Forum RPG. 1994. L'île est détruite mais la vie doit poursuivre son cours. Bartholomew Moor reprend l'île en main pour le meilleur ou pour le pire ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Salomé Recrosio • Tellement de secret caché

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Salomé Recrosio • Tellement de secret caché   Mar 12 Avr - 17:58




Salomé Recrosio (en réalité Diane du clos de Martelle)

Et je t'aime encore, et tu m'aimes un peu plus fort


Bonjour, je m'appelle Salomé Recrosio, mais on me surnomme souvent Lom. J'ai actuellement 17 ans, car je suis né(e) le 25 avril 1976 à Troyes et je suis Française. Dans la vie je suis en train de crever dans un coin de l'hosto?. Si vous voulez tous savoir je suis célibataire mais je pense beaucoup à une personne en particulier, vu que je n'ai aucun secret pour toi, tu peux aussi savoir que je suis Charlie-sexuelle. On me dit souvent que je ressemble à Chloé Moretz. Je suis dans le groupe des Réfugiés

Ce que je suis


Diane, pardon Salomé, est une excellente élève, cependant elle n'a jamais fréquenté d'établissement scolaire, et même si elle à l'habitude de la foule, celle des compétition, celle des réception elle n'a aucune idée de ce qu'est la foule d'une école. Elle est la douceur même, toujours souriante et prête à aider tout le monde, surtout les plus jeunes, qui lui rappellent ses petits frères. Elle a en revanche la fâcheuse tendance à ne pas mesurer ses émotions et se laisse souvent aller à pleurer. Elle est malgré tout un peu hautaine, se considérant légèrement supérieur de par sa véritable identité. Elle a aussi beaucoup de mal à oublier son passé et à renoncer à ses passions, notamment l'équitation. Très attaché à ses proches, elle peut aussi se montrer possessive et jalouse. Un brins manipulatrice elle sait s'y prendre pour obtenir ce qu'elle désire.

Une athlète, fine et svelte, l'équitation à forgé le physique de Salomé, elle a une posture parfaite, acquise par les heures d’entraînement, elle se tient toujours parfaitement droite. Ses doigts eux sont les parfaits reflets de ses talents musicaux, long et fin, parfait pour le piano, habile et rapide. Ses traits sont fins et encore légèrement enfantins, mais elle peut parfois avoir l'air extrêmement mature, quand elle est concentré sur ce qu'elle fait, un petit pli se forme alors sur son front et il lui arrive même de tirer légèrement la langue, notamment quand elle saute un obstacle. Elle ne se trouve pas particulièrement belle, elle se considère comme une personne au physique banal.



Raconte nous une histoire

- « Prête Diane ? »
La voix de mon père me parvient faiblement, ma concentration est totale, le monde extérieur n'existe plus, il n'y a que Remember et moi. Mon père n'insiste pas, il flatte doucement l'encolure de ma jument avant de me regarder, il à comprit, plus que les obstacles, le sable et le chrono. Ma respiration est calme malgré cette tension intérieur qui me dévore. Il sourit et s'écarte légèrement me laissant ainsi totalement seule avec ma monture, ma complice, ma partenaire. En bon entraîneur il me donne les derniers conseils :
- « Trois foulées dans la ligne, redresse avant le vertical et gaffe à l'oxer, y'a eu un tas de refus. Je croit en vous Diane, tu peut le faire ! »
J’acquiesce imperceptiblement de la tête avant de me rapprocher de la barrière, un dernier regard à mon père et les sabots de Remember envoient le sable voler.

- « Mademoiselle du Clos de Martelle vous m'écoutez ? »
Je tourne la tête vers ma perceptrice :
- « Desolé, je pensait à autres chose. »
La jeune femme prend un air outré et j'esquisse un sourire repentant. Mon regard retourne cependant vers la fenêtre, derrière les vignes, l'écurie, Remember doit être en train de se reposer, je songe à l'évaluation que j’aurai bientôt, cette chance qui m'est offerte, intégré l'équipe junior national. Nouveau rappel à l'ordre, on est pas au lycée, alors on se remet au boulot, je soupire face à cette remarque de ma prof particulier, le lycée, je ne connaît pas tout comme l'école d’ailleurs, je n'ai jamais suivit de cour avec d'autres enfants alors la comparaison est ridicule, ça signifie que les autres élèves n'écoutent pas les cours, qu'au lycée on fait ce que l'on veut ? Je donnerait cher pour le savoir mais je n'en ai pas la possibilité, mon emploi du temps est incompatible avec le système scolaire ordinaire.

- « Tu joue vraiment remarquablement bien Diane ! »
Je sourit, ravie du compliment, et rougit légèrement face à Robinson, le fils de l'associé de mon père, mon oncle, j'aime jouer au piano pour lui, il a toujours les mots pour me faire plaisir. Je lui sourit de nouveau quand des éclats de voix nous parviennent du bureau de mon père, apparemment sa chauffe à l'intérieur. Mon regard croise celui de Robinson, il soupire. Ça ne vas pas très bien en ce moment entre eux, une histoire de fric, le domaine est au nom de mon grand père et celui ci vient de mourir, mon père à hérité de tout, le père de Rob lui a simplement hérité de la maison de mon grand père, ça ne semble pas vraiment lui convenir. Mon cousin me prend doucement contre lui, je soupire, je deteste les entendre se disputer, j'ai peur à vrai dire. Les cris se font plus fort, mes petits frères arrivent en riants, ils ne semblent pas se rendre compte de ce qui se passe :
- « Joue nous du violon Diane ! »
Je soupire, mon cousin hoche doucement la tête et me tend mon archer, j'attrape mon violon et me met à jouer aussi fort que je le peut, pour couvrir les cris.

- « Mademoiselle du Clos de la vigne de Martelle ? »
Je interrompt en pleine phrase, repose mon bol sur le comptoir. Mes amies me regardent bizarrement, personne n'utilise mon nom complet, je sourit aux filles, ce n'est rien, pas de quoi s’inquiéter. Éléonore qui a ouvert la porte m'appelle doucement :
- « Euh Diane, c'est pour toi, tu devrait venir. »
Sa voix me semble étrange, abandonnant mon bol de céréale je me laisse glisser de mon tabouret et me dirige gracieusement vers la porte d'entrée, un policier se tient dans le cadran. Je me place à coté de mon amie avant de répondre d'un voix un peu moins assuré :
- « C'est moi ! »
le policier pousse un soupir, ce qui n'est pas pour me rassurer :
- « vous allez devoir me suivre. »
Je jette un œil apeuré à mes amies qui se sont rapprochées de la porte, qu'est ce que j'ai fait ? Punaise, les larmes commencent à venir mais j'essaye de me contrôler. Il n'y a personne pour m'aider, aucun adulte.

- « Bonjour Diane ! »
Un homme rentre dans la pièce, instinctivement je me lève pour le saluer, il me fait signe de me rasseoir et vas lui même s’asseoir derrière son bureau. Je jette un œil intrigué sur le dossier posé sur son bureau, ce qui est y écrit me fait frissonner, police judiciaire. Je le fixe et finit par me rappeler où je l'ai vu, dans le bureau de mon père, il me semble qu'ils se connaissaient de la fac
- « Je ne comprend pas ce qui ce passe, où sont mes parents ? Mes frères ? Je n'ai rien fait, je vous le jure ! »
Je soupire et fourre mes mains dans mon visage, mais pourquoi je suis là ? Le policier devant moi se tortille sur sa chaise, il semble bien mal à l'aise.
- « Il faut que vous sachiez mademoiselle qu'il s'est passé quelque chose à votre domicile hier soir. »
je lève la tête tout de suite intrigué, quoi qu'est ce qui s'est passé ? Où sont mes parents ? Ma famille ? Le policier semble bien nerveux, il à l'air de ne savoir que dire.
- « Un groupe armé s'est introduit à l'intérieur, et... je suis desolé. »
Je le regarde, quoi ? Un groupe armé ?
- « Et quoi ? »
Le policier soupire :
- « Votre famille à été abattue. »
Je regarde le policier, choqué, je ne comprend pas, abattu ? Ils sont morts ? Nan c'est impossible, les larmes commencent à couler.
- « Pourquoi ? »
Nouvel air mal l'aise.
- « Et bien nous avons des pistes mais pas de preuves, nous avons des raisons de croire que c'est votre oncle mais sans preuve, nous craignons pour votre vie Mademoiselle, vous êtes à présent la seule héritière des vignes et du haras. »
Je pleure de plus belle, pourquoi ? Je le regarde s'éloigner, il ne peut pas me laisser seul de cette façon, il me doit des explications.

- « A présent vous n’êtes plus Diane, mais Salomé, vous allez être envoyé loin d'ici, dans un orphelinat, en Nouvelle Zélande, précisément, là bas personne ne sauras qui vous êtes, vous y resterez le temps qu'on trouve de quoi inculper votre oncle ou de trouver le commanditaire, tant que vous n'êtes pas en sécurité en somme. »
Je regarde le policier qui revient, un énorme dossier à la main. Je soupire, toujours aussi détruite par la nouvelle, comment songer à me protéger, j'ai simplement envie de rejoindre ma famille, à quoi bon vivre, je n'ai plus personne. Le policier me tend le dossier, en me disant que c'est ma couverture, que je doit l'apprendre par cœur et oublier toute mon ancienne vie, finit les compétition d'équitation, les récitals de piano et de violon. Je soupire, oublier ma vie, oublier tout ça, abandonner ma vie ? Hors de question, je soupire :
- « Vous ne pouvez pas m'envoyer comme ça à l'autre bout de la Terre, accorder moi eu moins un petit bout de mon passé, pitié. »
Le policier soupire :
- « Quoi ?»
- « Remember, juste elle pitié, je ne ferait plus de compétition, je ne ferait rien qui pourrait attirer l'attention mais laisser moi l’emmener, pitié. »
Il fourre ses mains dans son visage avant de répondre :
- « C'est bien car votre père était un ami, très bien, votre jument seras envoyé dans une écurie près de votre nouveau lieu d'habitation. »

- «Salomé!»
je regarde mon père qui m'appelle, ce père que je vient de retrouver et qui me protège comme il peu, il m'ordonne de fuit, je ne peut pas, nan, je n'y arrive pas mais je finit par le faire, trop tard, une poutre nous tombe dessus. je rouvre les yeux, le corps de Morgan est juste à coté de moi mais je ne voit plus son souffle soulever sa poitrine, il est mort. Je ferme les yeux et hurle puis la douleur me prend, ma jambe écrasé sous la poutre. Je perd de nouveau connaissance. je me réveille dans une chambre, l'hopital, je ne sais pas qui m'a ramené là.
 

Derrière l'écran


Prénom/pseudo : Penouille
Age : 21
Où as tu trouvé le forum ? :geek:
Comment le trouves-tu ? :inlove: :inlove: :inlove:
Ta fréquence de connexion : souvent :mg:
Un dernier mot ? :lovers: :lovers: :lovers:


OBLIGATOIRE, remplis le code à la suite pour ton avatar sans enlever de balise :

Code:

[center][b]Chloé Moretz/b] ~ Salomé Recrosio[/center]
x fiche by laxy


Revenir en haut Aller en bas
 

Salomé Recrosio • Tellement de secret caché

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Mission] Les secrets les plus cachés sont les plus intéressants à trouver • Eoghan
» Un visage caché et secret, connu de personne..
» Secret War
» Amour secret...
» Le secret de Térabithia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orphelinat Moor RPG :: Corbeille-