle n'en pouvait plus, elle ne pouvait plus le saquer. Elle soupira, baissant les yeux pour regarder le sol sur lequel ses pieds étaient posés. En étant ici, elle faisait des choses que jamais elle ne ferait dans d'autres endroits. Comme caresser le sol du bout des doigts, jamais cela ne lui viendrait à l'esprit dans un moment où elle était occupée, elle l'avait pourtant déjà fait, ici.

Elle ne s'ennuyait pas, enfin du moins pas encore. Elle avait tant de choses à faire, à penser auxquelles elle n'avait jamais pensée. Elle ne savait que faire parmi toutes ces choses auxquelles elle pensait en ce moment. L'ennui était aussi son ennemi, elle le chassait. Il y avait tant de choses à faire, partout ! Alors l'ennui, non merci, elle s'en passait très bien. Elle entendait du bruit sans entendre réellement, elle n'y prêtais juste pas attention. Tiens, en voilà une nouvelle chose qu'elle se reprochait : ne pas faire assez attention aux gens qui l'entouraient. Elle ferma les yeux un  instant, arrêtant de compter les minutes qui passaient -car de toute façons cela ne servait a rien-. Elle s'immobilisa, s'étant rendue compte que le bruit se rapprochait. Elle ne s'y attendait pas, pas dut tout. Entendre son rire la fit sursauter. Elle avait eu peur, peur que ce soit quelqu'un d'autre, quelqu'un qui aille la balancer, mais ce n'était que lui. Que... non, enlevez le "que", Charlie ne le méritait pas. Elle explosa de rire à son tour. Elle était soulagée mais trouvait à la fois que le fait qu'ils se trouvent ici était étrange. Il y avait tellement de choses étranges ici...

Elle se tourna vers lui, affichant un large sourire. Il avait eu peur, lui aussi, enfin c'est ce qu'elle avait compris. Elle s'était soudainement sortie de toutes ces pensées sombres, grâce à lui. Elle soupira de soulagement, le regardant s'approcher. Sa voix était tout aussi rassurante que sa présence. Ce qu'elle faisait... ce n'était pas à elle qu'il fallait demander, bien qu'elle soit la mieux placée pour répondre à cette question. Elle lui sourit, ne laissant pas le silence s'installer trop longtemps, car elle n'en pouvait plus de lui.

-J'attends... et toi, qu'Est-ce que tu viens faire ici ?


Son sourire radieux, lumineux aux lèvres, elle le fixait, encore et toujours. Plus elle réfléchissait, plus elle trouvait étrange de se trouver là, avec son meilleur ami. Elle ne savait pas pourquoi, mais c'était étrange. Oui, tellement de choses qu'elle ne savait pas, tant de choses qu'elle ignorait, malheureusement, et parfois heureusement. Car il y a certaines choses qu'il vaut mieux ignorer, ne pas savoir. Il y a aussi certaines chose que l'on  veut partager, enfin, cela est tout autre chose, il ne faut pas confondre. Son sourire était toujours sur ses lèvres, il ne la quittait pas. Elle détourna le regard un instant, pour vérifier que personne n'était là, qu'ils étaient bien seuls. Elle se décida alors a lui demander :

-Dis... personne t'as suivi ?

Cette question pouvait lui paraître étrange, et plus Emily y réfléchissait, plus elle se disait qu'elle aurait dû se taire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Let see under the roof. [Charlie & Emily]   Lun 16 Fév - 20:07

Charlie sourit, il aime bien se retrouver seul avec Emily, non pas parce qu'il l'aime plus qu'il ne le devrait mais parce qu'il aime pouvoir rire avec elle, pouvoir montrer aux autres qu'il n'est pas qu'un coureur de jupons et qu'il peut avoir des amis comme tout le monde. Et puis Emi le fait rire, parfois, souvent même, et puis il lui doit beaucoup de choses alors il fait en sorte d'être là dès qu'il le peut, enfin dès qu'il ne l'énerve pas trop, ce qui arrive souvent. L'humour d'un garçon est différent de celui d'une fille et parfois Emily ne supporte pas certaines de ses blagues, qu'il s'empresse d'excuser à sa façon.

Alors la voir là, si belle, si calme, ça lui fait bizarre, il ne va que rarement au grenier et il ne pensait pas trouver son amie ici, il en est presque heureux, ça fait longtemps qu'ils n'ont pas été seuls tous les deux. Charlie referme la trappe derrière lui, ça fait un gros boucan mais il s'en moque, il est avec Emi alors rien ne peut leur arriver, c'est comme ça et pas autrement. Le garçon s'approche d'un grand miroir posé contre le mur, il tend le bras et effleure le verre de ses doigts, il perçoit son reflet dans la glace et le dos d'Emily juste derrière son épaule, il sourit un peu plus lorsqu'elle lui répond, riant elle aussi.

« On peut dire que j'attends aussi... »

Sur ces paroles mystérieuses il se retourne et examine fiévreusement l'endroit, plus soucieux. Après s'être assuré qu'aucun enfant ne s'est caché dans le grenier il s'approche d'Emily et jette un dernière coup d’œil à la lucarne qui laisse passer le seul rayon lumineux de l'endroit. Il espère que personne ne l'a suivi, encore moins Moor, bien qu'il doute qu'elle puisse grimper à l'échelle à son âge. Il inspire profondément, mais le regrette vite lorsque la poussière rentre dans son nez, il se met à tousser longuement, avant de finalement s'arrêter pour pouvoir répondre à Emily.

« J'ai pas fait vraiment attention... » Il fronce légèrement les sourcils. « Je peux te poser une question ? Tu viens souvent ici ? »

Ça expliquerait peut-être certaines de ses absences, enfin Charlie n'est pas constamment dans le dos d'Emi mais il aime bien savoir où elle est et ce qu'elle fait, histoire qu'elle ne fasse pas trop de bêtises. Ça peut paraître bizarre mais il se considère plus en frère que jamais, peut-être que leur passé à tous les deux les rapproche, même si le garçon est arrivé à l'orphelinat bien plus tôt que Emi. Passant une main dans ses cheveux, Charlie s'appuie contre un mur et fixe son amie, ses cheveux blonds, les traits de son visage.

Il la trouve mignonne, un peu comme Salomé ; d'ailleurs elle lui ressemble, ça lui saute soudain aux yeux, et à la pensée de sa petite amie il sourit, les yeux perdus dans le vague, plus les jours passent et plus il a l'impression que son amour est sans limite, mais il a également plus de mal à se contenir, à ne pas venir la prendre dans ses bras quand il la croise dans les couloirs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Let see under the roof. [Charlie & Emily]   Lun 23 Fév - 2:04

Elle l'aimait bien, Charlie. Non, en fait, elle l'aimait beaucoup, c'était comme un frère pour elle. Le seul en qui elle avait réellement confiance, le seul à qui elle disait tout. Certains pensaient sûrement qu'ils étaient trop proches, mais après tout, elle s'en foutait royalement de ce que pensaient les autres. Sûrement que des filles étaient jalouse, sûrement, mais la seule dont Emily ne se fichait pas, c'était Salomé, la copine de Charlie. C'était la seule dont l'avis préoccupait Emily. Qu'Est-ce qu'elle en pensait ? Comment elle voyait leur relation ? La blonde voulait seulement que Salomé ne pense pas qu'entre eux deux il y avait plus que de l'amitié. Ca lui manquait, des fois de se retrouver seule avec lui. Même s'ils ont des différences, ils s'entendent bien, très bien. Leur humour, par exemple, était différent. Très différent. Elle ne comprenait pas certaines blagues du garçon, et les trouvait parfois déplacés, ce qui l'énervait. Elle n'aimait pas se disputer avec lui, elle l'aimait trop. Même si ça peut donner l'impression de parler d'un objet, elle y tenait beaucoup au ruban vert.

Ca lui avait manqué, vraiment. Se trouver là, à quelques pas de lui, c'était génial. Il referma la trappe dans un boucan d'enfer, mais cela ne la dérangeait pas. Si c'était le prix a payer pour le voir plus souvent... elle s'en foutait, ça pouvait pas nuire tant que ça à son audition, elle ne savait même pas si ça faisait quelque chose... Son sourire s'élargit, rien que sa présence, ça la fait sourire. Elle l'aimait vraiment beaucoup, c'était difficile à expliquer. Elle n'était même pas sûre qu'il sache à quel point elle tenait à lui. Elle n'avait pu s'empêcher depuis qu'elle avait fait sa connaissance de s'imaginer qu'un jour tout ça soit terminé, pour une quelconque raison, par sa faute, ou la faute de quelqu'un d'autre, mais pas celle de Charlie.

Elle avait plusieurs fois hésité à venir ici, elle avait hésité encore aujourd'hui. Elle hésitait pour tellement de chose... Tiens, cela lui rappellait vaguement ce matin... Robe ou Jean ? Chignon ou naturel ? Puis quelqu'un l'avait tiré de ses réflexions, pour son plus grand malheur. Elle avait refait tout un débat intérieur pendant près de quinze minute. Puis avait fini par se dire " On hésite, on hésite, mais au final, on en fait quoi ?"...  Ca la faisait rire, rien que d'y repenser... un rire intérieur retranscrit par un simple sourire. Elle le sentait s'approcher, elle le regardait du coin de l'œil, toujours concentrée sur ce qu'elle regardait, enfin plus trop maintenant. Elle l'entendit tousser et se tourna, lui souriant. Ah la poussière... cette saleté était la chose la plus présente dans cet endroit. En même temps, c'était un grenier... Elle n'avait jamais trouvé étrange le fait de venir ici, et en y réfléchissant, s'y retrouver avec quelqu'un d'autre était encore plus étrange. Mais bon, Charlie, ce n'était pas pareil.

Elle haussa un sourcil, intriguée. Elle hocha la tête pour lui montrer qu'elle écoutait sa question, elle n'aurait de toute façon pas eu le temps de lui dire qu'elle l'écoutait. Elle sourit, baissant les yeux. Ce n'était pas l'endroit qu'elle visitait fréquemment lors de ses absences. Elle préférait la forêt, au moins là bas, pas de poussière ! Elle ne savait pas s'il s'inquiétait ou si c'était de la simple curiosité. Enfin, elle allait lui répondre. Peut-être avait-il peur qu'elle se fasse attraper... elle-même savait qu'a force, cela arriverait un jour. Elle savait que si elle continuait à être autant absente, elle se ferait chopper, et là ça irait mal pour ses fesses. Elle ne pouvait pas s'en sortir aussi bien. Elle se demandait d'ailleurs si, dans cet Orphelinat il y avait une personne qui jamais ne s'était faite attrapée... elle lui sourit un peu plus, se décidant à relever les yeux.

-Non... j'aime bien cet endroit mais pas autant que la forêt... pourquoi, tu t'inquiètes ?

Des bêtises elle en avait fait, plus d'une, elle était humaine après tout. Et même si elle était sage, il y avait des fois où elle craquait, elle était influençable, pour ne pas arranger les choses... Elle allait se décider à lui demander. Elle entendait des rumeurs, mais ne savait pas ce qu'on faisait subir aux Orphelins ayant fait quelque chose de "mal". Peut-être que Charlie avait vécu une expérience... enfin même si habituellement les gens n'aiment pas tellement parler de ça.... Elle lui souriait, toujours. Elle pouvait rester des heures à lui sourire bêtement. Elle s'était depuis longtemps rendue compte à quel point Salomé avait de la chance, et elle aussi, d'ailleurs. Avoir un ami comme lui, c'était exceptionnel.

-Dis... tu t'es déjà fait attrapé après avoir fait une bêtise ou quelque chose dans le genre ?

C'était sûrement pas bon. Elle comptait sûrement en faire une dans peu de temps pour s'intéresser aux punitions que les Orphelins avaient subis. Et lui qui la connaissait bien, il pourrait facilement le deviner. Mais elle voulait des renseignements, elle voulait savoir ce qu'elle avait risqué, risquait et risquerai toujours plus. C'était important, peut-être que s'il lui racontait des choses horribles cela l'arrêterait, peut-être. Mais elle avait beau être sage et obéissante mais pas trop, elle pouvait se montrer très têtue. Un sourire enfantin se peignit sur ses lèvres, essayant déjà de le rassurer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Let see under the roof. [Charlie & Emily]   Dim 1 Mar - 20:18

Charlie n'a pas envie de se prendre la tête pour des broutilles, pas cette fois en tout cas. Il fixe Emily, se demandant combien de temps il pourra se retenir sans sortir de sarcasme à la minute. Il sait que les filles ne sont pas sur la même longueur d'onde que lui, mais il ne veut pas que son amie parte en courant au moment où il lancera une vanne déplacée. C'est Charlie après tout ; mais il est aussi humain qu'Emily et il serait injuste qu'elle fasse des efforts et pas lui. Ils se disputent souvent tous les deux, mais ils respectent leurs opinions différents et font de leur mieux pour oublier leurs conflits. Et même si c'est permanent, le jeune homme adore passer du temps avec Emi. Elle le fait rire. Et puis avec elle c'est différent. Elle a pleins de belles qualités ; et il l'apprécie.

Alors si Moor devait un jour mettre la main au collet de la blonde, Charlie ferait tout ce qui est en son pouvoir pour empêcher la directrice de lui faire du mal, au risque de se faire punir à son tour. Il s'en fait la promesse silencieuse. Emily n'a pas le droit de souffrir, surtout si c'est la faute d'un autre. Parce que c'est son amie, sa sœur de cœur, et qu'il ne peut pas laisser agir l'injustice. Charlie déteste ça. Alors il la fixe, songeant que c'est sans doute la plus belle chose que la vie puisse lui offrir : une amie qu'il aime, drôle, peu ennuyeuse et sympathique. Emi est tout. Tout ce qui fait la beauté sur cette terre.

Le visage de Salomé qui flotte dans son esprit le tire de ses pensées rêveuses. Il y a Lom, aussi. Elle est sans doute jalouse de le voir traîner si souvent avec la blonde. Il se demande si elle s'est déjà disputée avec Emily à ce sujet. Peut-être, qui sait ? Mais Salomé a raison. Charlie ne devrait pas passer trop de temps avec son amie... mais à quel prix ? On ne peut pas le mettre en cage, ou l'attacher à quelque chose. Charlie est libre, et si Lom l'empêche de vivre à sa guise et de parler aux personnes de son choix, alors il devra la laisser. Même si cette pensée est douloureuse. Douloureuse et déplacée.

« Évidemment que je m'inquiète ! Si on n'était pas à Moor, je te laisserais faire, mais tu es mon amie alors... »

Cette phrase saute soudain aux yeux de Charlie. Il n'a jamais évoqué le fait qu'elle soit son amie, à voix haute en tout cas. Et ça rend la réalité si vraie, si bizarre en même temps, qu'il se demande si c'est bien comme ça qu'elle le voit. Un gros doute l'assaille soudain, mais il décide de laisser faire la confiance et la raison pour submerger ces pensées. Emily apprécie Charlie en tant qu'ami, et c'est tout. Il n'y a jamais eu un soupçon de romance entre eux deux. Peut-être parfois quelque chose d'ambigu, mais de purement amical. Sans doute.

La question d'Emi le laisse alors pantois. Tous les orphelins du bâtiment connaissent les pires punitions infligées ici ! Charlie met du temps à s'en remettre. Après tout, l'ignorance est sans doute la meilleure des choses qui puisse arriver à Emily. Mais ce serait, au mieux, cacher des choses, au pire, mentir. Et il ne veut pas lui masquer la vérité. Alors il prend son courage à deux mains et une grande inspiration avant de se lancer dans une pente dangereuse qui ne le conduira nul part, si ce n'est dans l'obscurité :

« La pire des choses qui pourrait t'arriver serait de te retrouver attachée à l'échafaud... » Il fronce les sourcils et prend un air paniqué, comprenant soudain. « Attends ! Tu ne comptes pas faire de truc dangereux, hein !? Promets-le moi ! »

Il est inquiet, le Charlie, mais après tout c'est légitime. Si Emi fait une connerie et se fait prendre, il ne se le pardonnera jamais. L'air suppliant, le garçon agrippe le bras de son amie. Il ne peut pas la laisser faire. Si elle l'apprécie vraiment, elle ne fera rien. Elle n'en a pas le droit. Car non seulement cela la ferait souffrir elle, mais aussi ses amis... soit Charlie. Il soupire, sans pour autant la lâcher, car il sait que quand Emily a une idée en tête, cette idée ne la lâche pas. Mais si elle veut faire quelque chose à cet orphelinat, alors Charlie la suivra.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Let see under the roof. [Charlie & Emily]   Sam 21 Mar - 22:07

Charlie, il était tout. Le meilleur des amis, et sans doute le meilleur des petit-amis. Le meilleur des frères aussi. Emily connaissait sa chance, elle savait à quel point il était merveilleux de l'avoir à ses côtés. Un homme comme ça, on en rencontre pas deux dans sa vie. Elle s'en rendait compte, il était exceptionnel, Charlie, et pour rien au monde elle ne voudrait le perdre. Rien, absolument rien. Elle pourrait même mettre sa liberté de côté, pour lui, pour le garder près d'elle. Ca lui faisait bizarre de penser ça. Elle y songeait rarement, mais cela lui faisait tout drôle. Drôle de se rendre compte de certaines choses. Elle savait bien qu'entre les deux là, y avait juste de l'amitié. Juste... non pas qu'elle avait espéré plus, non, pas une seule seconde. Mais... c'était toujours étrange. Elle se demandait ce que pensaient les personnes extérieurs, celles qui n'étaient pas en mesure de comprendre. C'est vrai, qu'en pensaient-elles ? Ou même Salomé, son avis sur la situation était plus ou moins important. Enfin, pas qu'il comptait vraiment pour Emily, mais un minimum. Après tout, en temps que petite-copine, Salomé avait son mot a dire... non ? Mais même pour elle, la blonde n'arrêterai pas de voir Charlie. Sauf bien sûr si celui ci en décide autrement.

Rien que d'y penser, ça lui faisait mal au cœur. Elle ne voulait pas songer à ça, mais pourtant c'était quelque chose d'inévitable. Une partie d'elle disait que ça plaise ou non, ce serait comme ça, mais l'autre n'était pas d'accord. Pourquoi elle devait toujours en venir à ce point ? Réfléchir à cette chose... douloureuse ? En fait, Emily ne savait pas ce qu'elle ressentait à l'instant présent. Mais une certaine  peur s'était installé, comme une boule qui s'était formée au niveau de son ventre. Elle était complètement à côté de la plaque... ce n'était même pas le sujet, mais Emily y songeait. Est-ce qu'elle appréhendait ce que son ami allait lui dire ou bien... une tout autre chose ? Le fait que Charlie évoque qu'elle soit son amie aurait dû éloigner touts doutes en elle, mais au lieu de ça...  c'était  rare qu'il évoque ce fait, à voix haute. C'est à se demander si auparavant il l'avait fait. Elle releva soudainement la tête. Ami... elle imprimait ça dans sa mémoire. Ses doutes autrefois apparants -doutes d'il y a à peine quelque secondes- avaient en quelques sortes disparus.

Elle savait que Charlie ne mentait pas, même si c'était pour la préserver, il ne mentait pas, jamais. Et puis, à ce sujet, il ne pouvait pas mentir. Il ne pouvait pas faire comme si la punition était toute belle, toute mignonne. Et puis... il ne voulait pas... si ? Peut-être aurait-il préféré qu'elle ne lui pose jamais la question, peut-être, et sûrement. Elle le regardait, craignant sa réponse. Mais tout de même plus sa réaction. Elle avait plus peur de sa façon de réagir que de la punition qu'elle risquait fortement.

Attachée a... l'échafaud.... Okay ! Fort sympathique, ce truc là ! Emily n'était plus sûre de rien, de rien du tout. Puis, son air, à Charlie, avait fini par faire peur a la blondinette. Elle ne voulait pas l'effrayer, mais c'était loupé. Promettre une chose que l'on ne tiendrai pas... une chose qu'Emily ne pouvait supporter. A quoi cela servait ? A rien. Mais Emily réfléchissait. Elle n'était habituellement pas du genre à agir sur un coup de tête. Mais la folie touche un jour ou l'autre tout le monde. Elle soupira, baissant les yeux. Relevant soudain le regard quand le garçon posa sa main sur son bras. Elle n'avait pas envie de le voir comme ça, ça ne lui plaisait pas, pas du tout. Elle n'avait pas voulu lui faire peur. Elle était juste curieuse et humaine. Toute personne fait des bêtises. Et Emi aussi. Elle le fixait, se trouvant horrible. A cet instant, aucune émotion ne paraissait, pas même a travers son regard. On dit que les yeux sont le reflet de l'âme...

Emily en avait marre d'être comme ça. L'air suppliant du garçon la faisait peu à peu douter. Etait-elle sûre et consciente des conséquences ? Sûrement pas. Elle finit par se dire non intérieurement. Secouant la tête, comme pour se ressaisir, elle attrapa le main de Charlie, qu'elle garda dans la sienne. Etait-ce une façon de se lier ? Elle voulait simplement lui promettre qu'elle ne ferait rien. Elle ne voulait pas l'embarquer dans quelque chose ou même le retrouver triste, ça non.

-Charlie... elle avit commencé sans être sûre de pouvoir finir, sans être sûre de tenir sa promesse... Je... te promets que je ne ferais rien. Rien de rien. Même pas une petite bêtise ! Tu sais, je tiens vraiment à toi !

Elle avait finit par un de ses sourires à la con. Un sourire qui voulait presque dire "Regardes comment je mens bien !" alors que non. Elle ne comptait pas échouer, elle tiendrai sa promesse aussi longtemps que possible. Aussi longtemps qu'elle le devrait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Let see under the roof. [Charlie & Emily]   Lun 30 Mar - 22:51

Charlie finit toujours pas se faire une raison. Il ne sait pas si Emily compte réellement tenir sa promesse, mais il aimerait qu'elle soit sincère avec lui. Leur amitié est basée sur ça, et sur la confiance aussi. Alors si elle lui assure qu'elle ne fera pas de connerie, mais que le mensonge se lit dans ses yeux, il fera tout ce qui est en son pouvoir pour la persuader de rester la jeune fille calme et sereine qu'elle est tous les jours. Il préfère la voir heureuse et souriante plutôt que cette vision horrible qu'il a d'elle, attachée à l'échafaud depuis deux jours, exposée à la cruauté sans limites de Moor... Il frissonne et baisse les yeux. Ce serait insupportable. Il préfère se dénoncer lui-même plutôt que de laisser son amie dans le pétrin.

La voix d'Emi lui paraît lointaine. Comme il l'avait deviné, elle lui promet quelque chose qu'elle ne tiendra pas. Il pousse un soupir inaudible et relève le regard. Elle ne peut pas arriver à lui mentir avec autant de facilité. Pourtant, une faille dans sa voix et un réflexe de sa main, qu'il connaît par cœur, lui indiquent qu'elle ment. Et qu'elle ment bien. Avec le temps, Charlie a appris à reconnaître le langage corporel, qui n'a désormais plus aucun secret pour lui. Il est un pro, il faut dire. Pas un amateur doué, mais un véritable professionnel. Il soupire encore une fois, plus fort en revanche. Il est si près d'Emily que lorsqu'il expire, les mèches de cheveux de la blonde se soulèvent un instant. Il prend une grande inspiration et reprend :

« S'il te plaît. Ne fais rien. On dirait que tu n'as jamais vu Moor... Cette femme est pire qu'une banshee. Non seulement elle te hurle ta mort prochaine, mais c'est elle qui en est responsable ! »

La comparaison est étrange, mais c'est ce que Charlie vient à peine de trouver. Son imagination débridée lui joue parfois des tours, mais pour le coup, il est trop sincère pour penser au ridicule ou à la dignité. Il penche la tête sur le côté pour chercher l'assentiment d'Emily, mais elle reste confuse, sans expression. Si elle est vraiment son amie, elle ne se mettra pas en danger, mais cette conversation prend un tour bien trop mélodramatique à son goût. Il soupire une dernière fois, baisse la tête et fait un pas en arrière. Il abandonne, baisse les armes. Emily fera ce qu'elle veut. Quand elle veut. Mais il ne sera pas responsable.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Let see under the roof. [Charlie & Emily]   Mer 8 Avr - 19:17

Emily s'en voulait déjà, Emily regrettait déjà. Pourquoi avait-elle tant l'air de mentir, alors qu'elle voulait tenir cette promesse ? Elle se mordit la lèvre, jusqu'a avoir un léger goût de sang dans la bouche. Sa voix était fausse, tremblante, Emily n'était pas sûre. Elle tenait à Charlie, vraiment beaucoup, et en sachant que leur relation était basée sur la confiance, la blonde ne pouvait se permettre de lui mentir. Elle continua de se mordre la lèvre en regardant Charlie. Plus elle l'observait, plus elle regrettait. Elle ne pouvait pas lui mentir pas comme ça. Elle n'en peux plus d'être comme ça avec lui, elle n'en peux plus d'être horrible. Elle ne fait que lui mentir, alors que lui ne fait que lui dire la vérité. Elle lâcha sa main, doucement. Elle s'en voulait, tellement. Ce goût de sang insupportable qu'elle avait dans la bouche la dégoûtait, mais tant pis.

Les mots de Charlie lui firent se rendre compte de la réalité, qui était ma foi assez horrible à entendre. Non, non Emily n'avait jamais vu Moor, ou bien elle ne s'en souvenait plus pour que ça ne l'ait pas marqué. Elle planta ses ongles dans la paume de sa main, non, elle ne pouvait pas continuer. Tout ces gestes qui avaient indiqué à son ami qu'elle mentait, ces failles, elle espérait qu'elles disparaîtraient au fil du temps. Mais elle voulait surtout ne plus mentir à Charlie. Le fait qu'il soit plus vieux ne voulait pas dire qu'il devait lui servir de nounou, et l'empêcher de faire des bêtises. Elle aimerait lui dire qu'elle était désolée, qu'elle ne ferait rien, et qu'elle allait l'écouter, mais pourtant, elle n'en avait pas la force. Mais l'envie ne manquait pas, loin de là. Elle soupira, et relâcha prise, regardant la paume de sa main qui portait la trace de ses ongles.

Charlie si tu savais... je n'ai pas l'intention de te mentir, ni de faire quoi que ce soit qui pourrait s'avérer de mensonger. Je t'ai fais une promesse et la tiendrai, j'en aurai la force... Mais promet moi une chose, ne me laisses pas, jamais. Même si tu pars, là-bas au village, ne me laisses pas... elle pensait cela, mais n'en disait rien. Elle aimerait pourtant, mais non. Cela resterait au fond d'elle, de son cœur, et personne n'en saurait rien. Elle souhaitait l'impossible, sûrement. Un jour ou l'autre, ils se sépareraient, pour une raison ou une autre. Mais pour Emily, le plus tard serait le mieux. Le regard suppliant, elle soupira une nouvelle fois. Comment pouvait-il comprendre si elle ne lui parlait pas ? Relâchant sa lèvre, elle se rongea les ongles. Tout ces gestes qui montraient qu'elle stressait, qu'elle s'en voulait. Même si elle refusait peut-être de l'admettre, ou qu'elle ne le montrait pas volontairement, il était impossible de passer à côté.

Alors Emily regarda Charlie, et ne tenta pas de se faire pardonner en le lui demandant simplement. Elle s'approcha de son amie, levant les yeux pour voir son visage. Elle ne pu se retenir, et de toute façon, il n'avait qu'a la repousser si cela ne lui plaisait pas. Elle se rapprocha un peu plus, laissant le temps à Charlie de douter de l'acte qui suivrai. Elle décida alors de le "prendre dans ses bras", autrement dit de lui faire un câlin. Il ne s'y attendait sûrement pas, et Emily non plus, ne s'y était pas attendu. Elle y était allée à l'instinct, et n'avait pas réfléchi. Tout en le serrant, elle finit par prononcer quelques mots.

"-Charlie... je suis désolée... Je sais que j'ai pas le droit de te mentir, j'ai pas le droit, mais pourtant je le fais encore... je te promet que je ne ferais rien, tu en as ma parole. Mais, en échange... promets moi une chose, s'il te plaît."
dit-elle, la voix tremblante et légèrement fausse. Fausse non pas car elle mentait, sur le coup la sincérité était là, mais parce qu'elle craignait la réaction du garçon. Ils ne pensaient sûrement pas pareil. Sur ce cou là, Charlie s'était montré bien plus mature que la blonde, et Emily devait lui en être reconnaissante.

"-Merci... Je me demande sérieusement comment tu me supportes... a force tu dois avoir l'impression de jouer la nounou, de garder une enfant immature qui ne fait que des bêtises... tu sais... je crois que te l'ai encore jamais dit, mais je tien à toi... tu es l'une des seule personne à qui je peux avoir confiance et..."
sa phrase s'arrêta là, elle décida de se taire, et de fermer les yeux, toujours serrant Charlie dans ses bras. C'était une façon de se prouver qu'il était là, pour l'instant. Et qu'il ne partirai pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Let see under the roof. [Charlie & Emily]   Mar 14 Avr - 18:15

Emily c'est Emily tout de même. Il tâche de ne pas l'oublier. Mais parfois, quand il la regarde, il a l'impression de voir quelqu'un d'autre, une personne inconnue, qui lui sourit comme si il avait fait des miracles, ou qu'il allait en faire, même s'il préfère la deuxième option. Charlie regarde son amie dans les yeux. Elle n'est pas vraiment là, elle est dans son monde un peu parallèle, où les gens sont innocents et les vieux plus qu'aimables. Elle est absente et ça se voit. Alors Charlie la fixe avec un mélange de compassion et d'amour, parce qu'il l'aime, c'est une évidence, mais pas comme les autres pourraient le penser. Il déteste le regard des autres sur lui et sur Emily. Leur relation est plus que platonique, même si les mauvaises langues continuent de s'acharner.

En revanche, Emi fait un geste auquel Charlie ne s'y attendait pas. Mais alors, pas du tout. Elle le prit dans ses bras, le serrant si fort qu'il faillit étouffer. Et elle prolongea le câlin jusqu'à ce que le jeune homme comprenne qu'il suffisait d'y mettre du sien pour qu'elle relâche un peu la pression. Il se détendit, même si l'idée que Salomé surgisse ici et maintenant lui fait plus que peur. Il ferme cependant les yeux pour profiter du mieux qu'il peut, content d'être là avec Emily malgré tout ce que les autres peuvent penser. S'il venait un jour à quitter cet endroit, il partirait sans doute accompagné de Lom, évidemment, mais aussi d'Emily, quoi qu'en dise sa copine. Emily c'est son pilier, c'est sa vie.

« Je t'écoute », fait-il doucement après son petit discours. Il la trouve gentille, plus que jamais. Il lui en est tellement reconnaissant d'être là, auprès de lui, qu'il a oublié combien ça comptait pour lui. Il se contente de sourire, les yeux toujours fermés. Emi s'écarte un peu et il suit le mouvement. Ça fait du bien d'être là avec elle, dans ce grenier, certes un peu poussiéreux, mais qui tient encore debout. Pas comme leurs âmes. Eux deux ce sont les défaites de la vie. Les forts qui ont chuté. Les oiseaux auxquels on a brisé les ailes avant de les piétiner chichement sous les semelles des abrutis qui se battent au nom d'une liberté qui n'existe pas. C'est dur. Les mots, les paroles. Emily est dure, elle joue avec les phrases comme s'il ne s'agissait que d'un jeu. Et peut-être que c'est ça au fond. Peut-être qu'elle a raison. Et elle semble tellement sincère que Charlie se sent obligé de la croire.

« Je n'en ai jamais douté, princesse », ajoute-t-il après sa deuxième réplique. Il lui sourit franchement. Il aimerait bien la prendre dans ses bras, et puis elle est sublimement jolie, mais il y a Salomé qui hante ses pensées et qui l'empêche de faire quoi que ce soit de regrettable. « J'ai de la chance de t'avoir. » Il le pense tellement fort qu'il lui paraît impossible de mentir sur ce coup-là. Il est content d'avoir cette discussion avec Emi, quand bien même il se sent mal à l'aise. Il faudrait bien qu'ils l'aient un jour ou l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Let see under the roof. [Charlie & Emily]   Mar 14 Avr - 22:11

Sa vie avait commencé il y a peu seulement. Sa liberté avait commencé lorsque qu'elle avait approché des grilles de cet Orphelinat. Mais une fois le portail passé, des chaînes l'avait emprisonnée, sa liberté fut envolée. Une liberté en laquelle Emily ne croyait plus, mais elle faisait avec. Sa vie, sa courte vie avait débuté ce jour là, dont elle ne se souvenait plus. Combien de temps avait-elle passé ici ? Elle ne savait plus, mais trop longtemps à son goût. Puis peu de temps après Charlie était là, foutant son cœur en vrac. Elle s'était demandé qui il était, pourquoi il était là, et pourquoi elle. Mais au fond, tant pis si elle ne savait pas. Elle l'avait vu une fois, puis plusieurs, et au fil du temps Emily s'était attachée à lui. Ce garçon était différent, ce garçon était spécial. Il était différent des autres, et rien que pour ça Emily l'aimait. Pendant longtemps elle s'était posée des questions sur la nature de ses sentiments pour lui, mais jamais il n'en avait su quelque chose. Elle en était sûre à présent. Elle l'aimait, tellement, mais pas de la manière que certains pouvaient croire.

Quelque part, elle était rassurée que les gens aient cette impression, au moins personne n'était au courant de la relation entre Salomé et Charlie, et la blonde ne voulait pas qu'ils croient tout deux que si une personne venait à le savoir, ce soit de sa faute. Certes, elle faisait des gaffes, mais à ce sujet là, elle ne disait rien. Mais aussi, Emily ne voulait pas que Charlie doute de ses réels sentiments. Elle l'aimait d'une manière spéciale, point. Mais une question lui ayant traversé l'esprit ne voulait plus sortir de sa tête. Pourquoi elle, et pas quelqu'un d'autre ? Elle n'avait rien en plus, enfin si... Charlie avait beau être son meilleur ami, jamais il ne l'avait traité comme l'un de ces amis masculins, Emily avait l'impression qu'il faisait attention à elle, et à ce qu'il disait pour ne pas la blesser. Peut-être car elle faisait la même chose, ou peut-être était-ce simplement lui qui en avait décidé ainsi.

Elle n'avait pas l'habitude de faire ça, c'était étrange, il avait beau être Charlie, son meilleur ami, cela ne lui faisait pas rien. Elle ne saurait décrire cela, c'était étrange, c'est tout ce qu'elle était capable de dire. Peut-être parce que c'était la première fois depuis quelques années, ou peut-être simplement que c'était le fait qu'il soit un homme... difficile à dire en réalité. Elle soupira, et le lâcha après de courtes minutes, trop courtes à son goût. Elle aurait bien continué pendant quelques minutes encore, mais une voix dans sa tête lui avait dit qu'il fallait arrêter là, si elle ne voulait pas que ça en devienne étrange. Elle soupira une nouvelle fois et se lança, après qu'il lui ait assuré qu'il l'écoutait. "Promets-moi que tu ne me laissera pas, quand tu partiras, promets moi que je pourrais partir, s'il te plaît..."

Son regard plongé dans celui de son ami, elle attendit. Quelques instants, mais ne put s'empêcher de sourire. Elle n'avait pas envie de rire, elle n'avait pas envie de sourire mais elle ne commandait pas ça. Enfin peut-être que si, remarquez. Elle arrivait bien à mentir, ou sourire faussement. Elle continua de se mordiller la lèvre inférieur. Elle savait que Charlie était son meilleur ami, mais ne savait pas ce qu'il répondrait à cette question, enfin ce n'était pas réellement une question. Son sourire s'agrandit. Il l'avait réellement appelé princesse, ou elle avait simplement rêvé ? Dans ce cas, ce serait vraiment étrange. Cette pensée la fit rire et rougir à la fois. Aucun mot ne sortit, aucuns. Elle resta muette, un sourire béat aux lèvres.

C'était faux, Charlie n'avait pas que vu les belles faces d'Emily, et il pouvait bien dire qu'elle n'était pas gentille touts les jours. Qu'elle n'était pas drôle et patiente chaque fois. Mais si Charlie l'aimait et la supportait comme ça, tout allait bien. Elle ne put s'empêcher de demander une chose bête et inutile "Dis, combien tu m'aime ... ?" dans le genre inutile pour bien mettre mal a l'aise, Emily tapait fort. Son sourire ne disparaissait pas, il s'accrochait, même si elle s'était rendue compte de la stupiditée de sa question.

Le temps de quelques instants sa question était partie, Charlie avait attiré toute son attention, mais la voilà revenue. Elle soupira, tant pis. Elle ne voulait pas le mettre mal à l'aise, elle ne voulait pas, mais elle ne pouvait pas s'empêcher de lui poser toute ces questions. Ca avait l'air tellement important pour elle, que s'en était inquiétant. "Au fait... je me suis toujours demandée ça... Pourquoi ? Pourquoi moi et pas une autre ? Qu'est-ce que j'ai qui te plais vraiment pour que tu restes avec moi ... ?" c'était plus que maladroit. Mais elle avait fait comme elle pouvait. Et parce qu'elle se sentait d'humeur a faire de belles -ou pas- déclaration, elle finit avec ceci : "Je t'aime, vraiment, beaucoup."
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Let see under the roof. [Charlie & Emily]   Mer 15 Avr - 20:38

Charlie prend un air grave, il déteste ce genre de conversations et pourtant ils sont bien obligés, ça arrive tout le temps. Il n'est plus le temps de plaisanter, pour le coup, c'est très sérieux, et le jeune homme se sent plus que concerné. Après tout ils parlent d'eux, ils parlent de Salomé sans le dire, ils parlent de leurs sentiments. Ces derniers vont certes au-delà d'une amitié normale et saine, mais c'est ainsi, Charlie n'existe pas sans Emily et Emily n'existe pas sans Charlie. Ce serait presque une loi fondamentale, gravée dans le bras de Dame Nature. Emi c'est sa bouffée d'air pur, d'air frais, celle qui le fait vivre. Sa drogue, son addiction. Sa maladie, qui lui ronge la chair douloureusement. Mais ça fait du bien. Emily lui fait du bien.

Quoi qu'en dise Lom, Charlie n'arrêtera pas de fréquenter sa meilleure amie. Il ressent tellement de choses pour elle qu'il agit comme un grand frère. Dès qu'il voit un garçon s'approcher de la blonde, il ne peut s'empêcher de sortir les crocs. Et pourtant... s'il n'y avait pas Salomé, jusqu'où seraient-ils allés tous les deux ? Cette pensée le fait frémir et il préfère l'oublier. Il se concentre sur le moment présent, sur la voix d'Emily qui le berce doucement. Il esquisse un sourire amusé alors qu'elle lui demande de promettre quelque chose... qui n'a absolument rien à voir avec ses objectifs à court terme dans la vie.

« Je ne vais pas partir... Enfin, je l'espère un jour, mais... pas maintenant. Quand on sera grands. Promis. »

Ça fait promesse de gamin, idiote et complètement ridicule, mais il ne peut s'en empêcher car après tout ils ont encore des âmes d'enfant, parce qu'ils sont tous naïfs, ils sont tous cons. Et cette innocence ça lui fait un bien fou, comme une cure, une chambre d'hôpital toute blanche qui lui vide la tête, qui le conditionne. Il pense soudain à Salomé, il pourrait avoir ce même genre de conversation avec elle, et ça lui fait peur. Emily n'est pas Salomé et il ne s'est pas rentré ça en tête, alors il a peur de faire du mal à toutes les deux, par sa faute, sa seule et unique faute. La question d'Emi le fait encore plus sourire, il aime bien répondre à ça, au moins ils ne se retrouve pas coincé.

« Je t'aime très très fort. Autant que Salomé. Mais différemment. Je t'aime comme il y a d'étoiles au ciel, ou de grains de sables sur la plage de cette île. Et même plus. Tu le sais, n'est-ce pas ? »

La blonde finit par se décoller un peu de lui, il respire à nouveau, mais il sourit. En fait il adore discuter comme ça avec Emi, comme s'ils avaient un avenir prometteur devant eux et qu'ils étaient encore jeunes, ils le sont, mais plus assez pour rêver ainsi. Il retrouve son âme naïve avec la jeune fille, il se sent plus vigoureux que jamais, prêt à soulever des montagnes pour les gens qu'il aime. Emily elle répare sa tête et ses sentiments qui fonctionnent plus bien, son cœur en vrac aussi. Emi c'est sa mécanicienne, sa mécanicienne du cœur. Et elle repose encore ses questions, ses questions qui font rire Charlie.

« Parce que toi tu es différente. Parce que tu es Emily. Et moi j'adore les Emily. Elles me font du bien. Je reste avec toi parce que tu me fais rire, tu me fais souffrir, saigner, pleurer. Parce que tu me rends vivant et que je t'en remercie. »

Il s'approche et l'embrasse sur le front, fermant les yeux pour profiter du moment. Il aime Emi. Oui, il l'aime, plus que tout. Et jamais il ne laissera quelqu'un la lui prendre. Jamais. C'est promis, princesse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Let see under the roof. [Charlie & Emily]   Jeu 16 Avr - 2:56

Elle savait bien qu'il détestait ce genre de conversation, mais pourtant, certaines fois elle se sentait obligée d'aborder le sujet. Bon, il était vrai que le sujet ne pouvait pas tout le temps être évité, mais... c'était étrange, elle ressentait comme le besoin de lui parler de ça. Quelque part elle le faisait souffrir, et elle s'en rendait bien compte. Elle n'aimait pas le faire souffrir, et pourtant parfois, quelque chose pouvait faire croire le contraire, comme aujourd'hui par exemple. Emily se détestait parfois, même souvent, mais elle était comme cela, elle ne pouvait pas s'empêcher de faire certaine choses. Faire souffrir les gens n'était pas son but direct, encore moins faire souffrir ses amis... et quand il s'agissait de Charlie...
Emily ne rigolait pas quand il s'agissait de Charlie. Une seule chose de déplacée dite à son sujet, et elle mordait. Elle en était au point de fixer une autorisation pour l'approcher, et jamais personne ne l'obtiendrait, cette autorisation. Le pire était sûrement que c'était sérieux. Mais Emily ne voulait pas paraître trop possessive, alors elle se taisait. Le silence était probablement l'une de ses fortes armes avec lesquelles elle pouvait se battre.
Pour Charlie, elle se battrai, avec ses mains, avec tout ce qu'elle avait. Pour Charlie, elle décrocherai la Lune. Pour Charlie elle risquerait sa vie, et la perdrait même. Pour Charlie elle ferait n'importe quoi. Elle pourrait risque sa vie rien que pour un dernier sourire...

Emily avait été égoïste, et elle ne s'en était même pas rendue compte. Il y avait Salomé, et elle passerait avant elle, il n'y avait rien de surprenant. Après tout, Salomé était sa petite amie et dans l'histoire avait son mot à dire, bien qu'elle ne pourrai -selon Emily- jamais les séparer. Emily comprenait, et puis il n'y aurait pas la place pour trois. Elle connaissait peu Salomé, et l'aimait bien,, alors elle la respectait. Elle ne  rigolait pas, avec cela. Elle respectait Salomé et elle ne voulait pas que celle ci fasse une erreur à cause d'elle.

"Charlie... pars, pars dès que tu peux, et emmène Salomé avec toi. Mais ne restes pas dans cet endroit, j'ai était égoïste."

Bien sûr, elle aimerait partir avec lui, mais Salomé passait avant tout. Malgré cette pensée qu'il puisse un jour la laisser seule ici, elle lui souriait. Ce n'était pas l'un de ses sourires si faux que s'en était dégoûtant, c'était juste... le sourire de la vraie Emily. Mais qui était la vraie Emily ? Difficile de savoir, si elle même elle ne savait pas. Mais Emily ne voulait pas y penser, Emily s'en foutait, tellement qu'on ne pouvait imaginer. Elle n'avait plus que Charlie en tête, à cet instant. Elle aime beaucoup parler avec lui, de tout, de rien, de ce qu'il veut, parce qu'elle l'aime, et qu'elle pourrait l'écouter pendant des heures entières sans jamais décrocher. Qu'elle pourrait rester bloquée devant son sourire et le lui rendre pendant longtemps, si longtemps qu'on ne l'imagine pas. Et même si les autres jugent qu'il n'est bon ni pour l'un, ni pour l'autre qu'ils restent ensemble, Emily s'en fout. Emily l'aime, et on aura beau dire ce qu'on veut de Charlie, elle l'aimera toujours.

Charlie la fait sourire, il pourrait même la faire rougir, mais non, ça, jamais. C'était comme si avec lui, toute sa gêne partait, envolée le temps de quelques minutes, voir quelques heures. Avec lui elle avait l'impression d'être en sécurité, et ça lui plaisait. Sa réponse fit briller ses yeux. Certes, elle le savait, mais jamais il ne lui avait dis d'une telle manière. Puis c'est aussi un peu pour ça qu'elle l'aimait, il était capable de faire briller ses yeux comme encore personne ne l'avait fait.

"C'est mignon ! Oui je le sais... mais ça fait toujours du bien de l'entendre... ♥"

Il l'avait fait tellement sourire qu'elle en avait mal au joues, mais tant pis. Elle pouvait souffrir, elle s'en foutait, tant qu'il était là, près d'elle. Tant qu'elle le voyait et pouvait lui parler, tant qu'il allait bien et qu'il était heureux. D'ailleurs, Emily n'était pas heureuse quand il ne l'était pas. C'était étrange, mais c'était comme ça. Elle avait besoin de le voir sourire, un sourire sincère et qui disait "Regardes, je suis heureux, tu n'as pas à t'en faire !"

Emily posait les questions qui lui traversaient l'esprit, celles qui la tracassent depuis un long moment, et même celle qu'elle trouve gênante, seulement à son goût. Parce que Charlie, était Charlie, et qu'elle préférait ses réponses que celles d'un autre.

Elle réfléchissait, elle sourit un peu plus à l'entente de sa dernière réponse. Il était mignon, Charlie. Mais quelque chose la tracassait. "Je reste avec toi parce que tu me fais rire, tu me fais souffrir, saigner, pleurer." était-ce réellement normal ? Qu'une amie fasse pleurer celui qu'elle aimait tant, qu'elle le fasse souffrir ? Emily se trouva égoïste sur le moment, elle préféra ne pas y songer.
Quand on y réfléchissait, ce n'était clairement pas humain d'aimer quelqu'un comme elle aimait Charlie. Ce qu'elle ressentait pour lui n'était même pas définissable. C'était tellement fort, peut-être même plus que ce qu'elle ne pensait. C'était pour cela qu'elle n'aimait pas parler de leur relation avec quelqu'un d'autre. Parce que ce serait mal vu, qu'ils verraient plus entre les deux, et qu'ils critiqueraient. Alors Emily n'en parlait qu'avec Charlie, parce que c'était agréable.

Elle le vit s'approcher, et laissa ses lèvres se poser sur son front. Agréable, c'était le seul mot qu'elle pouvait donner pour décrire cette sensation. Elle le vit fermer les yeux et fit de même. Cela ajoutait quelque chose a ce moment... et une fois de plus, elle passa ses bras autour de lui pour l'enlacer. C'était pas comme automatique chez elle, mais elle avait eu envie de le faire. On pouvait dire que c'était la première fois qu'elle était si proche de lui, physiquement....

HRP ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Let see under the roof. [Charlie & Emily]   Dim 26 Avr - 20:33

Emily il l'aime à en crever. Emily c'est sa vie, c'est sa victoire. Emily il ne la dompte pas, il la regarde des étoiles plein les yeux en attendant qu'elle achève sa danse. Emily elle est tellement forte, si forte qu'elle ne s'en rend même pas compte. Charlie n'a jamais rencontré quelqu'un d'aussi fort. Emi n'est pas vulnérable, elle ne l'a jamais été. L'amour, ce n'est pas forcément des caresses, des mots doux. L'amour, ce n'est pas être jaloux de savoir pourquoi les autres rient, ce n'est pas se réjouir du bonheur d'autrui. L'amour, c'est la douce chaleur qui vous prend au creux du ventre, qui monte le long de vos bras et qui vous rend tout simplement joyeux. C'est tellement plus facile de sourire plutôt que d'être heureux. Emi elle n'est pas de ceux qui se disent, lorsque les chaises bougent, que quelqu'un les pousse du pied. Emi est fauve, tigresse. Elle sort les crocs pour mordre à s'arracher des larmes, ses griffes pour pincer à hurler à la lune. Emi c'est son astre à lui tout seul, sa bonne étoile. La bergère du chaos et de la misère, mais la bergère en qui il a confiance et pour laquelle il se jetterait à corps perdu.

Emily c'est la cause de Charlie. Son combat. Il se bat pour elle, parce qu'il sait qu'un jour leur liberté existera pour de vrai. Et elle ne sera pas faite d'illusions et de tessons de verre aussi fragiles que des rêves d'enfants. Peut-être que les autres se trompent. Peut-être que l'amour, le vrai, c'est celui qui nous fait mal, qui nous fait saigner du cœur. Charlie il a du sang noir dans les veines. Emily c'est juste son infirmière, qui lui fait ses perfusions et qui lui caresse les cheveux en lui disant que tout va s'arranger. Sa mécanicienne des sentiments. Quand Charlie est perdue, il n'a qu'à regarder Emily, et il reconnaît tout de suite son chemin. Emi est sa route, sa défaite qu'il a gagné avec fierté. Et cette relation est tellement bizarre, que souvent les autres se trompent. On peut être l'âme sœur de quelqu'un sans pour autant qu'il y ait un seul soupçon de romance là-dedans. Emily c'est un bonbon. Plein de mystères, chimique et acide, et pourtant qui explose dans la bouche comme un feu d'artifice gustatif. Charlie aime ce genre de bonbons, ceux qui font pleurer et qui donnent la langue colorée.

« Si je pars avec Salomé, je pars avec toi aussi. »

Il voudrait le promettre, le dire plus haut, mais il est tellement détruit, les ruines en lui se dévoilent tellement en cet instant, qu'il n'y parvient pas. Emi danse devant ses yeux comme des quilles pendant une partie de bowling. Emi elle danse non seulement en restant immobile (quelle prouesse), mais elle le fait rêver. Il n'a qu'à poser les yeux sur elle pour se faire des films aussitôt, se dire que finalement sa vie a du potentiel et qu'il n'a qu'à prier sa bonne étoile. C'est ainsi. Emily ne changera pas. Et si elle parvient à changer, Charlie ne pourrait plus vivre. Même pour Lom. Ce serait impossible. Il aime sa Emily comme ça, et il ne laissera rien ni personne briser leur amitié. C'est solide tout ça, concret. Comme de la roche, qu'ils taillent et retaillent.

« C'est pas mignon... C'est la vérité, Emily. Juste la vérité. »

Ses paroles ont des accents de mélodrame, mais il est comme ça le Charlie, c'est lui. À tisser des histoires toute sa vie, il a pris l'habitude, et il se prend pour le héros d'un feuilleton à l'eau de rose. Il lève les yeux sur le vidage d'Emily, et il la revoit en train de danser, toute immobile quelle est, mais d'un seul clignement des yeux, d'un seul mouvement de sa chevelure, il l'imagine, tourbillonnant devant un public complètement dingue. Et Charlie arriverait sur la scène, saluerait, prendrait Emi par la main et s'enfuirait dans l'air frais du dehors, avant de grimper dans une limousine et de s'enfuir à tout jamais.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Let see under the roof. [Charlie & Emily]   Mar 28 Avr - 20:58


Charlie, elle ne pouvait décrire réellement ce qu'il était à ses yeux. Certes, il était tout, mais avec de beaux mots, comment pourrait-elle dire ? Des belles paroles, tout ça, Emily n'était pas capable de les sortir telles comme elle les avaient imaginées. Ce n'était pas difficile pour elle, mais elle disait les choses simplement, et avec Charlie pas besoin de belles paroles pour comprendre l'importance des mots. Tout était compris, et même parfois elle n'avait pas besoin de lui parler. Un fin sourire apparût sur son visage, tandis qu'elle gardait ses yeux fermés. Charlie, au delà du fait qu'il était merveilleux, qu'il était unique et irremplaçable, Emily ne savait comment le décrire, car à ses yeux, il était bien plus que tout ça. Il n'était pas un objet, mais Charlie était l'être qu'Emily aimait le plus au monde. On avait beau dire que les parents passaient avant, et bien non. Jamais Emily n'avait aimé sa mère comme elle aimait Charlie, peut-être parce qu'elle ne lui portait pas le même amour. Cet amour si différent, inhumain, qu'elle lui portait à lui, le blondinet qu'elle avait rencontré il y a maintenant très longtemps. Elle ne savait pas pourquoi elle avait jeté son dévolu sur lui, elle ne savait pas pourquoi ni comment cela c'était passé, mais une amitié plus forte que jamais s'était crée. Et cette amitié, personne n'était capable de la détruire, de l'endommager, personne. Parce qu'Emily refusait cela, qu'elle sortirai les crocs s'il fallait. Si elle pouvait tuer pour lui ? Peut-être, sûrement, enfin... c'était une grande question, à laquelle il faudrait bien réfléchir un jour. Il n'était pas comparable, il étai juste, exceptionnel, semblable à rien ni personne. Il réparait son coeur à chaque fois qu'elle en avait besoin, il était sa drogue. C'était étrange comme comparaison, mais d'une certaine manière on pouvait dire qu'elle était accro a lui comme quelqu'un l'est à la cigarette, ou bien au chocolat. C'était comme ça. Sans lui il n'y avait plus d'Emily. Il était le frère dont elle avait toujours rêvé, le frère qu'elle n'avait jamais eu, le frère dont elle rêvait secrètement. Elle ne vivait que pour lui, l'homme parfait. Son regard se perdait à chaque fois qu'il se posait sur l'être qui lui était le plus cher au monde, elle rêvait en le voyant, d'un tas de choses, qu'elle gardait pour elle. Elle  le revoyait comme le premier jour où elle l'avait vu, à cet instant là, jamais elle ne s'était douté une seule seconde qu'elle se serait autant attachée à lui. Il était le meilleur ami dont elle avait besoin, celui qui lui avait tant manqué, celui qu'elle avait attendu pendant tellement longtemps, les bras grands ouverts. L'un des seuls qui faisait tout pour la voir heureuse, le seul en qui elle avait tellement confiance qu'elle pouvait tout lui dire.

Personne n'avait le droit de lui faire du mal, personne n'avait le droit de le détruire. Elle n'était pas violente, mais le serais si c'était pour Charlie. Elle le protégerait jusqu'au bout, jusqu'a ce qu'elle n'en puisse plus. Elle se battrai jusqu'au bout.

Sa vie était meilleure, sa vie d'avant, elle ne la regrettait pas. Elle voulait même l'oublier. A ce jour, elle n'avait presque aucuns souvenirs de sa mère, les traits de son visages s'effaçaient chaque jours un peu plus. Elle ne voyait plus qu'un visage inconnu au jour d'aujourd'hui, un visage qu'elle ne reconnaissait plus, visage auquel elle ne pouvait même plus mettre de nom. Simplement parce qu'elle voulait oublier sa vie dans cette prison, qu'elle ne voulait plus en avoir de souvenirs, aussi maigres soient ils. Emily n'était pas aussi forte qu'elle le prétendait. Emily mentait, mais cela ne faisait pas d'elle une menteuse. Etrange, mais vrai. Elle ne mentait que pour préserver ceux qu'elle aimait, elle ne mentait que quand il était nécessaire de cacher des choses.

"Mais je ne veux pas que tu sois libre plus tard que prévu, par ma faute..."

Elle l'observa un instant, et haussa un sourcil, réfléchissant. Elle n'avait pas l'impression qu'il allait bien, que tout allait bien. Et si Charlie n'allait pas bien, elle non plus. Un léger sourire au lèvre, comme pour le rassurer, elle finit par lui demander. "Ca ne va pas ?" c'était en principe une question bête, très bête, mais elle voulait la poser. Pour en être sûre.

Son regard plongé dans celui de Charlie, elle soupira. Charlie... elle le comprenait, Charlie... elle l'aimait, plus que tout au monde, mais, certaines fois, elle avait du mal à savoir ce qui n'allait pas. Ce n'était pas si facile. Elle lui prit la main et la serra dans la sienne. Elle avait du mal avec les contacts humains, mais avec Charlie tout allait bien, elle n'était pas gênée, elle se sentait libre d'agir comme elle voulait. Elle hocha la tête. Elle avait compris que c'était la vérité, mais cela en restait tout de même mignon à ses yeux, touchant.

Charlie n'est pas à Emily, Charlie n'est à personne et la blonde le sait. Mais Charlie est toute sa vie, et s'imaginer vivre sans lui n'était pas possible. Il était une arme, une bête d'ami, un type en or que tout le monde voulait comme ami. Pas besoin d'avoir beaucoup d'ami, Charlie prenait toute la place dans le coeur d'Emily à lui tout seul. Peut-être que part la suite, une autre personne franchirai les grilles qui entouraient son coeur, mais Charlie occuperait la plus grande place, peu importe la distance qui les séparaient. La distance n'était rien, rien qu'un mot. Elle n'éxistait pas. La distance n'était qu'un mythe, on pouvait vivre à 200 km l'un de l'autre, l'amitié resterai intact, enfin, d'après Emily. Elle serra sa main, un peu plus, et lui sourit. "Et ne me mens pas, s'il te plaît. Sois sincère. Dis moi ce qui ne vas pas. "
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Let see under the roof. [Charlie & Emily]   Ven 22 Mai - 20:15

Charlie se sent mort sans Emily. Elle est son air pur, sa bouffée de fraîcheur. Il aime la voir dans la cour de cet orphelinat, dans les salles de cour ou dans le réfectoire. Pas ailleurs. Il voudrait peut-être rester toute sa vie ici si elle décidait de ne plus bouger. Personne ne la touche, sa Emily. Personne. Les gens l'ont bien compris à l'orphelinat, mais un jour ou l'autre, Emi tombera amoureuse, et ce sera la fin de la liberté. Charlie sera au second plan, à l'arrière du décor. Dans les coulisses peut-être. Ou plus là du tout. Ça lui fait peur. Cette sensation de froid le long de son cou. Il frissonne. Il ne veut pas qu'on lui prenne Emily. Il ferait tout pour elle, absolument tout, quoi qu'en soit le prix à payer. Sa vie, il la donnerait pour sauver celle de sa meilleure amie. Ça sert à ça, les amis : à se rassurer de tout, même dans les instants les plus forts. Charlie foutrait tout en l'air pour Emily. C'est sa victoire à lui tout seul. C'est sa jolie amie blonde que personne n'a le droit de toucher, ni même d'approcher. Mais bon, il y a bien des garçons qui lui tournent autour. Charlie s'en fout, il les frappe. On touche pas à sa Emi. C'est la sienne à lui tout seul. Dans son joli papier cadeau rose bonbon, avec ses rubans en velours secoués dans tous les sens, tout le temps. C'est pas Salomé, mais c'est presque aussi bien. Emily le fait rêver différemment. Il a l'impression que tout est possible quand il la voit. Son regard s'éclaire et il a l'impression de manger le nectar des dieux, un truc indéfinissable et vraiment délicieux. « Déconne pas, Emily. Partir d'ici ne fait pas encore partie de mes projets à long terme... » Il l'a déjà dit : si il part, ce sera avec les deux femmes de sa vie. C'est ainsi. Il lève les yeux au ciel en se demandant pourquoi il s'entiche toujours des blondes. Aurore ne l'est pas, elle, mais il n'a jamais eu réellement de sentiments pour elle. Juste, comme tous les garçons, il était attiré par ses jolies formes de princesse et son caractère qui se révélait bidon, au final. Salomé il l'aime comme elle est, timide mais assurée, belle mais intelligente aussi, bref, Lom quoi. Et Emi aussi il l'aime. Pas comme les autres. Avec plus de passion, plus d'aisance et d'intensité, mais du même amour qu'il aime les hommes. (en fait il les aime pas, les hommes, mais dans la phrase ça faisait classe.) Et puis cette inquiétude sur le visage de la jeune fille. Charlie la regarde, soucieux. Il n'aime pas la voir dans cet état de semi-panique, ça le fait flipper. Elle lui demande ce qui ne va pas. Mais si il lui explique, elle ne comprendra pas. Elle repose la question. Il peut toujours essayer... « Ça me fout les boules de me dire que si je pars un jour avec Salomé, je risque de t'abandonner. Et si je pars avec toi, c'est avec Salomé que j'abandonne. Et si je ne pars pas... je vous perds toutes les deux. » C'est angoissant ce genre de pensées. Pile ce qu'il faut pour une mauvaise nuit de sommeil... Charlie a déjà fait ce genre de cauchemars, où Salomé s'éloigne à une vitesse folle. Emi, elle, n'est pas souvent présente dans ses cauchemars. Plutôt dans ses rêves...
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Let see under the roof. [Charlie & Emily]   Mer 17 Juin - 17:56

Charlie, ah ce garçon là. Emily pouvait et pourrait le regarder des heures sans s'en lasser. Elle pourrait l'écouter parler autant qu'il voulait parler. Charlie, il était le gars parfait, celui que tout le monde voulait. Et pourtant, Emily n'était pas arrivée en rampant pour lui demander d'être au moins son amie. Les autres filles devaient la trouver bête. Mais la blonde ne doutait pas de la chance qu'elle avait, elle en était consciente. Charlie, elle l'aimait pour ce qu'il était réellement, et il était le seul gars au monde qu'elle aimait et qu'elle aimerait autant. Elle ne voulait pas le voir changer, parce qu'elle le trouvait si bien comme ça. Charlie, il était beau, Charlie, il était intelligent et intéressant. Charlie, il était tout. Le garçon possédait les plus belles qualités au monde, mais aussi les plus beaux défauts qu'il puisse exister, si jamais il en avait. Mais Emily n'avait jamais vraiment pris le temps de lui expliquer à quel point elle l'aimait, à quel point il comptait pour elle. Peut-être parce qu'elle avait peur qu'il se moque, peur que ce soit trop cucul la praline. Elle n'avait pas envie que cela prenne des airs de discours déjà écrits, récités et récités, encore et encore. Un de ces discours là, sans trop d'émotions, que l'on écoute parce que l'on se sent obligé, que l'on écoute parce que l'on nous dit d'écouter. Et puis, Emily était possessive, tellement avec lui qu'elle s'était un jour demandé si il n'avait pas l'impression qu'elle le prenait pour un objet. Alors que non. Elle le prenait juste pour son Charlie, son ami, son meilleur ami. Celui à qui elle pouvait tout dire, celui à qui elle pouvait faire constamment confiance. Mais Emily se disait qu'un jour, forcément quelque chose parviendrai à les séparer. Un jour peut-être, quelqu'un prendrai sa place, un jour peut-être elle n'aurait plus aucune place dans le cœur de son ami, et un jour peut-être il l'oublierai.  Ce jour là, s'il ne pouvait jamais arriver, Emily s'en réjouirai. Emily souriait, la peur dans les yeux. Parce qu'au fond, elle savait que ça arriverait. Ou bien, peut-être simplement qu'elle changerait au point de ne plus plaire au garçon, au point de faire des choses qu'en temps normal elle regretterai déjà, des choses qui pourraient bien lui faire perdre la seule personne ayant réellement de l'importance à ses yeux. Ca lui faisait bien trop peur, à Emily. Alors elle se disait qu'elle devait rester comme ça, pendant une éternité, ne jamais changer, mais cela voulait aussi dire ne jamais gagner en maturité. Elle baissa les yeux, elle ne savait même pas quoi lui répondre. Il se tuait à essayer de lu faire comprendre un truc qu'elle refusait d'entendre, ou même de croire. Et  pourtant, elle pouvait assurer qu'elle ne doutait pas de ses mots. "Oui mais... j'ai peur... si ça s'trouve, un jour tu m'aimeras plus... et puis..." Emily se trouvait bête, tellement. Une vraie gamine, à qui Charlie faisait face. Comment, comment il faisait ? La blonde se dégoûtait elle même. En plus d'avoir un caractère de merde, elle avait tout d'une gamine. Elle lui souriait, toujours. Elle se sentait obligée, mais elle ne se forçait pas réellement. Emily, elle était pathétique. Emily, elle était bête et naïve, Emily n'avait rien de bien en elle, mais Charlie l'aimait comme ça, apparemment. Selon elle, la blonde n'avait rien avoir avec la petite amie de Charlie, qu'elle avait eu la chance de rencontrer, une fois. Celle ci avait l'air tellement plus intelligente, et était tellement plus jolie. Elle avait tout pour plaire, et Emily comprenait bien pourquoi le garçon l'aimait. D'ailleurs, ça la faisait sourire. Elle était partie sur de pas très bonnes bases avec l'autre blondinette, mais en fait, elle l'aimait beaucoup. Elle avait quelque chose de plus que ces autres filles, à commencer par un cerveau. Elle avait envie de rire, en pensant à toute ces autres filles. Mais c'est à cet instant qu'elle revint à la réalité. Elle commençait réellement à devenir bête, se permettre de juger ces filles qui, oui, ne possédaient pas une grande intelligence, mais elle alors ? Si elle se permettait de les rabaisser ainsi, elle se trouvait alors bien bas, plus bas qu'elles, même. Emily reprit alors la main de Charlie, et la serra doucement, en souriant. Comme pour le rassurer, pour lui faire comprendre que tout ça n'arriverai pas, qu'ils partiraient, tous les trois, et que personne ne les en empêcherait. "Eh, Charlie. Ca n'arrivera pas, tu le sais. Personne ne pourra nous empêcher de partir, de toute façon. Et tu ne perdra ni Salomé, ni moi. T'es quelqu'un de bien trop bien Charlie, t'as encore le temps, tu réfléchiras, et tu te rendras compte que c'est pas possible. Qu'on pourra pas se séparer, et tu te souviendra d'aujourd'hui. Et accessoirement que j'avais raison." Elle sourit encore un peu plus, et serra sa main un peu plus fort, pour lui montrer qu'elle était sûre de ce qu'elle venait de dire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Let see under the roof. [Charlie & Emily]   Jeu 20 Aoû - 19:51

C'est difficile de ne jamais avoir peur. De ne pas se dire que tout sera fini un jour, que la personne qu'on a en face de soi va changer demain. Qu'elle va grandir. Qu'elle va devenir plus jolie encore, et qu'elle fera tourner des têtes. Ça le rend jaloux, Charlie, au fond. Il ne veut pas qu'on lui prenne Emily. Il ne veut pas qu'elle écoute et rassure un autre garçon, qu'elle se perde dans une relation médiocre. Il ne veut pas qu'un inconnu la détruise sans ramasser les débris, qu'on la tourmente jusqu'à ce qu'elle n'ait même plus la force de pleurer pour son cœur bousillé. Mais la vie fonctionne ainsi, parfois. Même si Charlie n'est pas d'accord. Endurcir quelqu'un ce n'est pas l'aveugler d'amour. Quand une personne ne correspond pas à une autre tout simplement parce qu'elle est ingrate et cruelle, il faudrait que ça s'arrête là. Le destin en décide toujours autrement. Charlie, c'est bien au-delà d'un grand frère pour elle. Bien au-delà d'un meilleur ami, d'un père, ou de toute autre figure familiale ou non. Il n'y a pas de mots. Pas de son. Il n'y a aucun ton de voix pour décrire ça, aucun cri assez puissant, aucun hurlement ténébreux. Il n'y a rien pour dire ce qu'il ressent au fond. Juste un grand vide, un vide assez puissant pour être aussi rempli qu'il est vide. Y'a de l'amour là-dedans, un grand tonneau d'amour qu'il arrive même pas à soulever Charlie. Ça le dépasse. C'est tellement trop immense pour lui, trop... trop. Voilà, tout est trop chez Charlie. Des sentiments en trop, des indécisions en trop, de l'affection en trop. Des mots qui ne viennent pas parce qu'il attend que quelqu'un les invente, qu'il y ait des gestes assez forts pour décrire ses pensées, le bouillonnement dans ses veines. Il l'a toujours rêvé de le dire à quelqu'un, « je t'aime ». Et là son rêve peut s'accomplir. Emily et Salomé. Les deux femmes auquel il peut penser tous les soirs sans avoir l'incertitude de les voir le lendemain. Elles seront toujours là. Peut-être pas physiquement, peut etre pas dans une réalité parallèle. Mais meme au fond du cercueil, dans la mort, il verra leurs deux visages, leur beauté, dans son esprit, leurs cheveux blonds et leurs sourires qui vont si bien. Elles sont belles ces deux la. Il ne veut jamais les quitter, jamais. Mais voilà. Charlie ne trouve pas les mots. Il n'y a rien de pire. Alors il fait la seule chose qu'il peut encore faire : sans bouger, ni même frissonner. Sans ouvrir la bouche, remuer les lèvres, faire quoi que ce soit. Il se met juste a pleurer. Comme un gamin pris un faute, qu'on ne pourra jamais pardonner. Comme une mère éperdue, qui cherche son enfant. Comme une ville en hiver, les miséreux alignés le long du fleuve. Comme les lacs gelés de l'île, l'air frais qui fouette le visage et ces sensations déroutantes d'adolescent paumé. Charlie vole, il vole autant qu'il pleure. Comme un putain de papillon aux ailes froissées. Les larmes salées il essaie même pas de les retenir, c'est naturel, il ne veut pas se montrer encore plus faible en cachant sa faiblesse. Sa plus grande faille c'est Emily. C'est Emily et Salomé. Et personne, absolument personne ne doit le savoir. Sauf que, parfois, il y a un temps pour être heureux. Il l'est, tellement. Il l'est en pleurant, en regardant sa meilleure amie droit dans les yeux. « Si. Si je t'aimerais. » et ça sonne si faux tout ça, ces histoires, ces promesses. ça sonne si faux. Il attend, Charlie. Il attend que les sons se muent en mots, que ce moment là devienne vrai, qu'il se grave dans sa mémoire pour toujours. Mais rien ne vient, rien de ce qu'il attend. Ses paroles restent de simples sons, sans vérité, sans promesse derrière. Ça le fait pleurer. Encore une fois. Pleurer ça lui fait du bien. Putain de merde, il l'aime sa Emily. Il l'aime plus que tout, plus que jamais. Mais pas autrement qu'une sœur, une amie, une fille. Elle est parfaite. C'est sa déesse a lui, qu'il aimerait voir dans son cœur tous les jours de sa vie mais qu'est salie, souillée en restant ici. Il veut pas changer leur histoire. Un truc si beau, si grand. Les autres se trompent. L'amour c'pas des caresses au réveil, des mots qui veulent rien dire, c'est juste des larmes et du sang, des choses qui font mal mais on aime ça quand même. Que la putain de distance qui les sépare se brise enfin et qu'il la prend dans ses bras, les larmes continuant de rouler sur ses joues. C'est les vannes qui explosent. Il a envie que ça saigne, qu'il puisse frapper et cogner a s'en donner mal au crane. Mais il ose pas. Il aime pas faire peur, pas a Emily. Il voudrait lui montrer son amour avec les poings, jusqu'à se faire saigner les phalanges, jusqu'à ce qu'il puisse même plus respirer. Mais c'impossible. C'impossible parce que Charlie c'pas un violent. Putain d'merde. C'pas un violent. Charlie c'est une comète. Y'a aucun hasard, il s'égare et il explose la ou il peut mais putain d'merde, putain. Emily c'est son remède et sa maladie. Celle qui ralentit la comète, qui change sa trajectoire. Charlie il tourne en orbite autour d'Emily. Elle s'rend pas compte du pouvoir qu'elle a sur lui, d'son influence. Charlie il en revient pas lui. Pleurer pour une fille, passe encore, mais pleurer pour deux filles, ça le change. Il ferme les yeux, la main dans celle de son amie. « Ouais. Ouais, c'est promis. Je t'aime, Emily. N'oublie jamais. N'oublie jamais cette chose, même si elle te paraît infime et ridicule. Moi j't'aime putain. J't'aime. » Ouais Charlie on sait jamais où il tombe. C'est une comète. Mais putain d'merde, c'est une belle comète.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Let see under the roof. [Charlie & Emily]   Sam 14 Nov - 14:38

Emily retient ce qu'il lui dit. Elle retient, même si elle fait semblant d'oublier. Elle déteste ces gens qui promettent sans jamais rien faire, ceux qui disent que ça arrivera, alors que non. Rien n'arrive. Mais Charlie, elle le croit, et elle espère. Charlie est le seul garçon à la faire tant espérer. Il n'y a qu'avec lui qu'elle sourit tant. C'est pas comparable, ça. Leur relation n'est pas comparable. A aucune autres. C'est pas de l'amour comme on peut se l'imaginer, c'est plus que ça. C'est mieux, même. Et surtout, c'est beaucoup plus destructif. Parce que ouais. Eux, c'est pas une vulgaire histoire d'amour qui ne dure pas. Eux, c'est l'histoire d'une vie entière, qui tient et tiendra sur le long terme. C'est aussi ce qui détruit la p'tite blonde à chaque disputes, chaque engueulades. C'est pas des coups qu'elle se prend, c'est plus fort que ça. Et pourtant, y a pas les poings. Charlie ne la frappe pas. Et elle sait très bien pourquoi. Mais parfois, elle mérite des claques. Et elle ne se les prends pas. Elle sait qu'avec lui, elle sera jamais en danger. Qu'elle peut se réfugier dans ses bras, et lui parler de c'qui va pas. Pourtant, Emily ne le fait pas. Elle a honte, la blonde. Parce qu'elle aime pas se plaindre, elle trouve pas ça correct. Mais elle le fait des fois tout de même, quand elle en ressent le besoin. Ce besoin puissant de crier toute sa haine, de faire savoir au monde entier que ça ne va pas et que ça ne peut pas changer. Que rien y fera, que c'est déjà trop tard. Pourtant elle sait que c'est faux. Que le lendemain elle sera de nouveau heureuse. Et si ça n'arrive pas, alors c'est pas grave. Elle attends, comme elle a attendu toute sa vie. Elle attends que les jours passent, que la pluie s'en aille avec ceux qui puent autant qu'elle. Parce que ouais, Emily est pas entourée de Charlies. Elle est pas entourée que de gars comme lui, et heureusement. C'est pas possible d'être Charlie. Y'en a qu'un comme ça. Y a qu'un garçon qu'elle est capable d'aimer autant. Emily a du mal a se contenir, avec Charlie. Simplement parce qu'elle en a pas envie, qu'elle ne veut pas. Elle préfère tout lui montrer. Entre eux deux, il ne doit pas y avoir de secrets. Jamais. Elle déteste ça. Mais elle n'est qu'une adolescente parmi tant d'autres, particulièrement naïve. Elle croit à tout ce qu'il lui dit. Mais pour elle, rien de ce qu'il lui dit ne ressemble à de vieilles promesses de couples. C'est plus beau, plus réel. Ca ne ressemble à rien qui puisse exister. Elle le regarde, silencieuse. Autant qu'elle l'est d'habitude. Parce qu'a Emily, on lui a appris à se taire si elle n'a rien d'intéressant à dire. Et cette leçon elle l'a retenue. Elle ne peut pas l'oublier.  Certaines choses sont gravées dans sa mémoire, et plus que pour une vie. Des choses qu'elle ne veut pas garder, surtout. Beaucoup sont mauvaises, beaucoup la détruise quand elle y repense. Mais elle ne peut pas vivre sans. Emily fait partie de ces gens qui écoutent des musiques tristes quand ils le sont, histoire de pleurer un peu plus. Mais elle pleure en silence. C'est une chialeuse, Emily. Il lui en faut bien peu pour chialer. C'est comme ça, c'est tout. Et Charlie a l'air de l'aimer comme ça, avec ses défauts plus nombreux que ses qualités. Elle n'est pas forte, Emily. Et ça, tout le monde le sait. Elle ne cherche pas à le montrer, mais ça se voit sur elle. C'est ainsi. Les larmes de Charlie lui brisent le coeur. Elle ne veut pas le voir pleurer, elle déteste ça. Voir ces putain de gouttes couler sur ses joues, ça la rend folle, malade. Elle est prise d'envie de les lui essuyer, en lui faisant promettre de ne plus jamais les laisser couler. Parce que c'est son Charlie. Personne n'a le droit de l'abîmer. Encore moins intérieurement. Il est beau, et pas seulement. C'est l'homme parfait, celui a qui Emily sera dévouée toute sa vie. Elle lui pardonne tout, elle se sent même pas obligée, elle peut juste pas faire autrement. Charlie c'est le garçon qui lui fait perdre la tête. Il est celui qui guide son chemin chaque fois qu'elle le perd, qu'elle dévie. Elle dévie pas souvent, Emily. mais putain ce que c'est mauvais quand ça arrive. Elle détruit tout. C'est une bombe. Une bombe humaine. Ouais, mais pas seulement parce qu'elle est jolie. Elle prend feu, la blondasse. Pour éliminer tout élément suspect, qui pourrait être prit d'envie de faire du mal a son Charlie. Elle égoïste, elle s'en fout de Salomé, pour dire ça. C'est son Charlie, et c'est pas elle qui va le lui enlever. Alors ouais, elle est persuadée qu'a choisir, ce serait Salomé qu'il prendrait, mais putain elle resterait accrochée. Comme la putain de sangsue qu'elle est. Elle est envahissante Emily. Elle se colle aux gens, et leur pourri la vie. Jusqu'au bout. Mais comme elle est égoïste, elle s'en fout. Elle pense pas aux conséquence que ça aura. Elle cherche pas à comprendre. Du bout de ses doigts fins, Emily essuie les larmes de Charlie. C'est comme ça qu'elle fais, qu'elle se voit faire. Dans sa tête c'est beau, magique. Alors que véritablement, ce n'est rien de plus qu'un simple geste sans profondeur. Elle est capable de le faire sans s'arrêter si il le faut. Et elle sera toujours là pour le faire. C'est important. Charlie a l'air sûr. Mais Emily ne l'est pas. Elle le croit pas, sur ce point la. Il ne peut pas être sûr. C'est impossible. Elle va changer, ils vont changer. " Je t'aimerais aussi. Autant que je t'aime aujourd'hui. Plus encore même. Mais je doute que ce soit possible. " Ces mots sont niais. Niais et faux, peut-être. Mais Emily se voile la face, tous les jours. Elle aime se dire que tout va bien dans le meilleur des mondes. Alors qu'ils sont juste enfermés entre ces murs moches, horribles. Ils ont l'air aussi vieux que sa propriétaires. C'est ce qu'elle se dit. Elle est haineuse, Emily. Elle hais ses parents, pour êtres partis sans rien dire, sans rien faire. Elle hais sa famille qui n'existe pas, qui n'existe plus. Cette putain d'famille qui l'a laissée ici, parce qu'elle n'est pas capable de se reproduire correctement, de faire assez de gosses quand il faut pour être aptes à s'occuper d'une petite tête blonde. C'est pour ça qu'elle ne fera pas d'enfants, Emily. Pour qu'ils ne soient jamais seuls. Elle en rêve, de ces gosses, mais ne les fera pas. Elle n'est même pas sûr d'arriver à s'occuper d'elle même. Elle a constamment besoin de lui, d'elles, de tout le monde. Elle revient le serrer, plus fort. Si fort, comme elle ne l'a jamais fais. Pour se dire que tout ça est réel, que c'est pas un rêve. Parce qu'elle ne veut pas se réveiller dans un autre endroit, loin de cet être si exceptionnel. Elle ne veut pas se réveiller, en se disant que tout ça était faux. Qu'un être si parfait ne peux pas exister, que c'est le fruit de sa bien trop grande imagination. Ca la détruirait. Ouais, c'est possible d'etre plus détruite que ce qu'elle n'est au fond. Mais tout va bien. Emily sourit, Emily est et paraît heureuse. Du moment qu'on ne lui enlève pas son Charlie. Il n'est pas une peluche, ni une marionnette. Elle ne peut pas lui faire croire n'importe quoi, elle ne peux pas lui mentir. Oh, oui elle l'a déjà fais. Mais elle se sent obligée de lui dire la vérité. Parce qu'elle l'aime, bordel. Ouais, elle l'aime. Ca lui déchire le coeur des fois. Mais Charlie sait le réparer. Charlie il a toutes les qualités. C'est un réparateur. Un simple sourire et tout redevient beau. Emily ne voit que par lui, ne jure que par lui. Elle est amoureuse sans vraiment l'être. Elle est pas faite pour lui, ça saute aux yeux. Mais ils sont si proches tous les deux. Si proches que ça en fais mal aux yeux. Sa voix résonne encore, alors qu'Emily refuse de se séparer de lui. Il la fais chialer. C'est fort. Il est fort. Jamais elle n'a autant pleuré pour un garçon en se sentant si bien. Jamais elle n'a pleuré en se sentant bien. " Je t'ai toujours aimé, Charlie. C'est con, mais j'suis née pour te trouver. T'es ma source de bonheur, tu sais ? J'en peux plus de toi. Je t'aime trop. " Ces mots là, elle les prononce pour lui. Ces mots, elle ne les prononcera jamais pour aucune autre personne. C'est lui, qu'elle aime. C'est lui, Charlie. Elle n'est pas amoureuse, mais elle se marierai bien aavec lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Let see under the roof. [Charlie & Emily]   Sam 9 Jan - 14:16

Charlie n'aime pas pleurer. Il se sent faible, démuni, et la liste est encore longue. Il se sent comme mis a nu, aux mains de gens qu'il ne connait pas et qu'il ne voudra jamais connaitre. Il a peur du regard des autres, des jugements, de l'hypocrisie, des mensonges. Plus que tout des mensonges. Chacun de ces mots sonne comme une semi vérité, une moitié de vérité, un fragment de vérité. Une larme de vérité. Charlie verse des larmes de vérité, et elles sont amères, elles sont salées. Et ça a beau piquer les yeux, avoir un goût de merde, lui percer les joues a la foreuse, lui remuer un couteau dans la tête, ça a beau le faire vibrer de haut en bas c'est comme ça qu'il aime ses larmes. Au moins ça le réveille. Il se rend compte de ses défauts et de ceux d'Emily. Qu'ils ne sont pas des gens qui s'aiment comme des fous, mais juste des gens normaux, qui ont une amitié normale, qui leur paraît simplement supérieure a tout ce qu'on peut imaginer. Tellement de personnes dans le monde ressentent sans doute la même chose au même moment. Tellement de personnes ont peur d'en perdre d'autres. Tellement de personnes se brisent en en aimant une autre. Charlie sait que s'il continue a pleurer sur leur sort, sur leur amitié, il va se briser, pas elle mais lui, tout seul comme un grand. Il sent les barrières qu'il a mis des années a construire autour de son cœur voler en éclats, ça lui donne la sensation de piétiner du verre, de faire craquer les morceaux pour que la douleur disparaisse. Mais elle est toujours la, toujours présente, de plus en plus, au fur et a mesure qu'il piétine les éclats de verre. Et il continue. Chaque regard d'Emily, chacun de ses gestes, chacune de ses larmes, chaque fois qu'il croise la lueur dans ses yeux, il a envie de s'arrêter, pour arrêter la souffrance, la sienne, celle de sa meilleure amie. Il a l'impression qu'on lui plante des bouts de verre dans le cœur, et ces bouts de verre, c'est un peu d'Emily, un peu de Salomé, tout ça mélangé. Il prend une grande inspiration et détourne le regard, passant une main sur ses yeux. Il faut pas qu'on voie qu'il a pleuré, alors il décide de rester ici, se calmer un peu, d'effacer ces yeux rougis, bouffis. Charlie renifle, pourquoi il pleurait, au fait ? La raison lui paraît bien futile maintenant, car tout est clair entre eux, ils sont amis, mais pourquoi se font ils autant de mal avec ces questions, ces putain de questions ? C'est évident, un jour ils ne se verront plus comme maintenant, ils se trouveront mal faits, nuls, sans cette lueur qui les rend si spéciaux aujourd'hui. Ils se détesteront. Et c'est peut être déja le cas, quand Charlie la fixe il sent toute cette haine en lui, comme s'il la détestait de prononcer ces mots, ces promesses plates, sans avenir. Il pousse un petit soupir, la regarde de nouveau. Il ne croit pas ce qu'elle dit, il ne croit pas a son amour pour lui, elle mérite mieux comme ami, un ami qui ne pense pas comme ça, qui ne cherche pas a démêler le vrai du faux. Il n'est pas un ami qui croit les mensonges, alors il est mauvais pour ce role. Mais il veut continuer de jouer la dedans le plus longtemps encore, jusqu'a ce qu'Emily s'en rende compte, et l'abandonne, comme Salomé le fera un jour. Ils ne sont pas éternels. Personne n'est éternel. Rien ne l'est. « Je sais. » Ces deux mots lui brulent la langue, il voudrait dire plus, bien plus, tout ce qu'il pense, ce qu'il a sur le cœur, mais il n'y parvient pas alors il se tait, s'éloigne un peu et la fixe. Il espère que ça passe dans ses yeux. Ses sentiments, son amour qu'il n'arrive plus a exprimer, mais aussi ce vide rempli, ce vide qui fait qu'il est Charlie, qu'il aime Salomé, et Emily. Il a trop peur de faire de fausses promesses maintenant, de mentir comme un frappé, parce qu'il aime pas ça. Et il sait que ça fera souffrir Emi plus tard. « On devrait... On devrait descendre, Emily. Retourner dans... la civilisation. » Il sourit en disant ces mots. Il n'en a pas envie ; il voudrait rester éternellement ici, mais c'est impossible il en est conscient. Les gens vont les chercher, les trouver ici, dans les bras l'un de l'autre et en larmes, et ça ce n'est pas possible. Alors Charlie, toujours souriant, s'approche en silence de la trappe, qui les fera revenir dans le vrai monde, puis regarde Emily sans bouger pendant quelques minutes. Avant de s'engouffrer par le trou, de descendre l'échelle.. La dernière chose qu'il voit ce sont les cheveux d'Emily, son beau regard, et il sent monter en lui une irrésistible envie de l'aimer.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Let see under the roof. [Charlie & Emily]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Let see under the roof. [Charlie & Emily]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Let see under the roof. [Charlie & Emily]
» Combat #1: Emily vs Kim
» CHARLIE X)
» Si tu m'touches, j'te bouffe. (Emily) - terminé
» Emily Wong

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orphelinat Moor RPG :: Corbeille-