Forum RPG. 1994. L'île est détruite mais la vie doit poursuivre son cours. Bartholomew Moor reprend l'île en main pour le meilleur ou pour le pire ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sam Hamilton ~ je viens d'une ville ou il n'y a plus de loi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Âge du personnage : 17 ans
Avatar : kaya scodelario
DC : mark
Statut : célibatairement attirée par un beau brun
Messages : 506
Points : 24
Date de naissance : 25/01/1977
Age : 40

Moi
Je suis:
Je vis:
J'aime:
avatar

Sam Hamilton
MessageSujet: Sam Hamilton ~ je viens d'une ville ou il n'y a plus de loi   Lun 11 Avr - 20:40




Sam H. Hamilton

comme une paire de menottes j'suis cruellement attachante


Bonjour, je m'appelle Sam Holly Hamilton, mais on me surnomme souvent //. J'ai actuellement 17 ans, car je suis né(e) le 25 janvier 1977 en Nouvelle-Zélande et je suis néo zélandaise du coup. Dans la vie je suis élève. Si vous voulez tous savoir je suis célibataire et peut être amoureuse, vu que je n'ai aucun secret pour toi, tu peux aussi savoir que je suis hétéro. On me dit souvent que je ressemble à Kaya Scodelario. Je suis dans le groupe des rubans verts

Ce que je suis


J'ai dû tomber de mon berceau quand j'étais petite, ou énervé un dieu dans mon enfance, parce que non seulement je n'ai même pas deux mains gauches, mais deux pieds gauches à la place des mains.
Ma mère a dû mal me faire. Je suis du genre à tomber dans les escaliers parce que j'ai oublié qu'ils étaient là. Tout ce qui se retrouve dans mes mains a propension à tomber au sol, et, bien souvent, à se briser.
On dit souvent de moi : « elle est pas finie celle-là », ou encore « elle est née le cerveau à l'envers », et je crois sincèrement qu'ils ont raison. Le seul talent dont on semble m'avoir doté est le chant. C'est bien plus qu'une passion, c'est un moyen de me libérer et de m'exprimer, une façon de dire aux autres qui je suis. Je suis une gentille fille toujours remise à sa place, que la plupart des gens apprécient, ou du moins m'estiment assez pour le faire croire. Je ne suis pas réellement soumise, mais je ne sais ni être méchante, ni pousser une bonne gueulante quand ça va mal. Je suis pas du genre à gueuler ma vie sur tous les toits, j'ai même du mal à en parler avec mes propres amis. Non seulement je suis maladroite avec les mains, mais avec les mots aussi. Avouer mes sentiments, mon affection, c'est pas le genre de trucs que j'ai l'habitude de faire. Mais comme je suis pas désagréable ou agressive, souvent les gens le savent quand je les aime ou non (c'est surtout lié à la couleur de mes joues, également).
Physiquement, on me dit régulièrement que je suis très jolie. Je sais que j'attire les regards, et souvent je sais que c'est pas à cause de mes maladresses. J'ai de longs cheveux bruns bouclés qui m'arrivent en dessous des épaules et des yeux d'un bleu magnifique. Mon regard gêne les gens, parfois, peut être est-ce la couleur.. J'ai un visage fin, un petit nez droit et des lèvres bien galbées. Mon corps est imparfait mais je sais que j'ai quelques atouts même si je serais incapable de m'en servir, même si on me collait un flingue contre la tempe. C'est comme ça, je suis une grande naïve.



Raconte nous une histoire

Je pense pas que quelqu'un sur cette île ait eut une enfance aussi simple que la mienne. Je suis née dans un hôpital en Nouvelle-Zélande. Vous vous attendiez à quoi ? Un accouchement dans une salle de bain ou pire, en plein milieu de l'autoroute ? J'étais la première enfant de la famille, et franchement une réelle fierté pour mes parents. Enfin, leur joie est vite passée lorsqu'ils se sont aperçus que j'étais une vraie godiche incapable de tenir sur mes jambes jusqu'à mes trois ans. Longtemps, ils ont désespéré sur moi, car plus je grandissais, plus je devenais une catastrophe, et aucun talent ne se révélait à moi. Les petits des voisins se trouvaient des passions plus ou moins farfelues comme les petites voitures, ou la pêche, tandis que moi, je restais assise, béate, passant la plupart de mes journées à me mordiller les doigts et à casser des objets autour de moi. Mes parents ont toujours cru que ça m'amusait, de tout faire tomber : à chaque vase explosé, je riais comme une dingo, sans jamais m'arrêter. C'est peut être pas ça qui était drôle. C'est peut être le karma qui décidait que ma vie elle même se briserait entre mes doigts.
Heureusement pour mes parents, je ne fus leur seule enfant. Ils eurent des jumeaux, puis une fille, puis encore un gars. Eux ils étaient normaux, adroits, sans défauts apparents. J'ai jamais été proche d'eux. Et même si je sais que mes géniteurs m'aimaient plus que tout au monde, ils le montraient jamais. Mes notes à l'école étaient moyennes mais je sentais qu'ils n'étaient pas satisfaits, ni de moi, ni de mes mains gauches. J'y pouvais rien et je m'en rendais pas compte. Je me contentais de laisser les choses venir, et inévitablement, je me fracassais la gueule dessus. J'ai jamais appris a me battre, a laisser gagner la justice ; au contraire, moins je me faisais remarquer, plus j'y gagnais. Jamais une emmerde, jamais une embrouille, ni même une dispute, avec personne : je rentrais dans les rangs comme une petite fille sage. Peu sûre de moi, encore moins des autres, j'avançais seule avec pour unique but de sortir de l'école, de faire quelque chose de ma vie qui mettrait les objets autour de moi en relative sécurité. A part casser des trucs, il m'arrivait rien de grandiose. Et a part me casser la gueule, aussi.
J'ai finalement, vers mes huit ans, trouvé un truc de bien en moi. Peut être la seule chose non pourrie par mon passé. Ma voix. Depuis ma naissance, j'avais une jolie voix gazouillante, mais un jour, alors que je fredonnais un air entendu depuis peu, j'avais eu comme une révélation, un truc qui vous explose dans la tête et qui fait beaucoup de lumière, comme pour vous éclairer de ce que vous êtes vraiment. Je savais qu'il fallait que je chante. Beaucoup. Ça m'a donc pris comme ça, de chanter. J'apprenais des chansons par cœur et je les récitais, le soir, en rentrant de l'école, je les gueulais, je les criais, je les murmurais, je donnais tant d’intonations a ma voix que j'arrivais a créer d'autres personnages dans ma tête, des personnes plus parfaites que moi, qui savaient tout faire de leurs dix doigts.
Chanter était ma routine. Je chantais le matin en me levant, en prenant ma douche, en m'habillant, et a force, des gens de l'école se sont rendus compte que j'étais vraiment douée. Moi je le savais déjà, mais je m'en vantais certainement pas. Mes parents aimaient pas que je chante, alors ils me disaient de me taire, tout le temps, ce que je faisais presque toujours, avant de continuer en chuchotant. Du coup, les gens de l'école. C'était surtout la professeur de musique, je devais avoir onze ans, quelque chose comme ça, quand elle est venue me voir pour me proposer d'intégrer la chorale. J'ai obtenu un rôle de solo pour le spectacle de fin d'année, et j'étais tellement fière de moi ce jour la que j'ai fait aucune erreur. Peut être pour la première fois de ma vie. Évidemment mes parents étaient pas venus, ils refusaient de le voir, que j'aimais ça, chanter.
Durant mon adolescence j'ai fait travailler ma voix, très longtemps, et j'aimais tellement ça que ça me prenait des journées entières. Mes parents me prenaient la tête, pétaient des câbles mais un jour, on leur a expliqué qu'a la fin ça pouvait devenir une vraie vocation, déboucher sur un vrai métier avec des thunes a la clé. Ça les a pas motivé, ils disaient que ce serait de l'argent « sale ». Je savais pas trop ce que c'était, mais moi j'y croyais a ce rêve doré.
Et puis il y a eu cet accident. Cet accident qui a tout bouleversé car mes parents sont morts, dans un accrochage sur la route qui n'aurait jamais du avoir lieu. Un accident qui changea mon quotidien a tout jamais. Je fus envoyée a l'orphelinat Moor, sur une île non loin, et j'y suis depuis un an environ. Je n'ai jamais revu mes frères et sœurs, sans doute dans leurs familles d'accueil respectives. J'aimerais les revoir un jour. A Moor j'ai fait des rencontres géniales, Callum, Bjorn, Emily, Changmin, Bonnie, Aaron et tant d'autres, ce qui m'a permis d'oublier un peu les être les plus chers de mon existence, ceux qui m'avaient donné la vie et qui m'avaient élevée durant des années, faisant de moi celle que je suis aujourd'hui. Je les oublierais jamais, malgré la douleur et les peines, et tout ce qui a changé depuis.
Ça fait maintenant quelques mois que la catastrophe a eu lieu, je parle pas de l'accident mais cette fois du cyclone, de l'immense tempête qui a assailli l'île. L'orphelinat tient encore debout et on a tous cru que la disparition de Mary Moor nous libérerait tous, mais finalement son fils, apparemment, est venu prendre la relève. Moi je pense que ça nous fera pas de mal car il est en train de remettre l'île sur pied, et de créer des systèmes d'auto gérance. Car ouais, ça fait mal mais c'est ainsi, le continent nous a bel et bien rayé de la carte. Complètement.
Alors j'espère bien qu'un jour tout redeviendra comme avant. Et même si Cal a voulu partir, il est de retour, et il y a Bjorn, lui il a disparu, et il me manque, faut que je le retrouve et puis il y a les autres, ces gens que j'aime et que j'oublierais pas, jamais.
Même si ça fait mal de se reconstruire, après tout.
 

Derrière l'écran


Prénom/pseudo : M.
Age : 15
Où as tu trouvé le forum ? team admin
Comment le trouves-tu ? :yep:
Ta fréquence de connexion : régulièrement
Un dernier mot ? luv


OBLIGATOIRE, remplis le code à la suite pour ton avatar sans enlever de balise :

Code:

[center][b]Kaya Scodelario[/b] ~ Sam Hamilton[/center]
x fiche by laxy



_________________
oui maman jvais faire cqui faut
○ avec des sy j'serais intouchable comme omar
crackle bones.


VOTER • VOTER • VOTER

https://www.youtube.com/watch?v=57mkfFdvREw


Dernière édition par Sam Hamilton le Mar 12 Avr - 15:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Sam Hamilton ~ je viens d'une ville ou il n'y a plus de loi   Lun 11 Avr - 20:52

T'es belle :pervers:
Revenir en haut Aller en bas
Âge du personnage : 17 ans
Avatar : kaya scodelario
DC : mark
Statut : célibatairement attirée par un beau brun
Messages : 506
Points : 24
Date de naissance : 25/01/1977
Age : 40

Moi
Je suis:
Je vis:
J'aime:
avatar

Sam Hamilton
MessageSujet: Re: Sam Hamilton ~ je viens d'une ville ou il n'y a plus de loi   Mar 12 Avr - 11:51

merci msieur, jpeux te donner mon 06 :pervers:

_________________
oui maman jvais faire cqui faut
○ avec des sy j'serais intouchable comme omar
crackle bones.


VOTER • VOTER • VOTER

https://www.youtube.com/watch?v=57mkfFdvREw
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sam Hamilton ~ je viens d'une ville ou il n'y a plus de loi   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sam Hamilton ~ je viens d'une ville ou il n'y a plus de loi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sam Hamilton ~ je viens d'une ville ou il n'y a plus de loi
» Le plan du Centre-ville de PAP devrait être confié à des Haitiens
» Pourquoi Lewis Hamilton est il aussi detesté?
» Haiti : Cazal une ville , une histoire
» Pétion –Ville ; mairesse Ludie Parent ap danse kompas !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orphelinat Moor RPG :: Corbeille-