Forum RPG. 2017. Détenteur d'un pouvoir ou simple humain ? Vous avez tout deux votre place ici, mais prenez garde, le secret ne doit pas être révélé. Entre haine, amitié et aventure. Le secret survivra t'il ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 "I'm only a crack, in this castle of glass" - Stuart P. Argent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar Invité
Invité
MessageSujet: "I'm only a crack, in this castle of glass" - Stuart P. Argent   Mar 12 Avr - 15:08




Stuart Peter Argent

"Imagination is more important than knowledge"


Bonjour, je m'appelle Stuart Peter Argent, mais on me surnomme souvent Stuart. J'ai actuellement 20 ans, car je suis né le 08 octobre 1973 à Paris et je suis Français. Dans la vie je suis militaire. Si vous voulez tous savoir je suis célibataire, vu que je n'ai aucun secret pour toi, tu peux aussi savoir que je suis bisexuel. On me dit souvent que je ressemble à Dylan O'Brien. Je suis dans le groupe des réfugiés.

Ce que je suis


Stuart est un garçon très différent selon si il est en société ou dans un cercle intime. Cependant, certaines constantes de son caractère ne changent pas. Son altruisme, motivé avant tout par la raison pour laquelle il est militaire. Il ne veut pas que d'autres ai à vivre ce qu'il a vécu. Il est également un jeune homme de sang-froid, qui prend les événements telles qu'ils viennent, surtout quand il sait qu'il n'y pourra rien. Il compose avec sans se poser de questions. En société, il parait souvent froid et détaché tout d'abord mais il refuse de s'attacher trop vite, il ne se sent pas forcément à l'aise avec les inconnus et a énormément de mal à les mettre à l'aise car lui-même n'est pas à l'aise. Cependant, lorsque vous avez réussi à percer sa carapace, vous découvrez un jeune homme profondément loyal, prêt à tout pour ceux qu'il aime, sarcastique et aimable. Cependant, il est impossible de savoir ce qu'il pense réellement puisqu'il est détaché de tout depuis la mort de Nicolas et la paraplégie d'Adélaïde. Lorsque quelque chose le touche, qu'il se sente triste ou coupable, il n'en montrera jamais rien même si il se déchire de l'intérieur. Pour finir, il ne supporte pas la vision d'un petit garçon avec son père, cela le renvoie sans cesse à une absence quasi palpable dans sa chaire.


Raconte nous une histoire

09 avril 1985 - Paris, 8ème, appartement des Argent - Musique ♪♫
Stuart attendait le retour de sa mère qui finissait le boulot plus tard le jeudi. Du coup, c'était Flore, sa baby-sitter et une de ses voisines, qui s'occupait de le garder et de lui faire à manger ce soir-là. Actuellement, il était 18h30 et tandis que Stuart jouait sur son Atari pendant que Flore lisait calmement Mme Bovary pour son cours de français, on entendit la porte s'ouvrir. Le petit garçon et la jeune femme se regardèrent interloqués. La mère de Stuart ne rentrait jamais avant 22h, soit une heure après le couché de Stuart. Le petit garçon lâcha sa manette, abandonnant Donkey Kong sans une hésitation et Flore se leva. Ils se précipitèrent vers l'entrée tandis qu'un premier sanglot retentissait. C'est toujours une expérience dure et étrange que de voir un de ses parents pleurer, une expérience qui laisse souvent démuni pour détruire l'image de force et de sagesse que l'on se fait de nos parents. Stuart murmura "Maman...?" et Flora aida Mélyne à se relever et à s'asseoir dans la cuisine. Il fallut de longues minutes à Mélyne pour être simplement capable de prononcer un mot. Alors elle fixa son fils et murmura "Eric...". Stuart comprit immédiatement. Eric, c'était son père. Et Eric, c'était aussi le lieutenant de l'armée envoyé en pleine Guerre du Golfe pour tenter d'endiguer le flot de violence qui s’abattait sur les civils. C'était celui qui échappait à la mort depuis la naissance de Stuart. C'était celui que le gamin pensait invincible. C'était celui qui était mort. Stuart alla s'enfermer dans sa chambre sans un mot.

1er septembre 1985 - Paris, 8ème, Collège Condorcet - Musique ♪♫
Stuart redressa la tête en arrivant face à son nouveau collège. Il observa longuement la structure du bâtiment, plus pour se laisser le temps de se répéter son objectif que par réel intérêt. Le petit garçon avait décidé qu'il était désormais temps de redresser la tête et de ré-apprendre à vivre. Le petit garçon inspira un grand coup avant d'entrer dans l'établissement.

03 octobre 1985 - Paris, 8ème, Collège Condorcet
Dans la salle 117 du collège Condorcet, un cours d'histoire avait lieu. Ce cours était fait pour préparer les exposés des élèves. Les membres du seul groupe de six de cette classe disparate tentaient d'étouffer leurs rires derrière leurs mains, certains comme Adélaïde ou Thibault qui avaient les rires les plus bruyants, allant jusqu'à se mordre le poing pour tenter de calmer leur hilarité. On pouvait dire qu'en un mois, les choses avaient bien changées pour Stuart. Grâce à la gamine malicieuse qu'était Adélaïde, le calme Alan, le sulfureux Nicolas, le comique Axel et l'audacieux Thibault, Stuart était redevenu le gamin heureux et plein de vie qu'il était avant la mort de son père. Tout était bien.

17 juillet 1990 - Paris, 7ème, Champ de Mars - Musique ♪♫
C'était les vacances pour les futurs premières du lycée Racine. Mais actuellement, Stuart et sa bande étaient assis en cercle sur les champs de mars, dans l'herbe. Ils avaient reçus leurs affectations, et, comme prévu, tous entraient en S. Ainsi, avant de partir pour les vacances les six jeunes s'étaient retrouvés pour une dernière après-midi "entre potes". Comme ils en avaient l'habitude, ils refaisaient le monde autour d'un vieux poste de musique soigneusement bidouillé par Alan. Ils étaient heureux, insouciants, malgré le passé de chacun, les blessures, l'avenir se déroulait désormais devant eux et ils comptaient bien l'affronter ensemble.

25 aout 1992 - Paris, 8ème, Le Queen - Musique ♪♫
Stuart et sa bande, à dix-neuf ans, ils rêvaient de révolutionner le monde, d'être libres, de braver tout les interdits, d'envoyer se faire foutre les règles et les bons comportements. Ils étaient les petits cons de la jeunesse française qui levaient le poing pour se faire entendre, se foutant de l'autorité, s'indignaient devant les injustices du monde. Et lorsque arrivait le soir, ils s'oubliaient avec de la musique, des corps ondulants et quelques grammes d'ecstasy. Ce soir, c'était le Queen qu'ils avaient choisi. Et là, dans la foule qui accompagnait leurs journées, ils jetaient tout ce qui n'était pas du présent pur aux oubliettes. C'était les mêmes jeunes qui, le jour, criaient révolte et, la nuit, s'enivraient du plaisir intense et dur d'être bien vivants. Stuart et ses amis étaient de ceux-là. Ils étaient les clichés de la jeunesse, ceux dont les gouvernements rabaissaient les pratiques, ceux qui vivaient sans penser au lendemain, ceux que les adultes "bien comme il faut" méprisaient. Et vous savez quoi ? Ils s'en foutaient.

26 février 1993 - New-York, Manhattan, World Trade Center - "Les tours jumelles" - Musique ♪♫
Stuart, Adélaïde, et Nicolas étaient partis aux Etats-Unis pour leurs études supérieures, tandis que Alan, Thibault et Axel étaient restés en France. Nous étions le 26 février et tandis que Stuart restait à Columbia le temps de midi pour réviser ses cours de psychologie, Nicolas avait filé chercher Adélaïde au World Trade Center pour manger. Celle-ci y était avec son oncle qui lui apportait des connaissances supplémentaires sur le monde de la finance en plus de ses cours à l'université de Columbia. Je vous laisse imaginer la suite... Nicolas était dans le parking en train de se garer lorsque les 680 kilos de nitroglycérine avaient explosés. Il était mort sur le coup et n'avait pas souffert. Il n'en avait pas été de même pour Adélaïde. Bilan : la moelle épinière était touchée de manière irréversible, elle resterait paraplégique. Stuart n'avait jamais autant pleuré qu'en cette triste journée du 26 février 1993, même pas lors de la mort de son père. Ce jour-là, Stuart depuis l'université avait aperçue la fumée noire et épaisse qui s’élevait de l'une des deux tours jumelles. Le jeune homme avait alors abandonné ses révisions pour se précipiter sur les lieux du drame. Il avait immédiatement su que Adélaïde était gravement blessée et avait été emportée à l’hôpital le plus proche, mais il n'avait aucune nouvelle de Nicolas. En voyant l'état du parking, son cœur s'était brisé alors que son âme se disloquait. Ce que son cerveau avait déjà intégré, son cœur se refusait violemment à l'admettre ou même à l'envisager. Le français n'apprit qu'aux alentours de 21h que son ami était mort. Qu'il ne reviendrait pas. Il avait alors pété un câble, criant, sanglotant, repoussant chaque main tendue avec violence. Finalement, un ambulancier lui injecta un sédatif avant de l'emmener à l'hôpital à son tour.

20 mars 1993 - Paris, 8ème, Cimetière Saint-Vincent - Musique ♪♫
Il avait fallu un mois ou presque pour que Adélaïde puisse sortir de l'hôpital. Stuart avait lâché ses études et passait ses journées à ses côtés. Axel, Alan et Thibault avaient débarqué à New-York trois jours après le drame. Ainsi, la bande amputé d'un membre ne se quittait plus, de peur de s'effondrer si ils venaient à se retrouver seuls. Ainsi, lorsqu'ils avaient enfin pu retourner à Paris, l'enterrement avait pu être organisé. Il n'y avait pas énormément de monde, juste les cinq amis, les parents de Nicolas et ses sœurs. Et même alors que l'enterrement était fini depuis deux heures maintenant, les cinq étaient assit devant le trou, Adélaïde étant descendu de son fauteuil grâce aux bons soins de Thibault et Stuart. Assit en ligne, comme si ils attendaient la balle de l'exécution, ils se remémoraient les souvenirs qu'ils avaient eu en compagnie du jeune homme. Et lorsque l'un d'entre eux craquait, ceux assit à sa gauche et à sa droite le réconfortait avec sollicitude (ou juste Axel pour Thibault qui était tout à gauche et juste Stuart pour Alan qui était tout à droite). La bande était amputée d'un de ses membres. Plus rien ne serait jamais plus comme avant.

Maintenant, laissez-moi vous raconter la fin de cette histoire d'un point de vue extérieur. Je commencerais par Adélaïde et Thibault. Adélaïde est repartie à New-York en compagnie de Thibault, son petit ami. Elle restera paralysée, mais avec le soutient de Thibault elle parviendra à surmonter cette épreuve et à recommencer à vivre. Mais ce n'est pas vraiment eux qui nous intéresse. Après l'horreur vécue et avoir perdu un de ceux qu'ils considéraient comme leur frère, Axel, Alan et Stuart s'engagèrent dans l'armée. Axel car il voulait cesser de penser à cette horreur sans cesse, Alan pour honorer le rêve de Nicolas qui rêvait de devenir militaire sans avoir le courage de s'engager seul et Stuart pour rendre hommage à son père, mais surtout car il ne voulait pas que d'autres vivent ce qu'ils avaient vécus. Eux et leur unité ont été envoyés en Nouvelle-Zélande deux mois avant la tempête. De cette unité, il ne restera que Stuart et Alan, Axel ayant trouvé la mort sous les gravats. Les autres de l'unité ? Les deux jeunes adultes n'ont jamais retrouvés leurs corps. Résultat ils sont bloqués sur l'île, sûrement pour le restant de leurs jours.


Derrière l'écran


Prénom/pseudo : Lore, Will
Age : 15 ans
Où as tu trouvé le forum ? je suis une vielle plante ^^
Comment le trouves-tu ? Very good
Ta fréquence de connexion : 5/7
Un dernier mot ?  :wub:  :calin:  :leche:  :lovers:  :love:


OBLIGATOIRE, remplis le code à la suite pour ton avatar sans enlever de balise :

Code:

[center][b]Dylan O'Brien[/b] ~ Stuart P. Argent[/center]
x fiche by laxy


Revenir en haut Aller en bas
Âge du personnage : 17 ans
Avatar : kaya scodelario
DC : mark
Statut : célibatairement attirée par un beau brun
Messages : 286
Points : 24
Date de naissance : 25/01/1977
Age : 40

Moi
Je suis:
Je vis:
J'aime:
avatar

Sam Hamilton
MessageSujet: Re: "I'm only a crack, in this castle of glass" - Stuart P. Argent   Jeu 28 Avr - 18:38




Je te valide !

bienvenue chez les fous


Tu es donc validé après lecture de ta fiche! Omg, j'avais pas calculé que tu étais Will!! J'adore vraiment ta fiche, c'est super bien écrit, et j'espère pouvoir te soutirer un rp dans quelques temps :heart:
Maintenant que tu es des nôtres, tu vas pouvoir commencer à rp! Mais avant cela, n'hésite pas à faire un petit tour par la gestion des personnages, où tu pourras te créer une fiche de liens et de sujets. C'est ici également que tu pourras demander des liens avec d'autres personnages. N'hésite pas non plus à aller voir les demandes de rp, dans la même catégorie!
Si tu souhaites créer un scénario prédéfini, je te laisse te rendre ici, pour offrir des possibilités aux autres joueurs.
Puisque tu as ta couleur, tu peux également squatter le flood et les jeux (ainsi que les créations), mais aussi la Chatbox, et évidemment, la zone RP !
Bonne aventure parmi nous :coeur:


x fiche by laxy



_________________
oui maman jvais faire cqui faut
○ avec des sy j'serais intouchable comme omar
crackle bones.


VOTERVOTERVOTER

https://www.youtube.com/watch?v=57mkfFdvREw
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: "I'm only a crack, in this castle of glass" - Stuart P. Argent   Sam 30 Avr - 20:13

Merci XD pas de soucis pour le rp !!!
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: "I'm only a crack, in this castle of glass" - Stuart P. Argent   

Revenir en haut Aller en bas
 

"I'm only a crack, in this castle of glass" - Stuart P. Argent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Former Crack Cocaine User to the Second Round of Haiti’s Fraudulent Election
» Merac Castle Siege
» *Boum* *crack* *poui poui*
» Question pour un crack en informatique..
» Crack FM16 enfin disponible avec succès !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orphelinat Moor RPG :: Corbeille-